Non ce n’est pas le scénario d’un nouveau film catastrophe hollywoodien mais bel et bien une partie de ce qui est attendu pour les célébrations du 4 juillet cette année. Comme en France la fête nationale est un jour férié pour tous les Américains mais cette année il va prendre un aspect assez nouveau avec la parade militaire voulue par Donald Trump. Calquée sur ce qui existe à Paris depuis des décennies celle-ci aura lieu aussi bien dans les rues qu’au-dessus de la capitale fédérale américaine. Un défilé déjà très critiqué pour son coût jugé exorbitant par nombre de contribuables.

Si le défilé du 14 juillet est une tradition finalement fort peu remise en question chez nous il en est tout autrement aux États-Unis. Malgré le fait que l’Américain lambda puisse disposer quasiment sans aucune contrainte d’un véritable arsenal de guerre chez lui les parades militaires n’y sont pas fréquentes. Et pour cause elles n’entrent pas du tout dans la culture américaine. Ce qui a visiblement posé de gros soucis aux officiers du Pentagone chargés par Donald Trump depuis son voyage officiel en France en juillet 2017 de penser «son» défilé. Car l’actuel locataire de la Maison Blanche le veut, il l’aura. Mais alors ça risque d’être un accouchement aux forceps tant les difficultés ont été grandes pour le mettre au point.
Il se murmure même à Washington que des conseillers de l’ambassade de France seraient discrètement venus prêter main forte aux militaires américains.

À la différence de notre ministère des armées qui communique largement sur les compositions d’unités et les matériels présents le 14 juillet c’est un flou relatif sur ce défilé du 4 juillet. Le Pentagone ne joue pas exactement la carte de la transparence. Tout au plus sait-on que dans le ciel de Washington vont se croiser les deux patrouilles acrobatiques américaines : les Blue Angels en ouverture de défilé aérien et les Thunderbirds en clôture.
Côtés avions les machines furtives sont clairement annoncés avec le bombardier lourd Northrop B-2A Spirit et les chasseurs Lockheed-Martin F-22A Raptor et F-35A/B Lightning II. Pour le reste c’est le grand saut dans l’inconnu.

On ignore si des hélicoptères militaires seront présents ou non, si les écoles d’aviation auront envoyé leurs avions d’entraînement ou encore si des avions-cargos et des ravitailleurs en vol vont survoler la statue de Lincoln. Tout au plus il semble acquis que le Boeing VC-25A présidentiel sera de la fête. Maigre consolation pour celles et ceux qui auraient voulu voir des machines de transports.

D’ores et déjà ce défilé aérien et terrestre américain est sous le feu des critiques. Les Démocrates soulignent qu’il intervient en pré-campagne de réélection de Donald Trump et que celui-ci pourrait s’en servir pour faire un véritable show à son profit politique. Mais même ses «amis» Républicains ne l’épargnent pas en soulignant que jamais le défilé militaire n’a été un succès aux États-Unis et que celui-ci s’annonce comme un gouffre financier. Toutes les administrations et entreprises de Washington devront cesser leurs activités ce 4 juillet en après-midi lors du passage du défilé. Plus de 35000 policiers et membres de la Garde Nationale sont mobilisés pour sécuriser les abords de la parade et favoriser la circulation des quelques 250 engins militaires attendus. Par comparaison Paris mobilise chaque 14 juillet entre 9000 et 11000 CRS et gendarmes mobiles pour deux fois plus de véhicules et les troupes à pied.

Reste à savoir donc si ce 14 juillet à l’américaine sera une réussite. Niveau météo le plafond ne devrait pas être très élevé et la pluie faire son apparition. Un des rares facteurs que les amiraux et généraux du Pentagone ne peuvent pas commander.

Photo © US Air Force.

Publicité

7 COMMENTAIRES

  1. Ça ne m’étonne pas de Trump homme qui aime le show et contrairement à ce que disent les médias anti-Trump, ce n’est pas sûr que la majorité des Américains ne vont pas apprécié le défilé militaire.
    Ceux qui craignent qu’il s’en serve comme coup de séduction en vu de sa campagne n’ont pas tord. Il y a forcément pensé.

  2. Avec Trump, le fossé entre les Américains d’allégeances républicaine et démocrate commence à ressembler au Grand Canyon. La politique partisane y pollue dorénavant tous les aspects de la vie ce qu’on ressent même comme simple touriste. Un des rares sujets qui fait quasi unanimité parmi les Américains est leur grand respect pour les militaires. Malgré cela, ce défilé militaire sera fort probablement accompagné de manifestations anti Trump qui aura réussi à salir même cette fête rassembleuse !

    • Qui salit la fête le président Trump ou ceux qui ne sont pas capable de la mettre sous le chapeau le temps de ce rassemblement, question de point de vue.
      N’empêche que voir voler ces oiseaux ce doit être quelque chose.

      • En fait les gens n’ont pas pu voir grand chose car le ciel était gris et bas. Et surtout il n’y avait qu’une vingtaine d’avions et d’hélicoptères, Blue Angels et Thunderbirds compris. Donc bien moins qu’au-dessus des Champs-Élysées tous les 14 juillet.

  3. Dommage effectivement que l’on ne puisse pas savoir davantage quelles flottes et appareils défileront… C’est d’ailleurs assez incompréhensible car cela n’aurait aucune conséquence. La preuve puisqu’en France – comme vous l’avez mentionné – La transparence est de mise ! Ce sera la surprise!

  4. D.Trump avait été ébloui par le 14 juillet 2017 à Paris, c’est lui même qui l’avait dit ! Il veut le même chez lui ! A nous de lui présenter la note des droits d’auteur pour engranger quelques dollars hi hi hi !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom