C’est sans nul doute possible un des plus mythiques avions de chasse des soixante dernières années. Ce vendredi 20 novembre 2020 la Japan Air Self Defense Force, ou Kōkū Jieitai, a annoncé la mise à la retraite des McDonnell-Douglas F-4EJ Phantom II du 301 Hikotai. Il s’agissait de la dernière unité nippone à encore voler sur ce chasseur biréacteur. Quelques exemplaires vont encore, jusqu’au printemps prochain, voler au sein de deux unités de soutien aux essais en vol.

Le 301 Hikotai a par la même occasion été mis en sommeil par l’état-major nippon. Il renaîtra dans quelques semaines, vraisemblablement au mois de mars ou avril 2021. Ses McDonnell-Douglas F-4EJ Phantom II ne seront alors plus qu’un souvenir tant le gouffre technologique est énorme avec son successeur. Ce dernier est évidemment le chasseur multi-rôle furtif Lockheed-Martin F-35A Lightning II.

Pour la Japan Air Self Defense Force et son 301 Hikotai c’est une histoire de quarante-huit années de fidélité qui vient de se finir. C’est en effet au printemps 1972 que cette unité de chasse a réceptionné ses premiers McDonnell F-4E. Neuf ans plus tard l’unité voyait arriver les premiers F-4EJ, une version japonisée fabriquée par Mitsubishi et adaptée aux besoins locaux. Encore une dizaine d’années supplémentaire et le 301 Hikotai allait innover en devenant l’unité de réception des premiers F-4EJ Kai, la version qui vient juste d’être retirée du service.
Le radar à effet doppler AN/APG-66J faisait de cette machine un redoutable chasseur de supériorité aérienne. Son armement air-air composé de six à huit missiles air-air devait aussi y aider un peu. Les équipages chinois et russes en savaient quelque chose, rencontrant souvent ces avions.

Désormais donc le 301 Hikotai va passer à l’ère à la fois du multi-rôle et de la furtivité. Un dernier concept qui lui était jusque là totalement inconnu. Car si le F-4 Phantom II a bien des qualités la discrétion et à fortiori la furtivité n’en font absolument pas parties. Ce vénérable et très impressionnant chasseur est une catastrophe en matière de signature radar mais également infrarouge. Ses réacteurs General Electric J79-GE-17 auraient attirer le plus mauvais des missiles sol-air chinois ou russes.

Pour autant pendant encore quelques semaines, jusqu’au printemps prochain on pourra entendre ça et là dans l’archipel nippon le vrombissement des réacteurs d’un F-4EJ Phantom II. Une poignée demeure en service comme plateforme de soutien aux essais en vol.
Ce chasseur n’affronte plus les ennemis du Japon mais continue encore un peu de rendre des services.

Photo © Dave Collins.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom