L’assassinat ciblé du général iranien Soleimani par un drone américain semble laisser plus de traces que la Maison Blanche ne l’aurait pensé. Ce dimanche 5 janvier 2020 le parlement irakien a voté à la majorité la fin de la présence militaire américaine dans le pays, demandant ainsi au gouvernement de chasser la coalition internationale et de restaurer la souveraineté de son espace aérien. Une décision politique lourde de conséquences pour une Irak qui n’a toujours pas les moyens à elle seule de se défendre face aux groupes djihadistes armés. Actuellement l’opération Inherent Resolve mobilise des milliers de soldats américains en Irak.

Et donc clairement ce début d’année 2020 aura vu la rue irakienne basculé totalement. Depuis plusieurs mois déjà les soldats américains n’étaient plus particulièrement les bienvenus dans certains quartiers de Bagdad mais désormais clairement ils sont vus comme une armée d’occupation. Revers de la médaille pour l’Iran, les Irakiens ne veulent pas beaucoup plus de leur ingérence. En fait on sent bien que l’opinion publique irakienne en a un peu marre de servir de pantin par Téhéran et Washington.

Le survol de l’ambassade américaine de Bagdad par deux McDonnell-Douglas AH-64D Apache appartenant à l’US Army a semble t-il été la goutte d’eau qui a fait débordé le vase irakien. En effet la manifestation anti-américaine du 1er janvier 2020 fut particulièrement violente, avec deux pans de la muraille externe de l’ambassade incendiés. Pour autant elle relevait du maintien de l’ordre et non de la guerre de rue. Or la réponse du Pentagone d’envoyer ces deux hélicoptères de combat pour montrer leurs armes a eu un retentissement très fort, y compris au delà des Bagdadiens en Bagdadiennes. Sous le coup également des propagandistes iraniens les Irakiens voient en cette décision américaine d’employer leur fameux hélicoptères de combat comme un acte de guerre contre la population locale.

À l’intérieur de la cour de l’ambassade américaine de Bagdad, le 1er janvier 2020.

La question est donc désormais de savoir si le gouvernement irakien va suivre ou non la décision souveraine de son parlement. Auquel cas plus aucun avion, drone, ou hélicoptère américain n’aurait le droit d’utiliser l’espace aérien irakien sans une autorisation expresse. Une telle décision impactera forcément également les contingents britanniques et français qui ont d’ores et déjà annoncé ce même dimanche 5 janvier la suspension de leurs opérations aériennes. Est-ce la fin de la coalition internationale ? Nul ne peut l’annoncer officiellement, disons simplement qu’elle a fortement du plomb dans l’aile.
La Russie n’est pas concernée puisque son aviation n’était déjà pas autorisée auparavant à pénétrer l’espace aérien irakien, ses opérations étant limitées au théâtre syrien.

Photos © US Department of Defense.

 

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Quel manque de vision et de stratégie!!
    L’europe doit clairement se défaire de ce boulet qu’est devenu la présidence trump…
    Attaquer un diplomate en mission officielle en méprisant le droit international,est la porte ouverte à d’autres casus belli… ( a quoi reconnait-on un C*n… ca ose tout!)

    Qui va payer la note? C’est nous!! Merci l’amerique!!

  2. Clairement les Etats Unis se sont lancés dans une démonstration de force vécue comme très humiliante pour les deux pays Iran et Irak.
    Pas sûr que ça soit la meilleure méthode vu la fierté notamment des Iraniens et le nombre de fanatiques prêt à venger leur pays.
    Et c’est quand même Trump qui a pris l’initiative des sanctions à l’origine de la crise, possiblement influencé par Israël..
    Une chance que la Russie et la Chine restent en retrait de la poudrière !! Mais pour combien de temps ?

  3. Il y a trente ans les irakiens et iraniens se faisaient la guerre dans une guerre longue et atroce et aujourd’hui nous avons des milliers d’irakiens qui défilent pour rendre hommage et venger la mort d’un haut officier iranien. Les temps changent !

  4. L’Iran y pourvoira et à défaut la Chine et la Russie tellement content de voir les USA exécuté sur place par les criminels des gardiens de la révolution, les mêmes qui il y a 30 ans montraient la Savak comme le pire système policier du shah.

  5. Je ne sais pas l’age des intervenants, mais il serait nécessaire de ne pas oublier les dizaines de diplomates pris en otage et maltraités pendant plus d’une année, il y a 30 ans.
    Les diplomates en ambassade sont aussi en mission officielle.

  6. Tout simplement genial, au contraire quelle excellente strategie ! Les USA se sont embourbés en Irak, et aucune solution de sortie n’apparaissait. L’Iran en a fourni une excellente, que Donald Trump (probablement bien conseillé) n’a pas manqué de saisir ; Première reaction de la chaine, qu’il ne fallait pas etre bien intelligent pour deviner ; le parlement irakien vote la fin de la présence étrangère sur son sol. Clap de fin, on peut tous rentrer à la maison la tete haute. Nous allons tous, Francais, Americains, Britanniques et une trentaine d’autres pays, nous concentrer sur notre propre sécurité et sur le théatre africain. Deuxième acte, les irakiens sont incapables de gérer Daesh qui reprend sa progression, et ils sont obligés de faire appel a l’Iran qui ne pourra refuser. Au tour des Ayatollahs de s’embourber en Irak, et de nous foutre la paix au Yemen, en Somalie et partout ou leur unique politique est de nous contrer par tous les moyens.Et comme ca va leur couter un pont, réduction des dépenses pour leur nucléaire …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom