La décision était attendue depuis quelques semaines maintenant, elle est finalement tombée ce mercredi 17 juillet 2019. Suite à la décision turque d’acheter des missiles sol-air à longue portée S-400 de facture russe la Maison Blanche et le Pentagone ont décidé conjointement qu’Ankara ne pourrait plus participer au programme de l’avion furtif F-35 Lightning II. Une décision qui ne fait pas l’unanimité aux États-Unis où déjà l’avionneur Lockheed-Martin annonce des risques de réduction de son personnel. Trente avion devaient être livrés et une option existait pour quatre-vingt dix machines supplémentaires.

En fait même si Donald Trump a tenté d’envoyer des signaux d’apaisement vers la Turquie les Américains craignent bel et bien un véritable réalignement stratégique de ce pays avec la Russie. Recep Erdogan et Vladimir Poutine n’ont eu de cesse de se rapprocher politiquement et militairement. Et le point culminant de ce rapprochement a donc été la livraison de missiles sol-air S-400 (ou SA-21 Growler dans la nomenclature de l’OTAN) à l’armée turque.
Washington voit de ce fait d’un mauvais œil que le dernier né de ses avions furtifs ne risque de tomber entre les mains de l’ennemi !

Sauf que le souci c’est qu’une partie du Lockheed-Martin F-35 Lightning II est produit par l’industrie aéronautique turque. Et ce manque à gagner risque d’être plus que préjudiciable pour l’avionneur américain qui cherche désormais des alternatives chez certaines de ses partenaires européens. Il est possible que l’Italie et/ou le Royaume-Uni puissent y palier.

Dans le même temps à Ankara et Istanbul la presse s’enflamme et des parlementaires réclament déjà que l’US Air Force livre immédiatement les quatre avions appartenant à l’aviation turque qu’elle possède. En effet si aucun F-35A Lightning II ne se trouve actuellement en Turquie ce pays possède des avions déployés à Luke AFB aux États-Unis où jusqu’à ce mercredi ils formaient les futurs pilotes et mécanos turcs.
Ces quatre avions furtifs ont été placés sous scellés par le Pentagone sitôt l’annonce officialisée, et aucun militaire n’a plus le droit de les approcher.

À Ankara beaucoup insistent sur la volonté de désescalade. Les Turcs ne veulent pas devenir les dindons de la farce qui se joue actuellement entre Washington et Moscou, mais surtout ils veulent pouvoir rapidement disposer des trente F-35A Lightning II commandés. Ils doivent à terme permettre le remplacement des actuels McDonnell F-4E Phantom II hors d’âge.
Et c’est d’un revers de manche que les militaires turcs rejettent actuellement l’hypothèse d’achat de chasseurs russes Sukhoi Su-57. Il faut dire qu’à la différence de l’avion américain celui-ci est très loin d’être opérationnel et n’a jamais rien démontré de ses capacités supposées.

En attendant c’est donc bien une décision attendue depuis plusieurs semaines mais surtout un évènement dans l’histoire de l’aviation. Jamais un pays n’avait été exclu d’un programme international autour d’un aéronef pour une raison aussi éminemment politicienne. Car en filigrane l’actuel locataire du bureau ovale pointe du doigt son prédécesseur et son refus de vendre des missiles Patriot à la Turquie, selon lui point de départ de toute cette affaire. Donald Trump oublie au passage de préciser que plusieurs pays européens partenaires du programme F-35 Lightning II sont eux-aussi favorable à cette éviction de la Turquie.

À Bruxelles au siège de l’OTAN les experts annoncent qu’il est trop tôt pour envisager une sortie de la Turquie de l’alliance Atlantique. Par contre de sérieuses sanctions sont envisagées, telles une réduction drastique des aides militaires. Finalement Ankara pourrait bien payer très cher sa décision d’acheter ces missiles S-400.

Photo © Keypublishing.

 

Publicité

19 COMMENTAIRES

    • A ceci près que la Turquie a un comportement lamentable depuis l’arrivée de Erdogan. Dealer avec Daesh ( l’affaire des camions de carburants ), prise d’otage de l’Europe avec les migrants, comportement des communautés turques en Europe, etc… Le petit Staline du Bosphore n’a rien de comparable avec les dirigeants des ex-pays de l’est…. Et je suis plutôt satisfait à double titre de l’affaire F35/Turquie: car 1) tant mieux qu’ils n’aient pas accès à la dernière technologie, et 2) voilà ce qui peut arriver lorsqu’on achète US…..

    • Contre-exemple parfait Wardog, si je puis me permettre 😉 .
      La Pologne est un, pour ne pas dire l’exemple majeur de pays ex-soviétique totalement tombé dans le giron Atlantiste, et US plus encore. Certes ils alignent encore des Mig-29 et Su-22, mais ces derniers ne sont plus les fers de lance de leur aviation, remplacés par une cinquantaine de F16C/D block 52, ce sont ces derniers qui sont l’épine dorsale actuelle de leur armée de l’air et que l’on voit partout lors des exercices / missions opérationnelles. De plus, pour leur défense aérienne, les Polonais ont opté pour le THAAD, alias Patriot, ce qui contraste avec la décision turque vous en conviendrez.
      Et n’oublions pas que l’achat de F35 est quasiment entériné (programme Harpia destiné à remplacer les derniers chasseurs d’origine soviétique).

      D’autre pays de l’ancien rideau de fer utilisent encore des MiG, Sukhoi, Tupolev, Mil et consors, c’est un fait, mais leur engagement dans l’alliance tend vers une volonté à terme de standardisation à l’occidentale avec achats en conséquence. Ils ont de petits moyens mais sont les bons élèves ; et de toute façon leur poids, tant géographique que militaire, est dérisoire par rapport à celui de la Turquie au sein de l’OTAN, c’est là tout le souci de la situation actuelle.

  1. Oui les Etats Unis ont raison de stopper la vente de f35 aux Turcs ,car ils ne sont clairement pas nos alliés et l’attitude de tout le pays (le peuple et ses dirigeants) est toxique à l’égard de l’Europe et de ses alliés.
    J’aurais pu comprendre la vente des bpc à la Russie mais pour la supériorité aérienne ,vendre des f35 à un ennemis avéré d’un pays européens ( la Grèce) saurait été de la folie !
    Car de toute façon la Turquie est l’ennemi de toute l’Europe ! ( Pas de langue de bois).

  2. Reste à espérer que Lockheed va penser à la Belgique pour la redistribution de la sous-traitance turque. L’industrie aéronautique belge est quand même mondialement reconnue pour la qualité de ses prestations, et a largement démontré dans un passé pas si lointain sa capacité à produire sous licence du matériel militaire américain.

  3. Réflexion bête mais pourquoi ne pas brader qq F-35 à la Grèce comme cela on sera fixé sur le fait que les s400 sont capable de détecter les f-35 ! De même, pour les F-35 Britanniques déployés à Chypre.

  4. Si certains s’étonnent de la disparition de leur réponse au commentaire de Bravo-charlie c’est logique. Par l’effet de cascade ils ont disparu, le commentaire d’origine ayant été modéré pour propos islamophobe. Le racisme et la haine n’ont pas ici leur place, c’est pour cela que nous avons décidé récemment de bannir définitivement le nommer Dutertre. Bravo-charlie lui n’a été que modéré car c’était une première pour lui.

    • J’avoue ne rien comprendre ! La Turquie est musulmane , ce n’est pas un scoop , pays ottoman jadis. J’ai parlé d’occident et je ne vois pas ce qu’il y a de raciste et de haineux dans mes écrits. Oui les problèmes de ce pays m’indiffèrent, c’est mon avis et je le respecte.. Bonsoir.

        • En plus j’ai perdu mon avatar ! la tête d’Einstein est sympathique, je ne sais pas d’où ça vient mais je préfère 1941 ! Sans rancune ! Vos écrits sont précis et continuerai à les lire.

  5. C’est en effet une décision lourde de conséquences, bien réelles tout d’abord pour la Turquie qui se voit privée du futur renouveau de son aviation militaire (donc condamnée pour le moment à prolonger ses F4 / F16 et trouver une autre alternative pour l’avenir… leur -très/ trop- ambitieux projet de chasseur furtif local peut-être ?!), et potentielles pour l’OTAN qui risque de faire face à autant de mesures de rétorsion turques qu’elle pourrait lui appliquer (et on pense bien sûr à la question de la base d’Incirlik), sans parler du chantage aux migrants.

    Malgré les discours politiques véhéments que tiennent Erdogan et ses sbires à l’encontre des USA et autres pays de l’alliance depuis des années, la coopération restait bonne dans le fond avec la tenue des opérations en Syrie, et tout récemment encore l’exercice Anatolian Eagle à la mi-Juin, mais là, il y a fort à parier que les choses pourraient se compliquer.

    C’est à suivre, mais à mon sens Erdogan a trop voulu pousser le bouchon avec ces S400. Il a joué et perdu (pour l’instant, un revirement pourrait encore survenir), car je ne pense pas que la Russie puisse remplacer l’OTAN en tant que partenaire militaire majeur de cette nation… lui-même n’en a d’ailleurs pas envie, c’est un comble ! Il comprendra peut-être enfin à ses dépens que dans le jeu des alliances, l’on ne peut pas toujours manger à tous les râteliers.

  6. Les US refuse les patriote et son mécontent que la Turquie achète les S400, je ne comprend pas cette logique. Le seul tord de la Turquie est le faite de revendiquer son indépendance au USA, de prioriser son intérêt national et bien sur d’être de « culture » musulmane.

    • Le concept de « culture musulmane » n’a rien à voir là dedans, c’est une pure vue de l’esprit qui arrange celles et ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Si je comprends bien votre pseudo vous êtes marocain. Sachez que si le Maroc n’appartient à aucune organisation militaire internationale majeure il n’en est pas de même pour la Turquie qui appartient à l’OTAN. Or un pays de l’alliance atlantiste n’a pas à acheter de matériel militaire auprès d’un pays jugé hostile à cette dernière. Si la Turquie veut persister dans cette logique, elle doit renoncer aux subventions allouées par l’organisation. C’est logique et cela n’a rien à voir avec une quelconque question culturelle et/ou religieuse.

      • Voilà. Il y a tout de même quelques contreparties à offrir lorsque l’on bénéficie du parapluie diplomatique et militaire d’une grande alliance telle l’OTAN.
        On pourra également ajouter que les USA équipent militairement un grand nombre de pays de -je vous cite- « culture musulmane », des plus modérés aux plus controversés, et que quelques guerres ont été menées par l’Oncle Sam et autres membres de l’OTAN pour « aider »/ »libérer » (notez les guillemets, car il y aurait débat sur les raisons ^^) certains d’entre eux, donc cet argument n’en est pas vraiment un.

  7. Hmm… Personne ne pose les bonnes questions.
    Ma question est qu’avait prévu Erdogan quand il achetait les S-400? Est-ce qu’il espérait que par opposition les USA lui proposeraient finalement des Patriot ?
    Erdogan devait bien se douter des sanctions de la part des USA. Et quand il a reçu l’avertissement de refus des F-35 s’il n’a pas changé d’avis pour l’achat des S-400 c’est qu’il y a une bonne raison.
    La perte était forcément calculée et s’il l’a accepté c’est qu’il y a plus à gagner qu’à perdre.
    Les truc comptent-t-ils sur l’acquisition de F-35 déjà prévu en livraison pour s’en inspirer pour leur propre développement de chasseur furtif ?
    Si la livraison des avions déjà confirmé se passe – et là on parle d’un respect minimum obligatoire des contrats se la part de Lockheed Martin – les Turcs se retrouveront avec des S-400 et une poignée de F-35… Peut-être était-ce le but et peut-être se sont-ils arrangé secrètement avec la Russie.

  8. En tout cas, TRUMP est plutôt culotté de remettre la faute sur Barback OBAMA encore une fois. Il se montre très dur et ensuite il joue à l’homme comprehensif et conciliant tout en rejetant les conséquences de sa première attitude sur quelqu’un d’autre.
    Cet homme a beau relancer l’économie de son Pays, en relation étrangère c’est une catastrophe ! Par sa rudesse et son arrogance il va faire se lier entre eux les adversaires potentiels des États-Unis.
    On dit que OBAMA n’a rien fait mais son fait son travail avait consisté à atténuer la haine anti-USA de son prédécesseur et à faire une Amérique aux attitude plus diplomate.
    Trump vient remettre la maipris anti-USA

  9. Cette affaire laisse songeur quant à l’emploi opérationnel des F35…Faudra t-il demander la permission à l’Oncle Sam? J’en ai bien peur…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom