Concevoir un chasseur embarqué au 21e siècle n’est pas à proprement parler une aventure technologique sans risque. C’est pourtant le challenge que l’Inde s’est lancé au travers du programme TEDBF né sur les cendres du Tejas N avorté. Ce programme très ambitieux est censé permettre la construction et la livraison d’un chasseur biréacteur permettant d’équiper au début de la décennie prochaine le ou les porte-avions indiens. Un programme qui inquiète autant Américains que Français, les deux étant en pourparler avec les Indiens en vue de fournir d’ici là un tel avion.

Car pour mémoire Boeing et Dassault Aviation sont actuellement engagés dans une âpre compétition indienne baptisée MRCBF. Ce sont respectivement les F/A-18E/F Super Hornet et Rafale M qui y sont en compétition, ce qui dans les deux cas serait une grande première en matière d’exportation. Bien sûr Boeing a déjà vendu son chasseur à l’étranger mais uniquement comme avion terrestre et non embarqué.

Le programme TEDBF, pour Twin Engine Deck Based Fighter, a été logiquement confié par le gouvernement indien à l’avionneur Hindustan Aircraft Limited. Si HAL a déjà de l’expérience dans les chasseurs au travers du Marut de la guerre froide ou du plus récent Tejas cette entreprise n’a jamais conçu de chasseur embarqué. Il y a un début à tout.
Et on connait déjà quelques traits de cet avion. Pour la motorisation c’est General Electric et son F404 qui a été choisi. Celui-là même qui propulse le Super Hornet ou encore le Tejas. On ne change pas une équipe qui gagne.
Sa charge de combat doit atteindre les neuf tonnes et comporter notamment des missiles air-air Astra développés en Inde par DRDO. Cette munition est considérée en Inde comme supérieure à l’AIM-120 américain.

Le programme TEDBF doit déboucher sur un avion réalisant son premier au cours du second semestre 2026 pour une entrée en service opérationnel entre le premier et le second semestre 2030. L’Inde a donc dix ans pour concevoir un tel avion, et au passage faire oublier les erreurs du Tejas. Et notamment le Tejas N qui devaient servir sur porte-avions et a finalement été abandonné il y a quelques semaines. Les huit Tejas N commandés devront servir à la définition du TEDBF.

Les premières images de synthèse montrent clairement un avion inspiré bien plus par le Rafale M que par le Super Hornet, le tout avec une esthétique très indienne. C’est à dire assez vintage, pour ne pas dire vieillotte à la manière d’un Tejas.
On ignore actuellement si le programme TEDBF met en danger ou non le programme MRCBF.

Photo © US Navy.

Publicité

9 COMMENTAIRES

  1. Ils vont pouvoir s’inspirer des rafales en leur possession tout en les modifiants afin de les rendre navalisables, j’ai cependant un sérieux doute sur la faisabilité d’un tel programme en plus si ils utilisent le F404 ce sera obligatoirement un bi moteur, il suffit de voir le Tejas qui est clairement sous motorisé et même avec 2 F404 ce sera juste pour décoller d’un porte avion sans catapulte à moins d’avoir un emport ridicule, bonne chance à nos amis indiens…..

  2. Ils ont raison l’Inde est un grand pays, rien ne vaut que d’être servi par soi même. Mais nous maintenant en Europe faisons pareil et arrêtons de donner toutes notre technologie pour vendre des clopinettes, et Dassault dois arrêter le premier en Inde. Ils veulent se démerder très bien et bien laissez les alors se débrouiller seul !

    • Donc si j’ai bien compris vous voudriez que Dassault Aviation tourne le dos à un de nos clients les plus fidèles en matière d’avions de chasse ?

      • Oui car Dassault tournera pas le dos à un futur client mais bien à un futur concurrent qui veut juste voler la technologie et rattraper son retard, il faut arrêter d’être naïf avec des pays puissants qui étaient en retards hier qui volent la technologie aujourd’hui et qui nous domineront demain. À croire que la Chine ne soit pas un exemple assez gros pour vous, et pourtant…
        Cordialement.

        • C’est trés clair comme on fait les chinois, toute l’europe principalement d’ailleurs, se fait voler constament tout le travail d années de R&D par le reste du monde et surtout la France qui est quand même un des meilleurs viviers d’ ingénieurs au monde…
          Il n’y a qu’a voir tout ce que nous pique « braque »les USA, je ne parle pas du militaire hein…

        • Bonjour, pour avoir û des connaissances de chez Dassault qui sont partis en mission en Inde pour allez visiter HAL, je peu vous garantir qu’ils ont beaucoup de chemin et de soucis pour arriver aux niveaux des chinois, quand je vois le tejas où ils en sont, il y’a des progrès à faire.

  3. Sur les images de synthèses que chacun pourra trouver sur google, on devine clairement les lignes d’un Tejas avec une voilure « up-scalée » à laquelle ont été ajoutés deux plans canards et l’appareil est devenu bi-moteur. Le changement d’échelle, ce n’est pas une entreprise aussi simple qu’il n’y parait, même si l’opération a plutôt pas mal fonctionné avec le Hornet.
    10 ans ce me paraît aussi très juste comme délais de réalisation, en temps normal, et je ne suis pas sûr que ce temps-ci colle avec les modalités industrielles et administratives indiennes. Sur ce plan, ça me semble même ambitieux.

  4. Quand la France a construit le rafale m ,elle bénéficiait d’importants retex dû aux deux pa catobar en service et des avions étendards et super ainsi que Crusaders,je souhaite du plaisir à l’inde Qui construit un avion pour pa catobar sans avoir de pa de cette nature donc tout cela va se faire avec des bases théoriques c’est quand même risqué,rappelons nous qu’il y fallu rallonger le pont du cdg pour les hauwkeye

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom