C’est un peu un retour aux sources pour celui qui avait été conçu afin de voler au plus près du Rideau de Fer. Un avion de guerre électronique Lockheed EC-130H Compass Call appartenant au 55th Wing de l’US Air Force est arrivée cette semaine sur la base aérienne polonaise N°31. Il est là à la demande expresse de l’OTAN et pourrait participer à une série d’exercices aux côtés d’autres forces de l’organisation. Il est stationné à proximité de chasseurs F-16 Fighting Falcon américains arrivés eux-aussi sur place.

Ce qui surprend c’est que la présence d’un tel avion n’est pas répandue lors d’exercices internationaux. Sans être l’avion le plus secret de l’arsenal américain le Lockheed EC-130H Compass Call n’est pas à proprement parler un appareil très médiatisé. Et pour cause, ses missions le mènent le plus souvent là où des intérêts américains sont en danger.
Car rappelons-le le rôle premier de cet aéronef est le brouillage des émissions radars et des moyens de communications. Depuis quelques années il s’est également fait une spécialité dans l’interception des appels téléphoniques passés par GSM, c’est à dire par portables et smartphones. Une capacité largement mise en œuvre au-dessus de l’Afghanistan ou plus récemment dans la zone irako-syrienne.

Officiellement ce Lockheed EC-130H Compass Call du 55th Wing est présent en Pologne afin de soutenir un exercice air-air américano-polonais, financé par l’organisation atlantiste. Pour autant certaines voix discordantes existent. Plusieurs «médias» ont récemment annoncé que cet avion avait pour but de mener des actions hostiles contre la fédération de Russie. Le fait est que la communication réalisée par l’OTAN et le Pentagone autour de ce déploiement polonais peut susciter chez certains des interrogations légitimes. On sait en outre que pour plusieurs groupes de pression il en faut très peu pour voir des complots américains même là où il n’y a rien. Le cas de ce Lockheed EC-130H Compass Call en est symptomatique.

Pour autant nier qu’un tel avion permettrait à l’organisation atlantiste de faire un peu plus pression sur l’aviation ou l’armée russe serait d’une naïveté confondante. Oui l’EC-130H Compass Call est un des avions de guerre électronique les plus dangereux pour tous les ennemis actuels de l’Amérique. Et sa présence à quelques centaines de kilomètres du territoire russe n’est pas anodine. Pour autant l’US Air Force insiste sur le fait que son déploiement n’est lié qu’à cet exercice. On est libre après de la croire… ou non.

Photo © US Air Force.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. En effet, l’on pourrait tergiverser longtemps sur les raisons officielles et / ou officieuses, mais les simples faits parlent d’eux-mêmes, chacun étant libre de les interpréter à sa sauce 🙂 .
    Je serais tenté pour ma part de croire à la raison invoquée de l’exercice, la présence de l’EC-130H avec ses capacités méconnues, dont ses « grandes oreilles » et ses aptitudes au brouillage, tenant de fait les Russes à distance, ainsi surtout que leurs systèmes de détection actifs fermés s’ils ne veulent pas voir leurs caractéristiques potentiellement récupérées par l’avion américain (ce qui de toute façon ne serait pas en pure perte pour l’USAF : comme on dit là-bas « know your foe » – connais ton ennemi- la campagne syrienne ayant été riche en confrontations et collecte d’informations pour tout le monde).

    Plus factuellement, on peut y voir -dans la tendance globale de ces dernières année qu’est le retour en puissance de l’USAF en Europe, notamment das le Nord et l’Est- une nouvelle preuve de soutien diplomatique aux Polonais, qui on l’a vu dans des articles passés, sont très en demande de coopération / protection auprès des USA, en partie par le biais de l’achat de matériel américain.

  2. Comme par hasard dans le cadre de cet exercice, le EC-130H sera amené a voler au plus près de l’enclave de kaliningrad alors que le territoire polonais est vaste. Mais rassurons nous, nos amis russes n’ont rien à craindre, il s’agit juste d’un exercice, l’avion américain ne récoltera évidemment aucune données.

    • De toutes manières un simple T-6A Texan II frôlerait l’enclave de Kaliningrad que Moscou pousserait des cries d’orfraie. Poutine ne joue jamais aucun jeu aussi bien que celui de la vierge effarouchée.

    • Bah pour le coup Dimitri, j’ai envie de dire que l’EC-130 récoltera ce que les Russes lui fourniront 😀 .
      C’est évidemment un cas de conscience pour Moscou, car soit ils joueront profil bas pour ne rien divulguer de susceptible d’être récolté par l’appareil US, soit ils prendront le risque de réagir, et potentiellement laisser fuiter certaines caractéristiques électroniques de leurs matériels (ça peut jouer à leur avantage cela dit, car l’intox même à ce niveau est possible).

      En tout cas, comme les Américains préviennent à l’avance et que les Russes ont connaissance des capacités supposées de l’appareil, on ne pourra pas cette fois-ci taxer les premiers de jouer la carte de la mauvaise foi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom