C’est une page de l’histoire de l’Armée de l’Air qui vient de se tourner. Ce vendredi 5 juin 2020 aura marqué la fin de l’utilisation des jets d’entraînement Alpha Jet E de facture franco-allemande au sein de l’École d’Aviation de Chasse. Désormais les élèves-pilotes français seront formés sur l’avion suisse Pilatus PC-21. De la Base Aérienne 705 de Tours ils déménagent vers la Base Aérienne 709 de Cognac.

Pour ce dernier vol ce sont cinq avions qui ont pris les airs. À leur bord aucun élève mais des cadres de la base dont le commande de la Base Aérienne 705 ou encore le directeur de l’École d’Aviation de Chasse. Forcément un moment fort en émotion pour ces femmes et hommes. Oui femme car parmi les cinq pilotes il y avait un personnel féminin, une capitaine, seule femme instructeur de l’unité. Ils ont notamment survolé le célèbre château de Chenonceau et la mairie de Tours. À leur retour sur le plancher des vaches les Pompiers de l’Air les attendaient pour un water salute sans doute très attendu.
Désormais le Dassault-Breguet / Dornier Alpha Jet E ne fera plus jamais entendre le sifflement si particuliers de ses réacteurs.

L’ancien…

Que les passionnés du «gadget» se rassurent cette fin de carrière ne signifie pas pour autant qu’il a fini de servir l’Armée de l’Air. La Patrouille de France continue de voler dessus tout comme la 8e Escadre de Chasse. Cette dernière assure, pour mémoire, la transformation opérationnelle des pilotes
D’ailleurs une partie des Alpha Jet E de la Base Aérienne 705 de Tours va connaitre une seconde vie dans la formation des mécaniciens de l’Armée de l’Air. Certes ils voleront beaucoup moins mais continueront d’assurer ce pourquoi ils ont été conçu : être des avions-écoles.

Si la fermeture partielle de la Base Aérienne 705 de Tours est officiellement actée pour juillet 2021 les activités ne vont donc pas s’arrêter immédiatement. Dans quelques jours, début juillet, ce sera l’ultime cérémonie tourangelle de macaronage. Elle se fera en présence bien évidemment du Chef d’État-Major de l’Armée de l’Air.
Désormais que les élèves pilotes français ne sont plus formés sur Alpha Jet E c’est un avion ultramoderne venu de Suisse qu’ils vont peaufiner leur art du pilotage : le très réussi Pilatus PC-21 à turbopropulseur. C’est à Cognac qu’ils volent.

… et le nouveau.

L’Armée de l’Air n’a jamais eu de cesse de se réinventer et la transition entre l’Alpha Jet E et le PC-21 en est la démonstration flagrante. Bon vent aux Alpha Jet E.

Photos © Armée de l’Air

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. Encore une base fréquentée dans ma jeunesse quand les avions s’en vont souvent deux ans après le reste s’en va,pour le moment elle est nécessaire au détam
    pour les plots po de l’aa Et de la Marine mais bien sûr une base de repli sera trouvée

  2. Quel plaisir c’était à Tours au point fixe en attendant son tour de voir décoller ou atterrir les Alpha Jet en formation. Et le plaisir de voir toutes sortes d’avions lors des macaronnages. De beaux souvenirs…

  3. Etant juste pilote PPL, quelqu’un peut il m’expliquer le pourquoi de passer d’un biréacteur au sein de l’école d’avion de chasse à un monomoteur? Les avions de chasse sont à réaction et une partie de ceux ci ont deux réacteurs.

    • Bonjour,

      Le Pilatus PC-21 est globalement moins onéreux à l’utilisation tout en disposant d’une avionique permettant aux futurs pilotes de Rafale de se former au mieux. Je vous invite à lire la fiche de cet avion, elle est en lien interne dans le corps de l’article. 🙂

    • Comme le dit Arnaud toute l’avionique du PC21 est très près dû rafale mais en plus le pc 21 possède un système simulateur qui efface l’effet de l’helice Le rapprochant ainsi aux sensations et domaine de vol d’un mono réacteur mais la visualisation tête haute est l’oppose des cadrans ancestraux de l’alphajet

  4. Quel est la raison de ce déménagement ?
    Regrouper les activités de formation sur une même base et faire des économies, comme ont pu connaitre récemment les bases de Francazal, Reims, Cambrai, Dijon, Colmar, Chateaudun… à cause du rétrécissement de l’armée de l’air ?
    Trop de nuisances sonores pour la ville de Tours ?
    Laisser la place au trafic civil et faire de cet emplacement un aéroport uniquement civil ?

    • Oui l’agglomération a tellement évolué que la base 705 se retrouve encerclée. Et pour y vivre il y a des grasses mâtinées impossibles. Des exercices très tard même les jours fériés…

      Ci-joint ce lien sur le sujet
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Base_a%C3%A9rienne_705_Tours#Cohabitation_avec_les_riverains

      En tout cas pour bien connaître la BA-705 en tant que tourangeau et ex-appelé Aviateur y ayant fait son Service Militaire (et oui) les appareils du COTAM (ex-GLAM) font souvent escale à Tours à cause ou grace au mess où on y mange très bien.
      Les français et la bouffe…Une grande histoire !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom