Qu’un Rafale M se pose sur le Charles de Gaulle ou qu’un EA-18G Growler en fasse de même sur l’USS Abraham Lincoln n’a plus rien de surprenant ! Pourtant ces deux appontages ne sont que la réédition d’un exploit réalisé le mercredi 18 janvier 1911 quand le pionnier de l’aviation Eugene B. Ely posa son biplan Curtiss sur le cuirassé USS Pennsylvania. Le navire de guerre avait été spécialement aménagé en ce sens par l’US Navy. L’aviateur n’eut jamais le temps de voir se développer l’aéronavale, il se tua quelques mois plus tard, deux jours seulement avant son 25e anniversaire.

L’aviateur américain Eugene B. Ely est un des grands noms de l’histoire de l’aéronautique militaire, c’est surtout un de ses pionniers. On le connait pour deux grandes innovations. La première eut lieu le lundi 14 novembre 1910 quand il s’élança aux commandes de son biplan Curtiss Pusher depuis un pont d’envol aménagé à partir du croiseur léger USS Birmingham. Sans système de catapultage l’avion s’élança au-dessus des eaux de l’Hampton Roads. Si on l’a retenu c’est que sa tentative fut fructueuse.

Quelques semaines plus tard le mercredi 18 janvier 1911, c’est à dire il y a pile-poil 110 ans, l’aviateur tenta de réitérer son exploit mais dans le sens inverse. L’Amérique n’ayant aucun porte-avions, le concept même de ce type de navire n’existant pas, les officiers de l’US Navy décidèrent de bricoler un pont en lattes de bois sur la plage arrière du cuirassé USS Pennsylvania. Ayant décollé de l’hippodrome Tanforan de San Bruno Eugene B. Ely mit le cap sur la toute proche baie de San Francisco. C’est là que le navire de guerre américain mouillait.
Sans aucune aide à l’appontage, le mot n’avait même pas encore été inventé le jeune aviateur posa tant bien que mal son biplan sur le bâtiment. Par chance la mer était bonne et la météo clémente. En quelques semaines seulement Eugene B. Ely avait inventé rien moins que l’aviation embarquée !

L’USS Pennsylvania le 18 janvier 1911, le « premier » porte-avions de l’Histoire.

Mort en octobre 1911 il ne vit pas son développement dans l’entre-deux-guerres ni même ses applications durant la Seconde Guerre mondiale, à l’image de l’attaque nippone contre Hawaï le 7 décembre 1941. Aujourd’hui des pilotes américains appontent chaque jour sur des porte-avions sans forcément se souvenir ce jeune homme qui posa la première pierre de leur métier.

Photos © US Navy

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Je me demande ce qui est plus difficile quand on apponte sur un navire quasiment stable (en mouillage) ou un qui avance mais moins stable

    • À priori l’appontage est moins difficile quand le porte-avions est en mouvement. En même temps des porte-avions à l’arrêt en pleine mer ça ne doit pas être très fréquent. 😉

Comments are closed.