Non nous n’avons pas ressuscité le poisson d’avril du H115M. En cette fin juillet 2019 la branche hélicoptère du géant aéronautique indien Hindustan Aircraft Limited vient de livrer un nouvel exemplaire du Chetak, la version construite sous licence du vénérable Aérospatiale SA.316B Alouette III. Un premier appareil qui sera suivi de sept autres d’ici l’été 2020 et qui ont été commandé par l’Indian Navy. Désormais l’Inde envisage même de revendre à nouveau ce type de machine à l’export.

C’est depuis les années 1980 que Hindustan Aircraft Limited (ou HAL) produit sous licence deux modèles d’hélicoptères français : le SA.315B Lama et le SA.316B Alouette III. Ils y portent les désignations respectives de Cheetah et Chetak, et sont largement employés encore par les forces de défenses indiennes.

Or si en France l’Alouette III n’est plus produite depuis 1985 il en est tout autrement en Inde où la chaîne n’a jamais été stoppé définitivement. À tel point même qu’en août 2017 l’état-major de l’Indian Navy a passé commande pour huit nouvelles machines destinées à servir de manière opérationnelles. Si en France les quelques Alouette III encore en service dans la Marine Nationale servent exclusivement pour de l’entraînement et des liaisons il en est tout autrement en Inde.

Là-bas aussi bien entendu ces machines servent à la formation basique et avancée des futurs pilotes d’hélicoptères, mais pas que.
Les Chetak volent notamment dans l’Indian Navy dans le rôle de sécurité à bord du porte-avions INS Vikramaditya, durant ses patrouilles en Océan Indien. Une mission réalisée par exemple en France par des SA.365F Dauphin 2, les fameux Pédro. Ils sont également (surtout en fait) utilisés comme machines de reconnaissance et de lutte anti-terroriste depuis les destroyers lance-missiles de classe Rajput et les frégates de classe Brahmaputra. Il n’est pas rare également d’en apercevoir sur les corvettes de classe Kora ou encore sur le pétrolier-ravitailleur INS Aditya.

Les HAL Chetak sont donc loin d’être des hélicoptères obsolètes pour les marins indiens. Ces huit machines «nouvelle génération» sont équipées d’une avionique rajeunie avec un GPS intégré, une cartographie numérique, ou encore une planche de bord adaptée à l’emploi sous jumelles à visions nocturnes. Bien entendu ils disposent également, comme toutes les Alouette III indiennes, d’une double commande leur permettant de remplir des missions d’entraînement.
N’ayant absolument pas peur que ces hélicoptères d’un autre temps paraissent anachroniques, l’Indian Navy devrait les déployer dès le début de l’année prochaine sur les frégates de classe Shivalik. Ils voleront aux côté des Dhruv et dans un proche avenir des futurs MH-60R Seahawk. La classe Shivalik concerne des navires furtifs destinés au combat en haute mer.

La preuve que soixante ans après son premier vol l’Alouette III reste au top ! Pour tous les amoureux (comme moi) de cette formidable machine, c’est forcément une super nouvelle. Encore plus du fait qu’on ne soit pas le 1er avril…

Photo © Hindustan Aircraft Limited.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom