L’avion français pourrait de nouveau être commandé ces prochains mois par l’état indien. Désormais New Delhi ne cache plus son intention d’acquérir trente-six Dassault Aviation Rafale supplémentaires afin d’équiper deux escadrons de plus. L’actuelle crise qui oppose l’Inde à la Chine autour de ses frontières n’est pas étrangère du tout à cette décision. Surtout ces futurs avions ne s’inscriraient pas dans le cadre du programme M-MRCA 2.0 dont l’issu est attendue pour l’année prochaine.

Dès lors qu’un avion de combat est opérationnel il devient bien souvent un acteur important de la défense. Le Dassault Aviation Rafale n’y fait pas exception en Inde. Et son récent déploiement près de la frontière chinoise vient en attester de manière totalement formelle.
Or le Rafale n’en est qu’à ses débuts dans l’Indian Air Force. D’ailleurs le trente-sixième avion issu de la commande de septembre 2016 n’arrivera pas en unité avant le second semestre 2023.

Face à une Chine qui va bientôt aligner des avions de combat furtifs comme les Chengdu J-20 et Shenyang J-31 seul le Rafale peut actuellement faire la différence dans l’arsenal indien. C’est pourquoi il y a deux jours l’Air Chief Marshall Rakesh Kumar Singh Bhadauria a fait publiquement connaitre sa volonté d’obtenir au plus vite trente-six Rafale supplémentaires afin de permettre d’équiper deux escadrons supplémentaires. L’actuel chef d’état-major de l’Indian Air Force sait pourtant qu’il devra jongler également avec le programme M-MRCA 2.0 et ses cent-quatorze avions à acheter ainsi qu’avec celui plus problématique à ses yeux des quatre-vingt-cinq HAL Tejas de facture indigène. Un avion non désiré mais issu d’un programme trop ambitieux pour être ainsi annulé.

Donc il se profile de plus en plus que ces trente-six futurs Dassault Aviation Rafale soient commandés en plus du M-MRCA 2.0. Pour mémoire cette compétition oppose quelques-uns des meilleurs avions de combat du moment. Outre le Dassault Aviation Rafale également en lice on retrouve l’Airbus DS Typhoon, le Boeing F/A-18E/F Super Hornet, et le Mikoyan MiG-35. Rappelons que ce dernier est issu du fameux MiG-29 Fulcrum daté de la guerre froide.

C’est sans doute dans le courant de l’année 2021 que le gouvernement indien devrait formaliser cette commande de trente-six avions supplémentaires. De quoi rassurer chez Dassault Aviation en garantissant la pérennité de l’outil industriel.
Affaire à suivre donc.

Photo © Indian Air Force.

Publicité

7 COMMENTAIRES

  1. Dans cette période difficile pour l’aéronautique en France, cette commande permettrait d’assurer du travail pour Dassault et ses employés. Les ventes de Falcon baissent dangereusement, et les ventes de rafales pourraient sauver ce fleuron industriel français.

    • Exactement ! En même temps, comment abandonner un tel programme qui met en jeu la fierté nationale indienne, sans compter les sommes investies. Ils ont peut-être vu trop grand trop vite car le travail est immense surtout pour concevoir un réacteur à la hauteur de la tâche..
      Il vont probablement simplement réduire la voilure du programme, pour laisser une place plus importante aux programmes occidentaux ou russes.
      Le matériel russe a des qualités au combat mais les indiens ont pu se rendre comptes que l’entretien des avions est catastrophique en terme de coût et de temps d’immobilisation, et la fiabilité est moyenne.
      Les indiens disent eux-mêmes que le F-35 n’a pour lui quasiment que sa furtivité, il est dépassé notamment par le Rafale de loin en terme de rayon d’action, de capacité d’emport, de maniabilité, de Vmax (200Km/h de différence), de coût d’achat et d’entretien, la fiabilité n’est pas totale…
      Et comme ils ne se mettent pas sous l’aile militaire de l’Amérique, ils ne se sentent pas obligé d’en acheter.
      Reste le F-15 modernisé qui est un bon camion à bombes.
      Le Rafale a pour lui le Mete0r qui est le missile air-air au plus long rayon d’action au monde.
      L’inde qui est dans le dur et qui a déjà des Rafales en veut d’autres c’est une super pub pour Dassault.
      Finalement, on en vendra peut-être à d’autres, des Rafales…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom