Cinquantenaire oblige nous allons revenir sur ce qui demeure sans doute une des plus belles aventures de l’histoire contemporaine. Le 21 juillet 1969 les astronautes américains Neil Armstrong et Edwin Aldrin Jr posaient le pied sur la Lune. Ce que peu de gens savent c’est qu’avant cela ils furent pilotes de chasse tout comme Michael Collins, le troisième homme d’Apollo 11 demeuré dans le vaisseau Columbia en orbite autour de notre satellite naturel. Des aviateurs devenus astronautes et entrés dans l’Histoire.

Pour nombre d’entre-nous Apollo 11 est une mission mythique. Un évènement historique ayant sans doute une portée aussi fondamentale que les grandes découvertes du XVIème siècle, la naissance de la médecine et de la chirurgie, ou bien évidemment le premier vol d’un être humain. Apollo 11 et ses trois astronautes font partis de l’Histoire, on serait même tenté de penser qu’ils sont l’Histoire.

Mais derrière ce «petit pas pour l’homme» il y a justement trois hommes. Et avant même de se connaître, de devenir collègues de travail à la NASA ils avaient tous trois un point commun : ils pilotaient des avions de chasse à réaction.
Ils ont aussi un autre point commun : ils sont tous les trois nés en 1930. Ce qui implique qu’ils étaient bien trop jeunes pour participer à la Seconde Guerre mondiale mais qu’ils se sont rattrapés durant les premières années de la guerre froide.

Ils ont tous trois pilotés des jets. Aldrin et Collins dans l’US Air Force et Armstrong au sein de l’US Navy. Forcément ils n’ont pas volés tous trois sur le même avion… de chasse. Car ils ont tous appris à voler sur le même avion : le monomoteur North American T-6 Texan. Bon dans le cas d’Armstrong il s’appelait SNJ mais il ne s’agissait que d’une différence de désignations. Et tous trois déjà se font remarquer par leurs capacités particulières à maîtriser le vol : ils sont meilleurs que leurs copains de promos.

Buzz Aldrin, car personne ne l’appelle plus Edwin Aldrin Jr, et Michael Collins vont faire leur carrière sur le formidable North American F-86 Sabre. Neil Armstrong de son côté évolue sur Grumman F9F Panther. Et dans les trois cas ils sont bons, très même dans le cas d’Aldrin.
Tellement bon qu’il va s’octroyer deux victoires aériennes contre des Mikoyan-Gurevitch MiG-15 soviétiques, le premier le 14 mai 1953 et le second quelques jours plus tard le 4 juin.

Si Neil Armstrong devient très rapidement pilote d’essais, dès 1955 les deux autres vont un peu plus prendre leur temps. Buzz Aldrin et Michael Collins attendent tous les deux le début des années 1960. Aldrin dira quelques années plus tard qu’il préférait pantoufler un peu avant.

La NASA ne tarde pas à leur mettre le grappin dessus. D’abord dans le cadre de Gemini puis forcément d’Apollo. Et dès le début de la mission Apollo 11 il est évident que Collins aura l’ingrat rôle de piloter pendant qu’Aldrin et Armstrong iront se balader sur le sol lunaire.
Le reste appartient à l’Histoire.

Buzz Aldrin, Neil Armstrong, et Michael Collins sont sans doute trois des hommes de l’espace les plus connus dans le monde. Si le premier et le troisième sont toujours vivants aujourd’hui Armstrong lui est décédé à l’été 2012. Il a alors reçu les obsèques nationales américaines et tous les drapeaux du pays furent mis en berne. Armstrong n’a pas été inhumé, ses cendres furent dispersées en mer depuis le croiseur lance-missile USS Philippine Sea. De la Lune aux profondeurs de l’océan en quelques sortes.

Photo © NASA

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Tous les pionniers astronautes, cosmonautes, spationautes et Co sont tous pilotes de chasse, pour leurs capacités physiques et de pilotage, leur maîtrise du stress devant le danger ou l’imprévu, leur discipline.
    Il est à noter que Armstrong était déjà passé en civil lors de cette mission, un détail important pour être choisi d’être le 1er à fouler le sol lunaire, censer donner une image moins militaire à la mission
    Encore bravo à eux 3

  2.  » Et dès le début de la mission Apollo 11 il est évident que Collins aura l’ingrat rôle de piloter pendant qu’Aldrin et Armstrong iront se balader sur le sol lunaire. » Ça se voit sur la photo…

  3. Je me souviens de cet instant, ma maman en veille devant notre ptite télé noir et blanc m’avait réveillé dans la nuit afin que nous assistions en direct au premier pas de l’Homme sur la Lune.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom