Quand on aborde le cas des avions et hélicoptères de l’US Coast Guard on pense assez souvent au Golfe du Mexique ou encore à la Californie. Pourtant un récent rapport parlementaire américaine souligne que l’une des bases les plus actives est celle de CGAS Port Angeles, sises dans l’état de Washington à la pointe nord-ouest des États-Unis. Ses cinq hélicoptères interviennent en moyenne entre deux et trois fois par tranche de 24 heures. Et pourtant ils sont parmi les moins médiatisés.

MH-65D Dolphin au décollage de CGAS Port Angeles.

Mea-culpa nous sommes nous aussi responsables de cette faille médiatique, l’unité de CGAS Port Angeles n’ayant fait l’objet (si ma mémoire est bonne) que d’un seul article, réalisé au printemps dernier. Pourtant les femmes et les hommes de cette base septentrionale ne chôment absolument pas. Leurs cinq Eurocopter MH-65D Dolphin sont parmi les aéronefs recevant le plus de sollicitations pour des missions aussi bien en mer qu’au plus près des côtes. L’été seuls trois MH-65D Dolphin y sont basés, le quatrième étant déplacé à CGAS Astoria dans l’Oregon en renfort des trois Sikorsky MH-60T Jayhawk qui y sont stationnés en permanence. Le quatrième est quant à lui basé en quasi permanence en mer.

En effet la garde-côtière américaine le déploie à bord du cotre USCGC Alert qui mène des patrouilles côtières et hauturières dans la zone. Particularité notable de ce navire il ne possède aucun hangar aviation, ayant été construit à la fin des années 1960. Son Eurocopter MH-65D Dolphin est donc solidement arrimé sur la plage arrière, mais en contrepartie offert en permanence à l’agression des embruns. Conscient de ce grave défaut l’US Coast Guard a engagé depuis quelques temps le retrait des cotres de la classe Reliance auquel appartient l’USCGC Alert. Il doit être remplacé en 2023 par le futur USCGC Calhoun, après donc 54 ans de service. Cette fois l’hélicoptère pourra être protégé quand il ne volera pas.

MH-65D Dolphin en place sur la plage arrière du cotre USCGC Alert.

Particularité de CGAS Port Angeles : elle se trouve à quelques kilomètres seulement de la frontière américano-canadienne. Il s’agit de la plus ancienne base aérienne des gardes côtes américains à ne pas avoir changé de place. Elle s’y trouve depuis 1935. Ses équipes gèrent notamment les interventions dans la partie américaine du très dangereux détroit de Juan de Fuca mais également la mer des Salish et l’approche sud-ouest de l’île de Vancouver. Cependant cette dernière demeure sous contrôle du Canada. Les équipes des coasties américains sont habitués à œuvrer avec leurs collègues canadiens.

En exercice avec la garde-côtière canadienne.

Il faut savoir que les équipages de CGAS Port Angeles sont également formés aux opérations aéroterrestres. En effet ils interviennent fréquemment, notamment lors des périodes de congés, dans le parc national Olympique situé à quelques kilomètres de la bases. Cet espace naturel de 3733km² est entièrement placé sous le contrôle des rangers américains mais ceux-ci font régulièrement appel aux MH-65D Dolphin de l’US Coast Guard, aussi bien pour des missions d’évacuation sanitaire que pour rechercher des randonneurs perdus dans la nature. Le sanctuaire marin de la côte olympique est rattaché à leur zone d’intervention et de contrôle.

Évacuation sanitaire hivernale dans le parc nationale olympique.

Les trois à cinq Eurocopter MH-65D Dolphin de CGAS Port Angeles sont donc parmi les plus engagés des hélicoptères de la garde côtière américaine. En 2018 ils ont sauvé la vie de plus 1250 personnes dont 723 l’ont été lors d’intervention au-dessus de la mer. Les autres sont principalement des évacuations sanitaires. Il n’est pas rare non plus qu’ils soient engagés dans des missions antidrogues avec une équipe HITRON spécialement dépêchée dans la région pour l’occasion.

Photos © US Coast Guard.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom