Pas de chasseur léger sud-coréen pour l’Argentine, le Royaume-Uni s’y oppose !

À Londres visiblement avoir la dent dure on sait ce que ça veut dire. L’avionneur Korea Aerospace Industries a annoncé que le gouvernement britannique avait apposé son véto à la vente de dix chasseurs légers de nouvelle génération FA-50 Fighting Eagle a la Fuerza Aérea Argentina. La raison invoqué est lié à l’embargo sur les matériels de défense fabriqués au Royaume-Uni vis à vis de l’Argentine. Le problème reste donc entier pour ce pays qui revient à la case départ dans sa recherche d’un nouvel avion de combat.

Beaucoup croyaient que l’Argentine avait enfin trouvé son chasseur des années futures. Il n’en est donc rien, tout est à refaire. En fait ici ce pays sud-américain paye (encore) son agression militaire contre la Grande Bretagne aux Malouines. Depuis un peu plus de 35 ans il est sous un strict embargo des matériels neufs de défense produits au Royaume-Uni. Une possibilité d’entorse au règlement existe au travers des matériels de seconde main, mais là encore les services juridiques du gouvernement britannique veillent.

Et en cette fin octobre 2020 c’est donc l’avionneur sud-coréen KAI et son chasseur multi-rôle léger FA-50 Fighting Eagle qui en font les frais. Cet avion, dérivé du jet d’entraînement T-50 Golden Eagle, dispose en effet de six points majeurs d’équipements britanniques. De l’avionique bien sûr mais aussi évidemment son siège éjectable fabriquée par la célèbre société Martin-Baker installée en Angleterre et qui truste littéralement le marché de ces équipements de sécurité. Le programme de modernisation du chasseur léger lancé à la fin du printemps 2020 renforce encore les liens entre la Corée du Sud et le Royaume-Uni au travers notamment d’un accord avec l’armurier européen MBDA dans le lequel le groupe BAE Systems est partie prenante.

La décision de la diplomatie britannique étant sans appel l’Argentine doit désormais se trouver un nouveau chasseur. Un achat qui devra se faire dans la limite de ses moyens financiers et sans risque de provoquer de nouveau la ire londonienne. Autant dire que ce n’est pas gagné sauf si ce pays sud-américain venait à se tourner vers la Chine ou la Russie. Mais auquel cas les militaires argentins risqueraient de s’isoler un peu plus. Le jeu en vaut t-il la chandelle ? La réponse viendra sans doute sous peu.

Photo © Korean Aerospace Industries.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

6 réponses

  1. Les Mirages 2000 C reviennent donc dans la danse. Mais les anglais vont aussi nous faire la gueule si le contrat se fait véritablement.

  2. Les sièges éjectables dur nos chasseurs sont fabriqués par une filiale de MB, pourquoi les brits n’ont pas un regard sur nos ventes d’exportation?

Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

CANSA FC.20

S’ils sont aujourd’hui omniprésents sur les champs de bataille, au travers notamment de l’Embraer A-29 Super Tucano brésilien ou du Sukhoi Su-25 Frogfoot soviétique, les

Lire la suite...