C’est assez logique que les nouveautés supplantent les matériels plus anciens. Et en ce mois d’octobre 2020 c’est le lot de l’Eurocopter AS.332 Super Puma vis à vis du NH-Industries NH90TTH au sein des forces de l’Ejercito del Aire. En service depuis le début des années 1990 comme plateforme de recherches et sauvetages l’hélicoptère de conception française va bientôt céder sa place à son homologue européen. Le premier de ces derniers vient d’ailleurs d’arriver en unité.

L’appareil est également à l’aise en sauvetage aéroterrestre.

Même si elle possède encore de nombreux matériels volants américains, à l’image des McDonnell-Douglas F/A-18A/B Hornet et des Sikorsky S-76 Eagle, l’Ejercito del Aire est une des forces aériennes dans laquelle l’empreinte européenne est la plus forte. C’est d’ailleurs assez logique puisque l’Espagne est partie prenante dans l’aventure technologique et commerciale Airbus, au travers notamment de ses usines de Séville. Aussi que le NHIndustries NH-90TTH Caïman fasse son apparition dans les rangs de cette force aérienne n’a rien de surprenant.

Dans la nomenclature de l’Ejercito del Aire il est appelé HD.29. C’est donc bien un hélicoptère de recherches et sauvetages en mer ! Douze exemplaires ont été commandé et seront assemblés par Airbus Helicopters. Il en reste donc encore onze à venir. Le dernier doit être livré dans le courant du second semestre 2023.
À cette date le NH-90TTH Caïman pourra pleinement remplacer les quatorze Eurocopter AS.332B1/M Super Puma, alias HD.21, actuellement en dotation. Dans les faits les premiers exemplaires, les deux plus anciens, pourraient quitter le service actif dès l’année prochaine.

Le premier NH-90TTH Caïman de l’Ejercito del Aire.

Car à l’exception de ces deux hélicoptères jamais modifiés tous les Super Puma espagnols ont été modernisés au milieu des années 2000 afin de les rendre aptes aux opérations de recherches et de sauvetages au combat. Il s’agissait là d’un retour d’expérience du déploiement de ces machines au sein de l’ISAF, l’International Security Assistance Force. Pour mémoire il s’agissait entre 2001 et 2014 de l’élément de l’OTAN présent en Afghanistan en renfort de la coalition internationale menée par les États-Unis contre Al-Qaïda et le régime tyrannique des Talibans.
Dans cette région du monde les Espagnols avaient alors compris l’importance de disposer d’une force d’hélicoptères aptes à la fois aux opérations de sauvetage type service publique et au aux missions de recherches et sauvetages au combat.

C’est pourquoi le choix du NH-90TTH Caïman semble d’un seul coup beaucoup plus logique. Car pour ne faire que du service publique des Airbus Helicopters H225 Super Puma Mk-2 auraient sans doute largement suffit. Mais avec la dimension de combat l’hélicoptère européen prend tout son sens. Les déploiement en opérations extérieures des Caïman français ou bien belges au Mali et italiens en Afghanistan ont largement démontré que cet hélicoptère était adapté aux recherches et sauvetages au combat. D’où l’importance du retour d’expérience et de la coopération européenne en matière de défense.

Quand les Super Puma espagnols volaient en Afghanistan.

Maintenant se posera la question de ce qu’il adviendra de ces Super Puma espagnols. Mais après trois décennies d’intense activité, notamment au-dessus de la corrosive eau de mer, il est plus que probable qu’ils finissent mal. Ça se fera sans doute entre les mâchoires d’acier d’une machine de ferrailleurs ou plus positivement dans les collections d’un musée aéronautique ibérique.

Photos © Ejercito del Aire.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom