Définitivement une page va se tourner dans l’aventure commerciale du très-gros-porteur européen. La compagnie Air France a décidé qu’en 2022 elle retirerait du service ses dix Airbus A380-900, sans annoncer clairement quels avions les remplaceront vraiment. Ce sera la fin d’une carrière d’une petite dizaine d’années seulement. Une décision qui fait suite, sans aucun doute, à la récente décision de l’avionneur de stopper sa chaîne de montage.

C’est en novembre 2009 que pour la première fois l’Airbus A380-800 est apparu sous la livrée immaculée d’Air France. Aménagé généralement pour recevoir jusqu’à 516 passagers dans le confort, y compris en classe économique, le quadriréacteur très-gros-porteur a très vite su conquérir le cœur des clients de la compagnie. Il faut dire qu’il avait la réputation d’être très silencieux en plein vol et d’avoir des sièges bien plus spacieux que les autres avions de la compagnie.

Pour autant l’avion n’avait pas que des adeptes au sein d’Air France. On le disait trop gourmand en carburant et surtout trop souvent sujet à des pannes récurrentes. De ce fait si les pilotes aimaient voler dessus les mécanos avaient l’habitude de l’avoir peut-être trop souvent entre les mains. Et ça, ça ne plaisait pas du tout à la direction du groupe Air France -KLM.

Et puis sa carrière au cours des dix années passées n’a pas exactement été un long fleuve tranquille. Si l’avion n’a connu aucun accident majeur sous les couleurs de la compagnie française il a cependant été l’objet de quelques incidents.
Tout a commencé en avril 2011 quand l’exemplaire immatriculé F-HPJD a percuté au sol un biréacteur court-courrier Bombardier CRJ-700. Survenu à l’aéroport de New York JFK l’incident n’a heureusement pas fait de victime. Mais il s’agit là de gnognotte par rapport au principal incident connu.
En octobre 2017 l’avion immatriculé F-HPJE a été obligé de se dérouter pour se poser sur une base aérienne canadienne alors qu’il réalisait un vol Paris Los-Angeles. Il a subi une avarie moteur majeure l’immobilisant plusieurs jours. Les passagers et membres d’équipage furent obligés d’évacuer en urgence l’avion.

Alors quel avion pourra remplacer l’A380-800 dans les rangs d’Air France ?
En terme de pure capacité d’accueil aucun ! L’avion européen n’ayant pas d’équivalent actuellement, même le Boeing 747-8 n’emporte pas autant de passagers. Et de toutes manières la compagnie française n’utilise pas ce quadriréacteur de facture américaine.
Seuls les biréacteurs Boeing 777-300ER peuvent faire l’affaire, ou à la limite les Airbus A350-900. En fait l’idéal serait qu’Air France décide de commander le futur Boeing 777-9, mais ça c’est autre chose.

Fin 2022 donc on ne verra plus voler aucun des dix actuels Airbus A380-800 français. Une page se tournera à la fois pour l’avion et pour la compagnie Air France.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

11 COMMENTAIRES

      • A350-1000 : plus de distance (~2000 km de plus), effet de famille avec le 900.
        777-9 : un peu plus de places (~20), passage des pilotes du 300ER au 9 sûrement un peu plus facile.

        De quel côté penche la balance pour AF ? Peut-être que le prix arbitrera…
        En tout cas, AF ne semble pas pressé.
        Avec les 380 en moins et quelques 321 qui atteignent la 20aine, la capacité à AF risque d en prendre un coup sauf loc ou achat d occas

  1. En gros il n’y a plus de commande de qua drireacteur ? Ni de quadriréacteurs en service en 2023 ?
    Triste, et moins pratique car les vols vers le Mexique ne sont plus en ligne droite mais longent la côte des USa avec une route au nord.

  2. Quelqu ‘un à une idée de ce qu’ils risquent de devenir ?
    Je ne sais pas combien de temps les compagnies gardent habituellement leurs avions , mais une dizaine d’années me paraît court pour de tels appareils .
    Les envoyer à la casse ? Quel gaspillage ….
    Vu le fiasco commercial , y aura-t-il d’autres compagnies intéressées en occasion? Peut être pour du frêt ?
    Vu le nombre de hubs pouvant l’accueillir , le chien se mord la queue.

    • Vu le peu de demandes qui existent sur le marché de seconde main concernant ce type de machines il y a effectivement de forts risques qu’ils finissent à la ferraille.

      • Une des pistes citée dans la presse, que les A380 soient reconfigurés en haute densité (1000 passagers, jauge qu’aucun autre avion ne peut atteindre) et employés pour des vols charters, notamment ceux transportant des pèlerins vers la Mecque.

  3. Pourquoi pas construire un nouveau gros porteur ? Après tout, sans la mauvaise volonté de Rolls Royce, il y avait moyen de fabriquer une version néo de l’A380 avec des nouveaux moteurs moins énergivores, et cela aurait probablement relancé le modèle. Mais on a préféré, pour économiser 3 milliards, arrêter cet avion.

    L’A380 était probablement le dernier bastion du génie européen après la liquidation de beaucoup d’autres fiertés, comme le Concorde. Tout cela à cause du manque de vision et de volonté de l’Union Européenne. Je crois qu’il est vraiment temps aujourd’hui que le continent européen soit plus uni, plus impliqué et plus actif, car on voit bien qu’il ne fait plus le poids face aux USA et à la Chine. Si on veut cesser d’être une colonie américaine ou chinoise sur tous les plans, il va falloir commencer à dépasser les nationalismes pour enfin défendre nos intérêts !

    • Sauf que les très-gros-porteurs représentent finalement un marché assez marginal. La question que l’on peut se poser, c’est finalement de savoir si le groupe Airbus n’a pas pêché par excès d’orgueil en lançant le programme A3XX dans les années 1990, celui-là même qui déboucha sur l’A380.

      Après sur vos considérations politiciennes je pense qu’elles n’ont pas lieu d’exister sur un site comme le nôtre. 🙂

      • Effectivement, j’ai déjà entendu ou lu que cet avion. est le fruit de l’orgueil des ingénieurs d’Airbus. Laissant un trou de 10 milliards compensé par le succès des autres model, c’est du luxe ! Néanmoins, je pense qu’il n’est pas exclu de le voir ré apparaître un jour dans 10-20 ans, avec une config Bi-moteur plus économique, le temps de laisser aux compagnies d’amortir leurs derniers appareils en service.

  4. Airbus pensait que l’avenir seraient aux gros hub. C est le seul intérêt de l A380. Le quadriréacteur n’a d intérêt que sur les routes impossibles réglementairement pour les biréacteurs. Il n y en a presque plus ou le détour obligatoire n’est plus très grand.
    Un quadriréacteur coûtera toujours plus qu’un bi (entretiens moteur doublés + moteur plus optimisable en conso s il est plus gros)
    Ceci dit, l’A220, l’A350 et l’A320/21 sont de très bons avions qui permettent à Airbus d’avoir toujours une bonne place dans le monde aéronautique. Le problème des ventes d Airbus se situe plutôt à mon avis dans le militaire (A400m, Tigre, Eurofighter, patrouille maritime/antisub, avion radar, drones … c est loin d’être ça !)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom