Voilà que l’hyper rustique avion d’attaque américain rajoute une nouvelle corde à son arc. Ce mercredi 5 juin 2019 un Fairchild-Republic A-10C Thunderbolt II s’est posé sur une piste sommaire, c’est à dire non préparée. Cet atterrissage qui ressemble bien à un mini-exploit s’est déroulé en marge d’un exercice commun entre plusieurs éléments de l’US Air National Guard et l’US Army. On ignore toujours cependant si cet atterrissage était prévu ou non, les versions semblent assez contradictoire.

Car lorsque ce Fairchild Republic A-10C Thunderbolt II se présente au-dessus de cette piste sommaire du National Training Center sis à Fort Irwin dans le désert de Mojave aucun avion de combat ne s’y est jamais posé. Et pour cause il n’est au mieux réservé qu’à des avions très spécialisés dans ces atterrissages pour le moins rocambolesques comme le Lockheed-Martin C-130J Super Hercules. Le posée en terrain sommaire n’est pas du tout une spécialité de l’US Air Force, au contraire de l’Armée de l’Air ou de la Royal Air Force.

Or le fait que cet avion se pose de la sorte avec un armement encore très conséquent laisse à supposer que cet atterrissage n’était nullement prévu à l’avance. Deux missiles air-sol AGM-65 Maverick et deux paniers à roquettes, ça fait beaucoup comme armement pour un avion réalisant une telle première. Et surtout le Warthog en question n’appartient pas à une unité d’essais en vol mais au 124th Fighter Wing, une unité de combat de l’Air National Guard d’Idaho.

En fait plus on se penche sur cet atterrissage et plus il ressemble à un délestage en urgence. Un peu comme si l’A-10C Thunderbolt II avait eu un souci et que le Pentagone n’ait pas voulu communiquer dessus. Mais alors à ce moment là comment expliquer la présence du sergent chef Joshua Allmaras sur ce terrain sommaire ? Allmaras est un des photographes officiels du National Training Center. Il est l’auteur des clichés reproduis ci-dessus et ci-dessous, et qui montrent clairement l’avion à l’atterrissage. Or ce terrain de délestage se situe à plus de 20 kilomètres de la première installation majeure de Fort Irwin.

Du coup incident de vol ou véritable coup de com’ bien placé par l’US Air National Guard ou l’US Army ? On ne le saura sans doute jamais.
Toujours est-il que désormais on a la démonstration qu’un A-10C Thunderbolt II en ordre de marche est capable de se poser sur un terrain caillouteux. Pas sûr du tout qu’un F-15E Strike Eagle ou qu’un F-35A Lightning II puissent en faire autant. Eux qui pourtant vont devoir le remplacer à moyen terme. Après tout le Warthog reste le Warthog !

Photos © US Air Force & US Army.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. il a été fait pour ça d’un autre côté, mais je reconnais que ça sort de l’ordinaire pour cet avion. en ce qui concerne le f35 et le f15 ça n’arrivera jamais ce genre de chose rien que part la position des entrées d’air ils vont absorber assez de cailloux pour détruire leurs moteurs sans compter les trains d’atterrissage qui sont pas fais pour ça

  2. Rien d’étonnant, il a été conçu pour. Le posé sur piste sommaire et la diminution de la signature infrarouge détectable depuis le sol ont dicté la position des moteurs sur l’A-10

  3. Mon commentaire d’hier n’étant vraisemblablement pas passé, je réitère, avec je l’espère plus de succès.

    Il ne s’agit en fait pas d’une première, ni d’un incident : l’USAF communique depuis quelques années déjà sur les capacités de l’A-10 à pratiquer des « austere landings » sur les lacs asséchés américains, à l’instar des C17 et C130, ou des pistes non préparées.
    Cela a commencé au début des années 2010, et assez régulièrement sortent de nouvelles photos / vidéos déclassifiées par l’USAF (ou des pilotes eux-mêmes, prises avec leurs GoPro).
    Par exemple celle-ci, tournée au même endroit (Fort Irwin), en 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=zi5_bcb08o0
    Une autre de 2016, en vue embarquée : https://www.youtube.com/watch?v=jt1z-Fq7IBk&feature=youtu.be

    Bref, dans le cas présent comme précédemment, ce sont des exercices tout ce qu’il y a de plus programmés (on le voit dans le petit encart explicatif avant chaque vidéo), mettant en œuvre conjointement l’US Army qui balise les pistes et guide les avions, et l’USAF.
    Jusqu’alors, la plupart de ces A-10 appartenaient à l’Air National Guard, en configuration armée (AGM-65, roquettes, Sidewinders comme ici : https://i1.wp.com/theaviationist.com/wp-content/uploads/2015/07/A-10-at-Ft-Irwin_05_result.jpg…), et parfois même de nuit d’après les encarts explicatifs.
    Sur la même période, on a pu également les voir opérer en Europe depuis des autoroutes ou des aérodromes désaffectés en Estonie, Pologne et Bulgarie. Beaucoup de com’ autour de l’appareil c’est évident, sans parler de ces Warthogs rentrant du Levant, le nez noirci par les tirs de GAU-8, arborant chacun une centaine de marques de missions. Ça fait « badass », comme on dit là-bas 😀 .

    En bref, beaucoup semble fait depuis quelques temps pour redorer le blason du chasseur-bombardier de Fairchild qui semblait inéluctablement voué à disparaître rapidement, enterré par le F35. Depuis, les dirigeants et l’état-major US ont bien retardé cette retraite, jusqu’à planifier de nouvelles modernisations, et cela tombe bien, on a encore grand besoin de lui.

    A propos, ces exercices n’auront pas été vains. En 2015, un A-10 victime d’une panne s’est posé en urgence en Iraq très loin de sa base, sur un aérodrome désaffecté, en territoire contrôlé par Daesh. Du personnel a été héliporté pour le protéger / réparer, et il a redécollé par la suite après plusieurs jours de vive tension.

  4. Cet appareil est très sous estimé, car n’ayant pas la gueule de joli F-35, pourtant il fait partit des appareils les mieux conçus par les américains, d’une solidité, rusticité, maniabilité sans précédant, capable de rester très longtemps sur les théâtres d’opération, avec une capacité d’emport de munition phénoménale, peut entre réussir a finaliser sa mission même truffé de plomb… Cet exploit récent ne me surprend guère, cet appareil est un vrai tank volant. Ce n’est certes pas son successeur qui serait capable d’égaler cette prouesse. Par moment, je regrette qu’en France nous n’ayons pas un HOG comparable, bien que nous n’en ayons pas la même utilité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom