C’est sans doute un gros ouf de soulagement du côté de l’avionneur américain. Enfin l’US Air Force vient officiellement ce lundi 13 juillet 2020  de signer un premier contrat pour huit avions de combat type Boeing F-15EX Advanced Eagle. Ceux-ci sont des avions de présérie, ce qui signifie qu’ils auront pour mission de définir totalement l’aéronef et son emploi au sein des forces américaines. Le Pentagone va débourser 1.2 milliards de dollars US dans cette nouvelle aventure.

En même temps cette commande n’est pas une très grosse surprise, elle était dans les tuyaux depuis quelques semaines. Il semble même que sans la crise sanitaire du Covid19 elle aurait pu être passée depuis quelques semaines. Mais bon désormais c’est fait, l’US Department of Defense n’a plus qu’à payer et les équipes de Boeing à se mettre au travail.

C’est véritablement une seconde vie pour le célèbre McDonnell-Douglas F-15E Strike Eagle tel celui représenté ci-dessus, une renaissance même. Car ce F-15EX Advanced Eagle permet de relancer les développements et donc l’industrialisation du chasseur biréacteur. N’oublions pas que le F-15A Eagle d’origine est apparu dans l’arsenal américain au début de l’année 1976. Ça commence à remonter.
Alors ce futur F-15EX est t-il réellement inédit ? En fait oui et non. Il est en partie basée sur les F-15QA et F-15IA. Le premier est actuellement en cours d’assemblage et de livraison auprès de nos alliés qataris tandis que le second est étudié depuis plusieurs semaines au profit d’Israël. Donc pour une fois les Américains vont tirer une version «locale» d’un avion pensé pour l’export. C’est assez original et rare pour être souligné.

Le rôle de ce nouveau F-15EX Advanced Eagle sera d’être le plus polyvalent possible. Il devra assurer aussi bien des missions de défense aérienne que d’appui aérien rapproché ou encore de pénétration profonde. Certains de ses détracteurs le disent dangereux pour le programme du Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Et ils ont tort. Le but de Boeing n’est pas que son avion remplace le chasseur furtif mais qu’il vienne le seconder, et même assurer pourquoi pas la couverture aérienne de ses opérations air-sol.

Et comme la mode aux États-Unis est à la réduction massive des signatures radars le F-15EX Advanced Eagle sera adapté à cela. Pour autant croire qu’on puisse faire un F-15 furtif relève au mieux de l’inconscience et au pis de la méconnaissance crasse des questions aéronautiques contemporaines. En fait l’avion ne sera pas furtif mais discret, un peu à la manière de notre Dassault Aviation Rafale français ou de l’Eurofighter EF-2000 Typhoon. Sa signature radar sera donc fortement atténué par des lignes plus douces, des arêtes plus franches, ou encore des peintures adaptées.

Non ceci n’est pas le vrai F-15EX 0001 mais un F-15QA spécialement repeint pour l’occasion par Boeing.

Boeing possède donc d’ores et déjà l’assurance qu’une somme de 1.2 milliards de dollars viendra soutenir le développement de ces huit avions de présérie. Les ingénieurs et techniciens vont avoir de quoi plancher. Pour beaucoup les besoins de l’US Air Force dans ce chasseur de fausse nouvelle génération avoisinent les 100 à 150 machines. Le premier vol est attendu pour mi-2022 et la livraison des deux premiers exemplaires pour fin 2023. On saura alors si le Pentagone le commande vraiment en série ou si seulement huit F-15EX Advanced Eagle existeront.

Pour des passionnés comme moi ce nouveau programme est passionnant car il permet de voir vivre un des avions légendaires de l’arsenal américain des 50 dernières années. Increvable F-15 !

Photos © US Air Force.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. Petite ajoute au niveau de la « furtivité » du F15 Advanced Eagle est que sa furtivité a été limitée car l’avion est également destiné à l’exportation. Le F35 également. Comme bien précise dans l’article.
    Le F22 Raptor ne peut pas quitter les USA car détient trop de secrets dont sa furtivité.

  2. De ce que j’ai compris, ce nouveau F-15 doit aussi pouvoir servir de « camion à bombes » pour le F-35 et le F-22 : ces derniers font de la pénétration en territoire adverse grâce à leur furtivité, repèrent les cibles et les transmettent aux F-15, qui les aligneront depuis une zone suffisamment éloignée pour ne pas craindre la défense aérienne adverse. Sur le papier, c’est une solution élégante de circonvenir l’emport limité des F-35 et F-22.

    • Non, pas de camion à bombe mais plutôt de « Missileer », un pur intercepteur devant vider le ciel des chasseurs ennemis pour permettre au F-35 de bombarder les cibles terrestres. En gros, il vient compléter la très rare flotte de F-22 et, sinon la remplacer, au moins la compléter.

  3. C’est la marque des avions bien nés et bien conçus que de perdurer bien au-delà de ce que leurs concepteurs avaient imaginé. L’Air Force est aussi à la recherche d’un camion à missiles en vue de muscler la salve en cas d’affrontement avec une puissance rivale pour suppléer les F22 (en nombre trop faible) et F35 aux capacités d’emport trop limitées
    Ce qui est intéressant, c’est que ce rôle aurait pu être rempli par un « loyal wingman » …

    • il n’est pas interdit de le penser, mais pour l’instant il s’agit de 8 avions d’essai, sachant les relations entre Boeing et le Canada, ainsi que le délai d’achat des Suisses, pourquoi pas ? mais ce sera pour plus tard alors …

  4. Rappelons que l’on se base sur la version biplace Strike Eagle dont le premier vol a lieu fin 1986, cela fait des décennies que l’on construit plus de F-15 monoplaces a Saint-Louis.

  5. Le nombre de F-35 commandés est bien moindre que l’effectif prévu à l’origine, Son coût est bien supérieur à celui prévu, Ses performances sont bien moindres que celles prévues;. Sa mise au point n’en finit plus de finir.
    A côté de cela, l’USAF achète un lot important de F-15, un appareil ancien, dans une version modernisée. de surcroît dans une version polyvalente, donc dédiée en partie à l’air-sol, la tâche de prédilection du F35,
    Tout comme l’USNavy va acquérir bien plus de Superhormet bloque III, que cela était prévu à l’origine.
    Y a que Arnaud pour ne pas y voir un camouflet pour le F35.

  6. Même avec le nombre des années,cet avion reste une plateforme des plus complète que ce soit en ex yougoslavie ,en Irak ou au dessus de la Syrie avec les f15 de l’IAF le f15 a un nombre de bingo impressionnant sur les mig 29 sans perte contre cet avion qui a la poussée vectorielle et qui fait le cobra de P,comme quoi l’osmose dans dans l’avionique et le sna reste une garantie majeure comme l’avait par le passé le f14 de la Navy,il n’est pas furtif il n’a pas la fusion des données du 22 et du 35 mais il a un radar et des calculateurs de premier ordre un camion à missiles qui peut se permettre de faire du fox par 2 tellement il en a sous voilure et puis le 15 c’est le gardien du ciel qui travaille toujours avec un Awac

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom