Ce sont des feux de broussailles et de forêts qui peuvent nous paraître assez loin mais qui actuellement inquiètent les plus hautes autorités du pays. Depuis plus de dix jours une grosse partie de l’est de l’Australie, courant sur les territoires de deux états, est en proie à près d’une centaine d’incendies en milieu naturel. La petite flotte de bombardiers d’eau du pays est submergée, et malgré la location d’aéronefs auprès de sociétés américaines, il manque des bombardiers d’eau. D’ores et déjà l’état d’urgence a été décrété alors qu’au moins trois personnes ont déjà été tuées par ces feux.

Rechargement en eau d’un AT-802 australien.

Ce sont en effet un peu plus de 90 foyers d’incendie qui à ce jour se répartissent entre les états de Nouvelle-Galles du sud et du Queensland. En tout les flammes progressent sur un champ de bataille d’environ 1050 kilomètres de long, soit plus ou moins la distance Ajaccio-Lille à vol d’oiseau. Et au sol comme dans les airs les soldats du feu luttent d’arrache-pied.
Le souci majeur de la flotte d’avions bombardiers d’eau dans ce pays réside dans la taille des machines. Ce sont majoritairement des bombardiers légers monomoteurs type Air Tractor AT-802 ou encore PZL Dromader. L’Australie manque cruellement de moyens lourds.

Par contre les hélicoptères bombardiers d’eau y sont légions. Des Bell UH-1H Iroquois, des Eurocopter AS.350B Écureuil, ou encore des Sikorsky S-70A souvent dotés de Bambi buckets assurent le gros des missions de lutte anti-feu. Ils sont renforcés par des Erickson Aircrane (comme celui vu en couverture d’article) loués aux États-Unis.

La location d’aéronefs américains est l’une des spécialités australiennes, limitée seulement par le coût souvent exorbitant de ces avions et hélicoptères. C’est ainsi que le New South Wales Rural Fire Service ou aussi connu en Australie simplement comme RFS assure 80% des mises à dispositions de moyens lourds de lutte contre les feux de forêts. Des Boeing 737-300, Lockheed C-130H Hercules, ou encore McDonnell-Douglas DC-10 spécialement modifiés assurent ces missions, à condition bien sûr que les contrats soient signés et honorés.

Une rareté : un des deux Aero Commander 690 du RFS. Bombardier d’eau léger et poste de commandement aéroporté à la fois.

Mais aujourd’hui ces locations ne suffisent plus et les gouvernorats de Nouvelle-Galles du sud et du Queensland ont décrété l’état d’urgence et demandé l’aide fédérale. Une demande d’aide internationale a également été formulée, mais encore officiellement. Ces deux états manque d’avions et d’hélicoptères bombardiers d’eau.
Déjà la Nouvelle-Calédonie a été impactée par ces feux puisque des fumées denses survolent ce territoire français du Pacifique. Ce qui pourrait pousser notre pays à aider l’Australie.

Photos © New South Wales Rural Fire Service.

 

Publicité

7 COMMENTAIRES

  1. Aider comment ? Pompiers au sol ? Dans les airs ? Les principaux moyens de lutte sont en métropole. Il y a bien les hélico mais avec des bambi-buckets de 500 l c’est une goutte d’eau dans l’océan. Je veux bien que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières mais quand même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom