Beaucoup pensent à tort que ce conflit est terminé, BFMTV et CNews n’en parlent presque plus. Mais au-dessus de l’Irak et de la Syrie les Dassault Aviation Rafale de l’Armée de l’Air continuent leurs missions du quotidien. Entre appui aérien rapproché, renseignement aéroporté, et frappes ciblées ce sont 440 sorties qui ont été réalisées par les avions français depuis le 1er janvier. La crise sanitaire n’a pas ralenti l’effort de guerre de nos militaires.

Alors bien sûr les journalistes n’ont plus vraiment d’intérêts à aller filmer les combats contre l’autoproclamé État Islamique puisque désormais le plus gros se fait depuis les cockpits des avions de combat de la coalition. Ont t-ils encore en mémoire le nom de Chammal ? Mais bon nous avons des femmes et des hommes sur place, mettre en lumière leurs missions c’est un peu logique. C’est aussi pour la sécurité de notre Europe qu’ils se battent.

Et visiblement ils n’ont pas chômé. Depuis le 1er janvier 2020 les avions français Dassault Aviation Rafale déployés sur la Base Aérienne Projetée ont mené pas moins de 440 missions. Et ce jusqu’à ce vendredi 31 juillet 2020. Soit un total de 2000 heures de vols en sept mois.
Pas mal pour une guerre qui n’intéresse plus personne et qui selon l’actuel locataire de la Maison Blanche serait globalement terminée depuis deux ans. Allez dire ça à nos combattants sur le terrain !

Des missions offensives bien entendu, grâce aux bombes GBU-12 de facture américaine et A2SM conçues et fabriquées en France. Les missiles de croisière SCALP-EG bien entendu sont aussi dans cet arsenal, pour les objectifs à forte valeur tactique. Nos Rafale assurent également des missions plus discrètes, moins médiatiques : le renseignement aéroporté. Ce sont notamment les raids de reconnaissance tactique post-strikes qui permettent de confirmer la destruction des cibles et le nombre de morts (approximatif) parmi les troupes djihadistes. La guerre se fait donc au quotidien pour nos équipage, mais pas que.

Munitions en place ces Rafale peuvent décoller depuis la Base Aérienne Projetée.

Car 440 missions représentant 2000 heures de vols, c’est aussi l’engagement des armuriers, des mécanos, des commandos le long de la piste, des personnels administrations, des soignants, de tous ces militaires dans l’ombre des pilotes. Sans eux d’ailleurs ces derniers ne pourraient rien faire et nos magnifiques avions ne pourraient pas quitter le plancher des vaches. Ces 2000 heures de vols ce sont donc aussi les leurs.

Photos © ministère des Armées.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Ça représente, grosso modo, une dizaine d’heures par jour en moyenne, en deux missions quotidiennes (en sorties, c’est deux avions à chaque fois ? donc 4 sorties / jour ?), c’est un rythme qui n’est pas négligeable pour un petit détachement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom