Pour la deuxième semaine consécutive, confinement oblige, nous vous proposons une photo de la semaine ce mercredi 11 novembre 2020. Et nous ne pouvions pas ne pas célébrer le 102e anniversaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale au travers d’un cliché qui met en avant les avions vedettes de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Une manière très originale d’honorer les anciens combattants, les veuves et orphelins de guerre, et les victimes civiles.

C’est le sens du Bleuet de France peint sur l’empennage de ce chasseur Dassault Aviation Mirage 2000-5F. L’occasion pour ce pilote de voler aux côtés de l’élite de l’Armée de l’Air et de l’Espace : la Patrouille de France et ses très célèbres Dassault-Breguet / Dornier Alpha Jet E tricolores.
Le Bleuet de France honore aussi les victimes des autres conflits dans lesquels la France a été engagé, dont la Seconde Guerre mondiale.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Arnaud,
    J’ai une petite question svp.
    Pourquoi au niveau des numéros des avions de la PAF, on passe du numéro 6 au numéro 8 ?
    François

  2. Le Bleuet de France m’etait inconnu jusqu’à aujourd’hui. On en apprend à chaque jour. Merci Arnaud !
    Au Canada, c’est le coquelicot rouge qui est porté pour honorer les vétérans et ceux qui ont sacrifié leur vie lors de conflits.
    Même cause, mais fleurs différentes.

      • Désolé de te contredire Arnaud, mais l’adoption du coquelicot comme symbole des victimes et vétérans de la guerre ne tire pas son origine de la colonisation britannique, mais plutôt de l’Amérique et… de la France ! L’inspiration première vint du poème In Flanders fields rédigé en 1915 par un canadien, le lieutenant-colonel John McCrae, lors de la deuxième bataille d’Ypres en Belgique. Ce célèbre poème commence comme suit: Sous les rouges coquelicots des cimetières flamands, Qui parmi les rangées de croix bougent dans le vent… En 1918, la lecture de ce poème inspira l’Américaine Moina Michael à faire la promotion du coquelicot comme symbole du souvenir. Ce qui fut fait en 1920 par la National American Legion. La plus grande promotrice du coquelicot fut toutefois une Française du nom de Anna Guérin. Lors d’une visite aux États-Unis en 1920, elle rencontra Mme Michael et, à son retour chez elle, décida de fabriquer et de vendre des coquelicots pour venir en aide aux enfants des régions de France dévastées par la guerre. En 1921, lors d’une tournée de promotion du coquelicot en Grande-Bretagne et au Canada, elle convainc les associations de vétérans d’adopter également ce symbole qui a par la suite essaimé vers d’autres pays du Commonwealth.

        • Dont acte. Mais en France cette fleur reste intimement liée aux Britanniques. En tous cas c’est la connotation qu’elle a .
          Pour revenir au Bleuet de France il a même une place à son nom, à Paris à deux pas de l’Hôtel National des Invalides dans le très chic septième arrondissement.

  3. Bonjour Messieurs

    La Patrouille de France possède 10 Alphajets numérotés de 0 à 9.
    Peut-être que le 7 n’était pas disponible ( avarie, maintenance programmée … ) pour ce vol !

  4. Bonjour, en fait, je découvre ici ce symbole du « bleuet »… peut être est-ce que cela vaudrait le coup d’y consacrer un article,, expliquant son histoire ? qui l’a inventé, quand , etc …. ?
    Merci d’avance !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom