C’est ce lundi 9 novembre 2020 que le célèbre porte-avions de l’US Navy a quitté le Golfe. Dans la zone depuis près de deux mois le navire américain a pris désormais le cap vers l’Inde afin de participer à l’exercice multilatéral Malabar 2020. Surtout ses équipages laissent derrière eux la guerre contre l’autoproclamé État Islamique qu’ils ont mené de jour comme de nuit. À ce jour la marine américaine n’aligne plus aucun bâtiment de ce genre dans la région.

Super Hornet biplace à l’appontage.

Pour autant y voir un désengagement américain suite à la récente élection présidentielle perdue par Donald Trump serait une grave erreur. L’arrêt de la présence de l’USS Nimitz et de ses aéronefs en cette première quinzaine de novembre 2020 était prévue de longue date. Le porte-avions et ses navires d’accompagnement sont attendus dans quelques jours au large des côtes indiennes. Ce lundi 16 novembre 2020 le puissant bâtiment recevra la visite des officiels indiens avant le lendemain de participer à l’exercice Malabar 2020 aux côtés des marines australiennes, indiennes, et japonaises. Une manœuvre navale d’ores et déjà dénoncée par la Chine qui y voit une provocation de la part des Indiens et des Japonais.

Un peu plus de cent cinquante aéronefs sont annoncés dans l’exercice dont la plus grosse partie est fournie par l’USS Nimitz : Boeing F/A-18E/F Super Hornet et EA-18G Growler de l’US Navy, et McDonnell-Douglas F/A-18C Hornet de l’US Marines Corps pour ce qui concerne les avions de combat déployés à bord. Des avions de soutiens Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye et Grumman C-2A(R) Greyhound ainsi que des hélicoptères Sikorsky MH-60R Seahawk et MH-60S Knighthawk complètent l’arsenal aérien.
Bien entendu les croiseurs et destroyers d’escorte embarquent eux-aussi des hélicoptères similaires, à hauteur d’un à deux exemplaires chacun.

Les Death Rattlers de l’US Marines Corps à bord de l’USS Nimitz.

Surtout l’USS Nimitz et sa flottille ne rejoignent pas l’Inde depuis leur port-base de Bremerton sur la côte ouest des États-Unis mais depuis une zone de guerre. Ce sont les poches de résistance de l’organisation terroriste Daech que les avions de combat américains pilonnaient avant de quitter le Golfe. Autant dire que le stress sera sans doute moindre dans l’exercice Malabar 2020 qu’au-dessus de l’Irak ou de la Syrie. Pour autant les rotations sur le pont d’envol risquent de s’enchainer là encore à un rythme élevé.
Malabar 2020 doit durer du lundi 17 au jeudi 20 novembre 2020 inclus. Après quoi les navires de l’US Navy devraient reprendre le chemin de la maison.

Photos © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom