Il y a quelques jours nous vous annoncions que le Maroc avait sélectionné cette machine. Ce mardi 30 juin 2020 la branche voilure tournante du géant américain Boeing a annoncé la livraison du 2500e exemplaire de l’hélicoptère de combat AH-64 Apache. Dans le même temps son sous-traitant Longbow LLC révélait que 500 exemplaires du radar AN/APG-78 avaient également été vendus et livrés. Belle réussite pour un hélicoptère de combat qui aujourd’hui encore demeure une référence planétaire.

Qu’il semble loin ce mardi 30 septembre 1975 quand vola pour la première fois le prototype Hughes YAH-64 Apache. Qui pouvait alors imaginer que cette machine allait devenir le mètre-étalon des hélicoptères de combat et serait toujours en production 45 ans plus tard. Et en ce mardi 30 juin 2020 donc l’US Army a pris livraison du 2500e Apache construit. Pour l’occasion il s’agit d’un AH-64E Guardian, la version la plus récente.

Une quasi image d’Épinal de l’Apache, avec son canon bien en vue.

Outre cette US Army qui demeure évidemment son principal utilisateur les forces de seize pays ont acquis la machine. Des Apache volent ainsi sous les couleurs britanniques, égyptiennes, émiraties, grecques, indiennes, indonésiennes, israéliennes, japonaises, koweïtiennes, néerlandaises, qataries, saoudiennes, singapouriennes, sud-coréennes, et taïwanaises. Et donc bientôt sous la cocarde marocaine, le premier pays maghrébin à avoir franchi le pas et acheter cette machine de légende.

Il faut cependant savoir que parmi ces 2500 AH-64 Apache on ne compte pas les hélicoptères en service dans la British Army. En effet ceux-ci ont été construits sous licence locale par Westland puis par Agusta-Westland sous la désignation d’Apache AH.1.
Pour autant l’hélicoptère a connu un plantage aux États-Unis : le Sea Apache. Cette version d’appui tactique et de combat maritime avait été proposé à l’US Navy et l’US Marines Corps. La première ne daigna même pas s’y intéresser et la seconde lui préféra le Bell AH-1W Super Cobra.

La présence des skis sur ces Apache trahit leur appartenance au 1-25th Attack Reconnaissance Battalion.

Fait intéressant le consortium Longbow LLC (formé par Lockheed-Martin et Northrop-Grumman) en a profité pour annoncer la livraison du 500e radar AN/APG-78. Celui-ci n’existe que sur deux versions de l’Apache, les AH-64D et AH-64E. Reconnaissable au premier coup d’œil il est situé au-dessus de la tête de rotor de l’hélicoptère et permet un contrôle de tir millimétrique. Cette fois par contre la version britannique de l’Apache est comprise dans ces 500 radars assemblés et livrés. Ce 500e l’a été pour un futur hélicoptère qatari.

Sur cet Apache le radar AN/APG-78 est bien visible au-dessus de la tête de rotor.

Un total de 2500 exemplaires construits et livrés c’est déjà en soit un exploit aujourd’hui pour un hélicoptère contemporain. Ça l’est doublement quand on songe que c’est une machine de combat qui a survécu à l’effondrement du bloc communiste et la fin de la guerre froide qui s’en est suivi. L’Apache a réussi à s’adapter, et c’est là la clef de son succès.
Seul le légendaire Mil Mi-24 soviétique a réussi à faire mieux, mais lui en 50 ans, et grâce entre autre à sa version modernisée Mi-35.
Au plus tôt l’arrêt de la production de l’Apache est désormais envisagée pour 2026. L’hélicoptère sera alors quinquagénaire.

Photos © US Department of Defense.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Je suis pas spécialement hélicos mais il faut reconnaître que l’Apache est un succès sur tous les plans!
    Digne successeur du Cobra. Des hélicoptères impressionnants!

    • Succéder à des machines aussi mythiques est souvent impossible. Regardez les Douglas DC-3, Sud Aviation Alouette III, Mil Mi-24, ou encore Beechcraft King Air. Je crains que pour l’Apache ça en soit de même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom