On en sait désormais un peu plus sur la catastrophe aérienne qui s’est déroulée hier après-midi aux abords de l’aéroport de Karachi. Désormais le bilan humain est quasi arrêté avec 97 morts et deux survivants, même si on ignore si des victimes se trouvaient dans les habitations que l’avion a percuté. Les deux boites noires ont également été retrouvées par les équipes de secours. La majorité des passagers voyageait afin de participer aux festivités de l’Aïd el-Fitr.

Lors du crash l’avion tentait apparemment de se poser après une première tentative, infructueuse. Les services de secours de l’aéroport Jinnah de Karachi savaient donc qu’un problème majeur concernait le biréacteur mono-couloirs au niveau d’au moins un des moteurs. C’est donc au deuxième essai que l’écrasement s’est produit.
Ainsi est clairement écartée l’hypothèse d’un acte terroriste, un temps envisagée par les autorités pakistanaises.

Surtout les secouristes déployés en masse dans la région par Karachi ont réussi à retrouver rapidement les deux boites noires. Il reste désormais à savoir où elles seront ouvertes et leurs données exploitées en vue de la découverte de la vérité autour de ce drame qui a coûté la vie à un minimum de 97 personnes.
Les huit membres d’équipage de l’avion sont décédés ainsi 89 des 91 passagers. Beaucoup rejoignaient leur famille à Karachi afin de célébrer l’Aid el-Fitr, c’est à dire la rupture du jeûne lors du mois du Ramadan. Cela aurait dû être la fête, c’est désormais donc le deuil qui l’emporte. Selon les médias locaux l’ancienne top-model et comédienne Zara Abid ferait partie des victimes décédées.

Des zones d’ombres existent encore sur l’accident lui-même et sur le fait qu’on ait apparemment pas retrouvé de victimes au sol. La population pakistanaise étant partiellement confinée les habitations percutées par l’Airbus A320-200 auraient du accueillir leurs résidents.
On sait également que les services de secours ont mis un certain temps à rejoindre le site du crash en raison des ruelles étroites de ce quartier très populaire.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom