On aurait pu croire que l’avionneur américain allait entrevoir le bout du tunnel, il n’en est finalement rien. Ce lundi 29 juin 2020 la Federal Aviation Administration a fait réaliser au 737 Max son premier vol en vue de sa nouvelle certification. Le même jour Boeing apprenait une massive annulation de commande pour cet avion par la compagnie aérienne Norwegian. On a connu de meilleurs auspices.

Déjà on savait que pour cette campagne de certification l’avionneur était écarté de la procédure par la Federal Aviation Administration mais en plus désormais Boeing doit faire face à des ennuis financiers et même juridiques supplémentaires autour de son 737 Max.
L’annulation de commande par Norwegian a été annoncé le jour même de ce premier vol. À croire que le timing était parfait pour couler un peu plus l’action du constructeur à Wall Street. Car non contente de supprimer un contrat juteux la compagnie aérienne norvégienne entend désormais attaquer l’avionneur américain devant les tribunaux en raison des pertes colossales engendrées par l’immobilisation de la flotte de 737 Max.

L’annulation de commande concerne 97 biréacteurs Boeing. Cinq sont des long-courriers 787-9 Dreamliner et le reste, soit 92 avions, sont des 737 Max 8. Ce qui avoisine tout de même les cinq milliards d’euros. Après c’est totalement légal qu’une compagnie aérienne annule une commande, cela arrive de temps à autre, et assez fréquemment depuis quelques temps quand il s’agit de 737 Max ! Il faut dire que les monocouloirs américaines sont immobilisés partout sur la planète depuis quinze mois.
Et désormais donc la compagnie norvégienne entend amener la question de cet avion devant les tribunaux. Justice américaine, justice norvégienne ? Ou les deux ? Rien n’est encore arrêté mais le transporteur a annoncé que les pourparlers avec Boeing avaient échoué et que désormais c’est pas la voie juridique que cela se règlerait.

Le pire dans cette histoire c’est que cette annonce de Norwegian a totalement éclipsé la très bonne nouvelle pour Boeing : son 737 Max revole. Pas encore avec des passagers et uniquement pour le compte de la Federal Aviation Administration mais il vole.
C’est l’avion immatriculé N7201S qui assure les vols d’essais. Il s’agit d’un 737 Max 7, le plus petit avion de la famille.
Avec cette campagne d’essais les dirigeants de Boeing espère un retour à la normale une fois la certification délivrée dans le courant de l’été. Reste à savoir si le logiciel MCAS ne va pas de nouveau faire des siennes.

Sans tomber dans la théorie du complot on ne peut qu’être surpris de la décision de Norwegian d’annoncer son annulation le jour même de ce premier vol. Même si le monde du transport aérien n’a rien du pays des Bisounours c’est tout de même un sacré manque de fair-play de la part de cette compagnie aérienne. Oui elle a une dent contre le constructeur et on peut le comprendre mais on peut aussi s’offusquer de la méthode. Attendre 24 heures n’aurait rien changé à ses affaires.
Maintenant se pose de plus en plus la question du maintien du 737 Max dans la ligne commerciale de Boeing. L’avion n’est t-il pas aujourd’hui totalement grillé auprès de ses utilisateurs ? Seul l’avenir nous le dira.

Photo © Boeing.

 

 

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Dans le cas de norvégian l’immobilisatîon des Max se télescope avec la crise de l’aerien,cela fait quand même plus de deux mois que les ennuis financiers de norvégian sont annoncés la date de l’annonce est peut-être dû au niet de Boeing pour les indemnités.le dreamliner avec les moteurs GE est un formidable avion et si ils annulent les 5 commandes à 230 millions de$ pièce c’est que les finances ne suivent pas

  2. Bonjour Arnaud, d’abord et avant tout merci pour vos articles qui nous tiennent au courant de l’activité aéronautique. En ce qui concerne Norwegian il me semble avoir lu un papier comme quoi les Chinois auraient racheté cette compagnie qui était au bord du gouffre ? Complotisme mis à part ce pourrait être une explication de cette annulation et des suites juridiques, en regard de la guerre commerciale à laquelle se livrent l’administration Trump et les autorité chinoises.
    Bien cordialement,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom