L’évènement a eu lieu ce vendredi 16 juillet 2021 sur la base aéronavale américaine de North Island en Californie. En présence de l’ambassadeur indien aux États-Unis l’Indian Navy a officiellement pris livraison de son premier lot d’hélicoptères de combat naval MH-60R Seahawk. Avec ces machines l’Inde poursuit son partenariat avec l’industrie aéronautique américaine. À terme ce sont vingt-quatre de ces machines qui doivent y entrer en service.

Initialement ces machines auraient dû être livrées en fin d’année dernière. La crise sanitaire du Covid-19 en a décidé autrement. Trois exemplaires devaient être pris en compte par l’Indian Navy à Noël 2020, ce sont finalement deux d’entre eux qui viennent juste d’être réceptionnés. Pour autant Lockheed-Martin, la maison-mère de l’hélicoptériste Sikorsky, entend toujours livré tous les MH-60R Seahawk en temps et en heures.
Une fois en pleine dotation ils permettront de remplacer les vieux Westland Sea King Mk-42B et une partie des Kamov Ka-28 Helix actuellement en service.

Cette livraison a été l’occasion pour monsieur Taranjit Singh Sandhu, ambassadeur d’Inde aux États-Unis, de souligner l’excellente relation entre les deux pays sur les questions d’équipements aéronautique de défense. Si au sein de l’Indian Navy les Sikorsky MH-60R Seahawk sont le deuxième modèle d’aéronefs commandé auprès des États-Unis, après les Boeing P-8I Poseidon, ils seront suivis dans quelques temps des drones de reconnaissance maritime General Atomics Sea Guardian.
L’Indian Army n’est pas en reste avec six hélicoptères de combat Boeing AH-64E Guardian actuellement en commande.

Pourtant c’est véritablement au sein de l’Indian Air Force que ce rapprochement indo-américain est palpable. Si cette force aérienne n’aligne pas (encore) de chasseurs made-in USA il en est tout autrement de ses machines de soutien et de servitude. Boeing C-17A Globemaster III et Lockheed-Martin C-130J-30 Super Hercules sont parfaitement intégrés désormais dans la flotte indienne de projection. Plus rarement aperçus sont les Boeing 737-700 et 777-300ER de transport de hautes personnalités.
Les hélicoptères Boeing AH-64E Guardian et CH-47F Chinook viennent clore (temporairement) cette présence américaine.

On pourrait croire que cette pression américaine se fait au détriment des pays européens, et on aurait tort. Les récents contrats signés par Airbus DS, BAE Systems, ou encore Dassault Aviation démontrent que les machines du vieux continent sont encore fortement appréciés en Inde. Non le grand perdant est la Russie qui se voit totalement remplacé désormais par les États-Unis. Pour beaucoup Moscou paye ici sa trop grande tolérance vis à vis de Pékin, aujourd’hui ennemi déclaré de New Dehli.

Photo © Indian Navy

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom