Hasard ou coïncidence l’administration américaine a validé la commande de ces trois avions le jour même où l’Élysée confortait madame Florence Parly dans son fauteuil de Ministre des Armées. La Marine Nationale va donc devenir le deuxième utilisateur du Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye après l’US Navy, une fois le contrat officiellement signé. L’avionneur américain espère la conclusion de ce projet initié en septembre dernier pour cet automne. Le premier de ces AWACS embarqués pourrait alors être livré à la France d’ici à 2022.

E-2D Advanced Hawkeye à l’appontage sur un porte-avions américain.

C’est une fois encore la Defense Security Cooperation Agency qui a validé cette demande du ministère des Armées. Il n’y a pas à dire la DSCA n’a pas chômé ce lundi 6 juillet 2020. Les relations entre Paris et Washington ont sans doute facilité la décision de ses experts, notre pays demeurant un client fidèle de l’industrie américaine pour certains équipements jugés comme étant de pointe. Et les avions de veille radar et de guet aérien embarqué n’y font pas exception.

Car ces trois futurs Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye auront pour rôle de remplacer les actuels… Grumman E-2C Hawkeye. En l’absence du moindre concurrent européen il était évident que la nouvelle version de ce légendaire reliquat de la guerre froide serait acquis.
Sauf que cet E-2D est bien plus qu’une nouvelle sous-version du Hawkeye. C’est véritablement le rajeunissement et la relance du célèbre bimoteur embarqué, un peu à la manière du Lockheed-Martin C-130J Super Hercules vis à vis du Lockheed C-130 Hercules. On prend le même avion et on l’améliore pour lui redonner un avenir.

par rapport à son prédécesseur le Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye dispose d’une meilleure autonomie et d’une vitesse de croisière améliorée. Les deux turbopropulseurs Allison T56-A-427 ont cédé la place à des T56-A-427A plus modernes disposant d’une nouvelle hélice à huit pales jugé plus économique. En outre l’E-2D dispose d’une capacité inconnue jusque là sur les Hawkeye : le ravitaillement en vol. Ce qui lui permet de gagner encore en rayon d’action. Le cœur de l’avion est son nouveau radar AN/APY-9 intégrant un radar à antenne active. Il a été spécialement pensé pour la détection des aéronefs à signature radar faible, c’est à dire pour repérer les avions furtifs. Enfin la cellule de ces avions est totalement neuve, il ne s’agit pas d’avions reconstruits à partir de machines anciennes.
Certaines données concernant l’Advanced Hawkeye sont évidemment classifiées et nous ne pouvons pas y avoir accès.

Gros plan sur la fameuse hélice du Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye.

On sait cependant que les trois nouveaux avions entreront en service au sein de la Flottille 4F qui vole depuis mars 2000 sur les trois actuels E-2C Hawkeye. Une unité qui avant cela opéra sur un avion de facture française aux capacités de reconnaissance air-air très limitées : le Breguet Br.1050 Alizé.
À la différence des avions américains les Advanced Hawkeye français devraient voler en permanence avec leur perche de ravitaillement en vol.

Le hameçon peint sur le radôme : pas de doute c’est un Hawkeye de la Flottille 4F !

Pour Northrop-Grumman c’est bien plus qu’un contrat supplémentaire. C’est la démonstration même que son avion peut parfaitement remplacer les Hawkeye d’ancienne génération ailleurs que dans les rangs de l’US Navy. L’Advanced Hawkeye devient donc grâce à la France autre chose qu’un avion totalement inféodé aux commandes du Pentagone. Le contrat français peut même désormais être vu comme un argument marketing pour l’avionneur américain.
Après il se posera la question de : que faire de nos «vieux» E-2C Hawkeye ? Peut t-on décemment revendre sur le marché de l’occasion des avions usés par deux décennies d’utilisation à bord du Charles de Gaulle, sachant que cela engage forcément un haut niveau de corrosion des cellules. L’avenir nous le dira.

Photos © US Navy.

Publicité

17 COMMENTAIRES

  1. En ce moment dans le métro de Paris, il y a des affiches publicitaires vantant la réouverture du musée de l’air et de l’espace du Bourget. Sur cette affiche, on y voit au premier plan et côte-à-côte un Breguet Atlantic et un Hawkeye. En voyant ça, je me suis dit que cette pub est une arnaque puisqu’il n’y a pas actuellement de Hawkeye exposé au musée du Bourget. Que la photo a été probablement prise lors du dernier salon du Bourget.
    Mais finalement peut-être que cette pub est d’une certaine façon prémonitoire …

    • Je ne dois pas prendre les bonnes lignes, car moi sur la 13 et la 10, je ne vois pas ces affiches. Mais oui un Hawkeye dans les collections nationales n’est pas inenvisageable.

  2. Le nom de l’article devrait être changé par « LA FRANCE, PREMIER CLIENT À L’EXPORT DE LA VERSION EMBARQUÉE DU E-2D ADVANCED HAWKEYE ! »
    Car le Japon a déjà commander et reçu des E-2D Advenced Hawkeye depuis mai 2019 (Version un peu spéciale uniquement basé au sol et avec du carbu supplémentaire dans les ailes poussant sont autonomie à 8h au lieu de 5h pour la version embarqué)

    Petit aparté : Sur la ligne A du RER on peut en voir (affiche pour le salon du Bourget) à Charles de Gaulle Etoile (j’y descend tout les jour pour le travail).

    • Bonjour Revan, une fois encore vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère (en même temps c’est ce qui a toujours fait votre charme) puisque vous demandez le changement du titre. Ce qui n’aura évidemment pas lieu. Le Japon a bien commandé l’avion mais avec un financement américain alors que les avions commandés par la France le sont au titre de l’actuelle loi de programmation militaire. À ce titre la France est bien le premier client export puisqu’elle paye elle-même ses propres avions sans avoir à quémander quoi que ce soit au trésor américain.

      • Mais donc pas « le deuxième utilisateur […] après l’US Navy », mais le troisième 😉

        Bref pas bien grave.

        Par contre, je trouve le prix indiqué par la DSCA ( 1,77 milliard d’€ ! ) totalement hallucinant pour « seulement » 3 appareils, 10 moteurs, 3 radars et 4 ou 5 systèmes L-16, IFF et ESM.

        J’espère que ça couvre aussi 20 ans de garantie entretient pièces détachées et main d’oeuvre ça ne peut pas être le prix unique de cette seule liste de matériel. Ou alors c’est un vol en bonne et due forme.

  3. Tres bonne article comme tjrs

    J avais lu que le Japon avait passé commande pour des E-2D afin de remplacer leur flotte de E-2C.

    Apres est ce que le contrat de vente a été validé, je ne sais pas.

    Peut-être que vous, vous en savez sur le dossier ?
    Merci

  4. Je lève mon chapeau à votre Marine nationale et au gouvernement français pour avoir rapidement pris la bonne décision pour le remplacement de vos Hawkeyes usés. De toutes les cocardes militaires, la cocarde, avec son magnifique hameçon, de votre Marine nationale est pour moi de la plus belle au monde. D’après wiki celle-ci fut adoptée en 1914 est-ce bien exact?

  5. D’ailleurs pour revenir à cette affiche du Bourget dans les transports en commun. En regardant ce matin, il ne s’agit pas du nez d’un Hawkeye mais celui d’un Nord 262.

    • Ah merci pour la précision. Effectivement les hélices n’avaient pas assez de pâles pour correspondre à ceux d’un E-2C Hawkeye. Et sur l’affiche, on ne voit pas 1 mais 2 Atlantic ….

      Si le destin des Hawkeyes actuels est d’aller au musée, je verrais bien un au Bourget, un autre au musée de l’aéronautique navale à Rochefort, et le dernier sur une base d’aéronautique navale (Lann-Bihoué ou Hyères). A moins qu’ils connaissent une seconde vie non aéroportée ….

        • Totalement d’accord avec vous concernant la mission Barkhane, par contre au Proche Orient je suis plus circonspect. Je pense que l’E-3F est plus adapté à ce second théâtre d’opérations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom