C’était un des plus grands noms de la bande-dessinée dans le monde entier. Ce mardi 24 mars 2020 Albert Uderzo est décédé en région parisienne à l’âge de 92 ans. Si pour le monde entier il créa Astérix et Obélix les passionnés d’aviation lui doivent aussi Tanguy et Laverdure. Un géant s’en est allé.

Deux héros et leurs avions dessinés par Albert Uderzo.

Pour un passionné de bande-dessinée comme moi Uderzo était au panthéon de son art comme Bob Kane, Stan Lee, Alan Moore, Hugo Pratt, Franquin ou encore Edgar P. Jacobs. Il est considéré d’ailleurs comme le dessinateur de BD le plus lu au monde, toutes époques confondues. Il a vendu 380 millions d’albums au cours des 60 dernières années. Ses œuvres ont été éditées dans le monde entier et traduites dans plus de 110 langues. Excusez du peu.

Alors bien sûr pour tout le monde ou presque Albert Uderzo fut ce type fabuleux qui eut l’idée géniale en 1959 de créer dans le journal Pilote le personnage d’Astérix ! Un petit guerrier gaulois affublé d’un compagnon improbable sous la forme d’Obélix, et ça a marché. Avec son comparse René Goscinny à l’écriture des phylactères Uderzo inventa toute une population hétéroclite et bigarrée. À tel point même que pendant des décennies les écoliers ont représenté Jules César comme dans les albums de BD. Et ils continuent encore.
Uderzo est connu pour d’autres œuvres, notamment pour les passionnés d’aviation.

Car pour beaucoup d’entre-nous nous avons découvert notre passion au travers des aventures de Tanguy et Laverdure. Et comme pour Astérix et Obélix il y a un héros et un anti-héros. Le héros c’est Michel Tanguy, beau grand et fort, et l’anti-héros c’est son meilleur ami Ernest Laverdure. Lui est maladroit et timide. Une sorte d’Obélix en plus mince. Mais comme son homologue gaulois il lui est fidèle en amitié. Tanguy est indissociable de Laverdure.
Tous deux pilotaient des avions de chasse, des Super Mystère B2 et Mirage III dessinés de la manière la plus réaliste possible par la plume fine d’Albert Uderzo.

Impossible de passer à côté du plus célèbre village gaulois et de ses « seconds rôles ».

Uderzo était un monstre sacré, un terme absolument pas exagéré pour lui. Il est parti à 92 ans à Neuilly-sur-Seine en proche banlieue parisienne par un beau mardi de printemps. Aujourd’hui nous sommes sans doutes des centaines voire des milliers à avoir envie de pleurer. Pour vaincre cela je vais ressortir mes Tanguy et Laverdure autant que mes Astérix, j’ai le temps de les lire, je suis confiné. Et grâce à lui je suis sûr de bien me marrer.
Au revoir monsieur Uderzo, et surtout un grand grand merci à vous.

Illustrations © Éditions Albert René.

 

 

 

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Chapeau Monsieur Uderzo et merci pour vos magnifiques dessins.
    Les médias québécois ont rapporté la triste nouvelle malgré tout l’espace occupé par le COVIS-19. Je me souviens avec émotions de la lecture des premiers albums des aventures de Tanguy et Laverdure et de l’acuité de ses dessins… Lorsque nos bibliothèques publiques seront de nouveau ouverte, nous lirons le fruit de votre génie et les ouvrages qui vous sont consacrés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom