Même si le contrat ne sera officialisé qu’en octobre l’annonce faite ce lundi 17 juin au Bourget a de quoi rassurer les employés de l’avionneur ukrainien. Kiev a annoncé commander treize biréacteurs de transport tactique Antonov An-178 afin de renforcer les moyens à la fois de sa garde nationale mais aussi de son ministère de l’intérieur. La première entité recevra dix avions et la seconde trois. Des avions ultramodernes qui permettront à des machines issues de l’ère soviétique d’être retirées du service.

En fait ces treize Antonov An-178 remplaceront le même modèle d’avion, que ce soit dans la garde nationale aussi bien que dans les services ministériels de l’intérieur : l’Antonov An-26 Curl. Ces bimoteurs à turbopropulseurs sont usés jusqu’à la corde et plutôt que de les moderniser encore et encore les Ukrainiens ont fait le choix logique de les remplacer. Il faut dire que la garde nationale à particulièrement utilisé ces avions-cargos pour des missions contre les milices nationalistes soutenues par la Russie au Donbass et surtout lors de l’annexion militaire de la Crimée.

Pour autant ces treize futurs biréacteurs ne remplaceront pas treize Curl mais dix-huit. Si le ministère de l’intérieur remplace bien au nombre près la garde nationale n’en a pas les moyens actuellement. Dix An-178 face à actuellement quinze An-26… dont quatre sont encore en état de vol seulement.

Surtout c’est une excellente nouvelle qui confirme la pérennisation du programme An-178 en Ukraine. Malgré la récente lettre d’intention de l’Arabie-Saoudite pour trente avions de ce type fabriqués sous licence locale par Taqnia Aerospace mais encore en attente de confirmation formelle et la commande de deux avions par le ministère irakien de la défense des incertitudes existaient encore. Elles sont désormais balayées. Ou tout du moins le seront-elles en octobre de cette année lorsque le contrat final sera signé. Il reste encore quelques points de désaccord, notamment sur le prix de chaque avion.

Les premiers avions sont attendus dans les rangs du ministère de l’intérieur en 2021 et dans la garde nationale l’année suivante. Pour autant il n’est toujours pas prévu d’en dériver une version de lutte anti-incendie comme l’espérait le ministère de l’intérieur, soucieux de rationaliser sa flotte d’avions et de donc de se séparer à terme de ses quatre bombardiers d’eau Antonov An-32P. Des kits d’origine américaine pourraient être envisagés selon plusieurs experts ukrainiens afin d’adapter les An-178 à cette mission si particulière.

Photo © Keypublishing

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom