Onze ans et demi après l’arrêt des vols des Grumman F-14 Tomcat voilà que leurs successeurs se préparent eux-aussi à quitter le devant de la scène ! L’information a été donné assez discrètement par le Pentagone : l’US Navy a engagé le dernier déploiement de McDonnell Douglas F/A-18 Hornet à bord d’un de ses porte-avions, en l’objet l’USS Carl Vinson croisant actuellement dans la zone Pacifique. C’est pour beaucoup la fin d’une époque dans l’aéronavale américaine.

Ce sont les Blue Blasters du squadron VFA-34 qui ont l’insigne honneur d’être les derniers pilotes de l’aéronavale américaine à pouvoir décoller et apponter depuis un porte-avions américain à partir de chasseurs-bombardiers McDonnell Douglas F/A-18C & D Hornet. Mais à coup sûr cette dernière croisière est aussi source de pincements au cœur pour les chiens jaunes, les femmes et les hommes qui quotidiennement œuvrent sur le pont du bâtiment de guerre à son bon fonctionnement. Des personnels pour qui depuis presque 35 ans ce biréacteur était devenu familier.

Haut en couleur, le F/A-18C Hornet du pacha des Blue Blaster.

Mal aimé de nombreux passionnés d’aviation qui lui reprochaient souvent d’être moins «sexy» que le Tomcat le Hornet a pourtant su parfaitement remplir son rôle dans l’US Navy : chasser les avions de combat ennemis et porter le feu sur le champ de bataille, souvent au plus près des troupes engagées. Du Golfe en 1990-1991 jusqu’à plus récemment les opérations contre Daech au-dessus de l’Irak et de la Syrie en passant bien entendu par l’ex-Yougoslavie puis l’Afghanistan le McDonnell Douglas F/A-18 aura donc été de tous les engagements américains.

Cette ultime croisière des Hornet de l’US Navy va donc les mener dans le Pacifique alors même que les relations diplomatiques entre la Corée du nord et les États-Unis se réchauffent à quelques semaines d’un historique sommet entre Kim Jung Un et Donald Trump. Pour autant cette mission de l’USS Carl Vinson ne sera pas forcément de tout repos, avec notamment l’expansionnisme chinois dans la région ou encore la menace djihadiste permanente autour de l’Indonésie. Les pilotes du squadron VFA-34 pourraient bien avoir à démontrer que leur chasseur-bombardier n’est pas encore fini !

Un F/A-18C Hornet de l’US Navy quittant un pont d’envol, une image qui appartiendra bientôt au passé…

Pour autant l’heure de la retraite n’a pas encore totalement sonné pour le valeureux avion de combat. Lorsque l’USS Carl Vinson rentrera à son port d’attache de North Island à San Diego en Californie les avions du squadron VFA-34 rejoindront eux leur base de NAS Oceana. Et désormais ils deviendront ce que sont déjà les autres «Legacy Hornet», à savoir des chasseurs embarqués… terrestres ! En gros des Hornet avec beaucoup moins de saveur. Au final l’US Navy devrait totalement retirer ces avions du service à l’horizon 2023.

Nonobstant il faut se souvenir que l’US Marines Corps de son côté entretient toujours une flotte embarquée de McDonnell Douglas F/A-18D Hornet spécialisés dans l’appui aérien rapproché et la lutte anti-radar. Ils seront les derniers avions de ce type à opérer depuis des navires américains. C’est un peu une spécialité des Marines que de conserver opérationnels des avions retirés du service par la Navy. N’oublions pas que cette dernière a retiré du service en juillet 2015 ses avions de guerre électronique Grumman EA-6B Prowler, alors même qu’en avril 2018 ils volent toujours au sein du corps !

Les chiens jaunes imperturbables face à ce Hornet du squadron VFA-34.

Dans quelques mois les ponts d’envol des porte-avions américains auront donc une autre allure avec trois modèles d’avions de combat dessus : des Boeing F/A-18E & F Super Hornet et EA-18G Growler et puis petit à petit l’apparition du Lockheed-Martin F-35C Lightning II. Un mal aimé remplace un autre mal aimé. Bon après si leurs carrières se ressemblent on pourra se dire qu’au final les ingénieurs de Burbank auront fait du bon boulot.

Photos © US Navy.

 

Publicité

20 COMMENTAIRES

  1. J’avoue faire partie de ceux qui trouvaient le F-18 assez terne par rapport au flamboyant Tomcat. Mais cela reste une page qui se tourne et un bout du XXe siècle qui s’en va.
    Question : que fait l’US Navy de ses chasseurs « terrestres » ? Entrainement uniquement ou bien ils peuvent être engagés sur théâtre extérieur ?

  2. Le HORNET par rapport à des appareils ultra spécialisés comme le chasseur F14 Tomcat ou l’avion d’attaque A6 Intruder était un chaînon manquant dans l’aéronavale US, il n’était pas le meilleur en tout, mais le premier et le plus polyvalent.
    Il a ouvert la voie dans le bon sens, faisant le travail sur tous les théâtres, et ramenant le pilote sur le pont.

    • A l’époque les ponts des PA US étaient très diversifié, ont trouvé entre 8 et 10 types d’aéronefs différents. A partir de la fin ’70, il y avait une volonté d’avoir un park homogéne avec un avion multirôle, capable d’attaque au sol comme de superioritée aérienne. Et comme vous le dite, le F/A-18 à été le chaînon entres les F-14, A-7, A-6, S-3, puis avec le EA-18 avec les EA-6 et EA-3.

  3. Historiquement, c’est le perdant du contrat qui allait donner naissance au F16, mais la Navy pour des raisons de sécurité à toujours préféré opérer sur bi réacteur plutôt que sur mono.

    • Toujours est un grand mot. L’USN a tout de même utilisée des A-4 Skyhawk, F4U Corsair, F6F Hellcat, F4F Wildcat, A-7 Corsair 2/F-8 Crusader, F-11 Tiger, etc.

      • La Navy préféré les bi-moteurs, le choix est tres claire depuis la fin des année 70. Enfin, c’était avant, maintenant le F-35C est un mono-moteur; Je me demande si dans 20 ans les f-35c seront capable de remplacer les F/A-18 E/F et EA-18. Dommage qu’ils aient abandonné le projet de f-22 navalisé….

        • @TheDrawLiner, le F-35, ou JSF-35 est dès sa conception à la fin des années ’90 un appareil prévu en trois versions, dont la version C navalisé.

        • Les avions terrestre navalisé non jamais été des réussites, regarde les versions navale des F86 Sabre, par contre, un avion naval d’origine à tres souvent été un excellent chasseur terrestre : exemple : F4 Phantom 2, FA18, A7 Corsair 2.
          Et le Rafale, qui à lui aussi été pensé comme un avion naval des le début.

  4. Je trouve aussi que le F-18 est moins joli à regarder que son lointain ancêtre le F-5.
    Les Marines sont très futés d’avoir laissé la Navy essuyer les plâtres avec le F-35C et défricher le terrain!

  5. Un excellent appareil, rustique, fiable, polyvalent, efficace.
    Mis à la retraite pour être remplacé par un appareil fragile, inutilement complexe, peu efficace et d’une polyvalence douteuse. Un grand gachi. L’aéronavale Américaine va désormais considérablement s’affaiblir lorsque les pathétiques F-35 remplaceront les nobles F-18 aux carrières bien rodées !

    • C’est ce qu’y étaient dit à l’arrivé des premiers f-18, et à chaque générations d’appareils. Le F-14 aussi a essuyé des plâtres, et le F/A-18 hornet a été remplacé par le F/A-18 super hornet….
      Concernant le F-35C, est-ce que l’US navy a eut le choix…

  6. Encore un titre d’article trompeur, ça frise l’amateurisme.

    Avec les E, F et EA, il y aura donc encore des Hornet sur les PA américains. C’est juste la toute première mouture du F-18 qui tire sa révérence.

    Je sais que vous vous en foutez mais vous venez de perdre un lecteur…

    • Merci de m’avoir bien fait rire Ivanoë mais pour info les F/A-18E et F/A-18F sont des Super Hornet tandis que l’EA-18G est un Growler. Aux vues de votre nullité aéronautique je doute que nous perdions un lecteur. Un troll plutôt, et donc votre départ est une excellente nouvelle !

      Et puis pour terminer nous sommes des amateurs et non des pros, et d’ailleurs nous en sommes fiers !

    • @Ivanoë. Peu-être serait’il utile de vous renseigner sur la nomenclature des avions dans les forces nord américaine.
      Concernant les F/A-18 (a,b,c,d) hornet, ils sont différent des versions F/A-18 (e,f) super hornet. leur nom déjà, puis en visuel, leurs entrée d’air sont différentes, de forme circulaire sur les premiers, rectangulaire sur les seconds. Puis pas mal d’autres subtilités, comme l’envergure, la surface alaire, la hauteur qui sont plus difficile a voir…
      Je vous invite à consulter un peu plus ce site, et à poser des questions aux lecteurs via les commentaires pour vous informer au lieu de tirer des conclusion hâtives sur le titre d’un article.
      Mais vous n’avez pas complétement tord, Il est sûr que le F/A-18 hornet se verra définir une dernière mission sur l’USS Intrepid (CV-11).

      • Pas sûr que le dénommé Ivanoë sache ce qu’est l’USS Intrepid. M’est d’avis que ceux qui comme lui tirent aussi vite des conclusions ne doivent pas beaucoup fréquenter les musées, fussent-ils aéronautiques !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom