D’ores et déjà la Russie considère ce déploiement comme une grave provocation à son encontre. Ce mercredi 6 janvier 2021 l’US Air Force a confirmé l’envoi d’un corps expéditionnaire d’un peu moins de cent militaires en Roumanie afin de mettre en œuvre des drones General Atomics MQ-9 Reaper. La mission de ces avions sans pilote sera d’appuyer les alliés des États-Unis dans la surveillance de leurs frontières terrestres et maritimes. On ignore le nombre exact de drones présents sur la Baza Aeriană 71 General Emanoil Ionescu de Câmpia Turzii.

Sur ce chiffre les sources divergent et l’US Department of Defense reste volontairement assez flou. On parle de quatre à cinq drones. C’est à dire de quoi permettre aux télé-pilotes de faire décoller leurs machines à peu près quand ils le voudront. Les militaires américains sont arrivés en Roumanie à partir de deux Boeing C-17A Globemaster III avec les drones General Atomics MQ-9 Reaper «dans leurs valises».

Le choix de la Baza Aeriană 71 General Emanoil Ionescu de Câmpia Turzii n’est pas du au hasard. En effet entre 2014 et 2018 le Pentagone avait financièrement assisté la Roumanie pour la remise en état de ses installations et notamment sa capacité d’accueil d’unités extérieures. Habituellement elle héberge une unité évoluant sur chasseurs Aerostar LanceR et deux hélicoptères IAR IAR-300 Socat. Des avions-cargos américains C-17A Globemaster III et C-130J Super Hercules y sont fréquemment aperçus depuis plusieurs mois.

La mission de ces drones est donc officiellement d’assister les pays alliés dans la surveillance de leur souveraineté territoriale et frontalière. En fait les frontières terrestres ne présentent aucun intérêt puisque la Roumanie entretient de bonnes voire de très bonnes relations avec tous ses voisins directs. La vérité est donc à chercher plutôt du côté des frontières maritimes. En tant que membre de l’Union Européenne la Roumanie possède en plus de ses eaux territoriales une importante zone économique exclusive en Mer Noire. Les navires, notamment de pèche, des pays membres de l’UE lui sont ouverte. En l’objet ce sont uniquement des bateaux roumains et bulgares. Par des accords de défense l’US Navy peut également les fréquenter aux titres d’exercices. Mais ce que la Roumanie et l’OTAN veulent absolument contrôler c’est la présence des navires russes, qu’ils soient commerciaux ou militaires. Or depuis mars 2014 et l’annexion militaire de la presqu’île ukrainienne de Crimée la Russie de Vladimir Poutine a tendance à considérer la Mer Noire comme sa mare nostrum.
Et la ZEE roumaine n’y fait pas exception.

C’est donc là que sous quelques heures les MQ-9 Reaper de l’US Air Force vont entrer en jeu. Ce déploiement n’est pas totalement désintéressé non plus puisque depuis 2018 la Roumanie se dit prête à acquérir entre trois et quatre de ces drones de facture américaine. Elle rejoindrait ainsi l’Espagne, la France, et l’Italie comme pays européen utilisateur de l’avion sans pilote. Les premières missions opérationnels des Reaper de la Baza Aeriană 71 General Emanoil Ionescu de Câmpia Turzii sont attendues pour ce jeudi 7 janvier 2021.

Photo © US Air Force.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Superbe article.
    J’ai eu l’occasion (privilège) d’assister à une journée porte ouverte C130 à Melsbroek (Belgium) il y a +/- 30 ans avec ma famille à un anniversaire des « Sioux ». Il y avait également un C130 « Long body » allemand . Impressionnant!

  2. Difficile de connaître l’état des programmes de drones russes, mais à priori ils sont bien en retard.. C’est presque dommage, car a terme on assistera sans doute à des frittages de drones au-dessus de la mer noire (entre autres) sans que l’enjeu ne dépasse un peu de matériel, Cela pourrait intensifier quelque peu les confrontations par contre…
    Avec en plus la montée en puissance progressive de la technologie chinoise, alliée de circonstance des russes… Ca risque d’être intéressant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom