D’importants moyens de recherches et de sauvetages sont déployés sur zone. Dans la nuit de ce jeudi 31 octobre à ce vendredi 1er novembre 2019 un hélicoptère de secours et d’évacuation sanitaire Airbus Helicopters H225 Super Puma Mk-2 s’est abimé en mer avec ses sept passagers et membres d’équipage à bord. À l’heure actuelle aucun survivant n’a été retrouvé par les secouristes. Les espoirs s’amenuisent au fur et à mesure que passe le temps.

L’hélicoptère en question réalisait une mission d’évacuation sanitaire entre l’archipel Dodko et l’hôpital universitaire de Gyeongbuk en Corée du sud. C’est d’ailleurs de cette ville que le Super Puma Mk-2 incriminé dans l’accident avait décollé aux alentours de 22 heures, en heure locale.
Lors du vol retour se trouvaient donc à bord le blessé, un médecin, un personnel paramédical, et quatre membres d’équipage. Ces derniers appartiennent tous au corps des pompiers sud-coréens, tout comme l’hélicoptère. C’est aux alentours de 23 heures 30, que le contrôle aérien sud-coréen a annoncé avoir perdu le contact radar avec le biturbine.

Sur ce dernier on en sait peu. Tout au plus les pompiers ont t-ils communiqué sur le fait qu’il avait été livré en 2016 par Airbus Helicopters et n’avait jamais présenté de souci majeur. Immédiatement après l’annonce de l’accident le gouvernement sud-coréen a décidé de conserver au sol tous les Super Puma étatiques, civils et militaires, pour inspections. Même si on ignore encore les causes de l’accident.

Sur zone un avion et trois hélicoptères des gardes-côtes sud-coréens patrouillent. Il s’agit d’un Casa CN-235M de reconnaissance côtière et de recherches à longue distance et de deux Kamov Ka-32 et un Eurocopter AS.565MB Panther de recherches et sauvetages. Ils sont secondés par plusieurs navires de la garde-côtière mais également des navires civiles privées.
La marine sud-coréenne a également déployé sur place son destroyer Wang Geon qui se trouvait en exercice à proximité. Deux hélicoptères de combat naval Westland Super Lynx Mk-99A dotés de moyens de détections anti-sous-marins se trouvent à son bord, et peuvent être précieux pour tenter de repérer le site de l’épave de l’hélicoptère.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que le célèbre hélicoptère biturbine européen (jadis français) fait parler de lui lors d’accident. On se souvient bien entendu du drame survenu en avril 2016 en Norvège à bord d’une machine de la société canadienne CHC Helicopter. Treize personnes y avait trouvé la mort. Quelques semaines plus tard c’était un autre Super Puma, militaire celui-là, qui s’écrasait en Suisse. Deux membres d’équipage avait péri dans l’accident. Il y a deux ans sur l’île japonaise de Honshū un AS.332L Super Puma s’était à son tour crashé. Là encore on n’avait ressorti que des corps sans vie.
Pour autant l’Airbus Helicopters H225 Super Puma Mk-2 demeure un des hélicoptères les plus vendus dans sa catégorie et aussi un des plus sûrs. C’est l’appareil chouchou de nombreux services de secours aux quatre coins du globe.

Photo © Airbus Helicopters.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom