La situation redevient particulièrement tendue en mer du Nord. Ce dimanche 11 octobre 2020 l’US Department of Defense a confirmé l’envoi d’un contingent de l’US Air Force afin de protéger l’espace aérien souverain de l’Islande. Depuis plusieurs semaines des avions militaires russes s’en sont approchés, parfois de très près. Pour mémoire cet état insulaire à mi-chemin de l’Europe occidentale et de l’Amérique du nord ne dispose d’aucun élément de défense aérienne.

C’est donc ce jeudi 8 octobre qu’un détachement de chasseurs McDonnell-Douglas F-15C/D Eagle appartenant au 493rd Fighter Squadron a quitté sa base anglaise de RAF Lakenheath. Direction plein nord et la base islandaise de Keyflavik, une destination bien connue des chasseurs américains depuis la guerre froide. Les chasseurs de l’US Air Force vont avoir la mission de défendre l’espace aérien souverain islandais face aux intrusions trop fréquentes de l’aviation stratégique russe. En l’absence d’avions de combat en service dans ce pays les Tupolev Tu-95 et Tu-160 russes, pour ne citer que ceux-là, ont pris l’habitude de s’en approcher de très près. Quitte même à la violer de temps en temps.

Jusqu’à ce lundi 12 octobre 2020 au matin les équipages de F-15C/D Eagle assuraient des vols d’entraînement et d’acclimatation au milieu islandais. Un Boeing KC-135R Stratotanker de ravitaillement en vol les a rejoint ce dimanche 11 octobre, en provenance d’Angleterre lui aussi. Il est habituellement stationné à RAF Mildenhall et devra décoller en alerte en même temps que les chasseurs.

Le couple Eagle-Stratotanker doit permettre de convaincre l’aviation stratégique russe de passer suffisamment au large de l’Islande pour ne pas mettre en péril sa souveraineté. Mais entre la théorie et la pratique il risque d’y avoir un fossé.
Les quatre chasseurs et le ravitailleur américains vont demeurer en Islande au moins jusqu’à la mi-novembre. Mais leur mission pourrait se retrouver prolonger si les relations internationales l’exigent et si la Russie maintient sa pression sur cet état insulaire membre de l’alliance Atlantique.
Affaire donc à suivre pour savoir si on aura de belles interceptions ces prochaines semaines.

Photo © US Air Force.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Plutôt une question qu’un commentaire: des avions français ou européens pourraient-ils assurer cette surveillance comme ils le font dans les pays baltes dans le cadre de la mission Baltic Air Policing?

    • C’est le cas, à travers la Icelandic Air Policing, L’OTAN assure la protection de l’espace aérien Islandais. Par contre il ne s’agit pas d’une présence permanente, mais plutôt d’une présence de quelques semaines 3 à 4 fois par an.
      Mais oui, des pays européens l’ont déjà fait (notamment la France, l’Allemagne, l’Italie) ainsi que le Canada et les US.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom