Cette décision intervient quelques jours seulement après une annonce similaire concernant le McDonnell-Douglas T-45 Goshawk. Ce mardi 26 mai 2020 l’US Department of Defense a fait connaitre son intention de trouver un successeur aux Beechcraft T-44 Pegasus actuellement utilisés par l’aéronavale américaine pour l’entraînement avancé. Ces avions multi-moteurs sont en service depuis 1979 et doivent désormais laisser la place à un modèle d’avion plus moderne. Bimoteur à turbopropulseurs ou bien biréacteur, on ignore encore la motorisation de ce futur avion.

Pourtant les candidats doivent savoir que le remplacement du Beechcraft T-44 Pegasus risque de ne pas être de tout repos. Au début des années 1990 l’US Navy avait déjà tenté avec le biréacteur Cessna T-47A Citation, mais sans succès. Après quinze machines construites et utilisés un temps pour la formation aux opérateurs radaristes ce fut l’heure de la retraite. Le successeur n’avait pas tenu quatre ans, et surtout n’avait nullement remplacer le petit bimoteur dérivé du célèbre avion d’affaire King Air 90.

En fait le plus original dans cette histoire c’est que tous les avions ne sont pas de vrais T-44 Pegasus ! Huit d’entre-eux sont en fait des TC-12B légèrement plus gros et directement dérivé du C-12 Huron conçu pour l’US Army et l’US Air Force. Le TC-12B se repère au premier coup d’œil à son empennage en T et à ses cinq hublots contre trois pour les T-44A/C.
Au total ce sont donc soixante avions que l’US Navy espère bien remplacer d’ici 2023.

À l’instar de ces deux machines le futur avion sera purement terrestre. Pas question d’envisager de lui faire poser son train d’atterrissage sur le pont d’envol d’un porte-avions. Depuis le retrait du service en 1977 du dernier Grumman TS-2F Tracker la marine américaine n’a plus d’avion d’entraînement multi-mission embarqué. Et elle s’en passe largement.
Le cahier des charges concernant cette RFI, pour Request For Information, indique que le futur avion devra croiser à un minimum de 320 kilomètres heures à une altitude 20 000 pieds, et le tout durant trois heures et demi.

Aujourd’hui le Beechcraft T-44 Pegasus a tout de la bête de sommes pour l’US Navy.

Et en fait les challengers ne sont pas si nombreux que ça. Bien entendu il y aura sans aucun doute le Beechcraft Super King Air 350, la dernière évolution du célèbre bimoteur d’affaire. Mais il pourrait aussi se trouver des biréacteurs d’affaire légers comme l’Embraer Emb 500 Phenom 100. Les candidats ont jusqu’à cet été pour se faire connaitre du Pentagone. Ensuite viendra le temps de la compétition en elle-même, qui ne devrait cependant pas durer plus de quelques semaines. En effet les militaires américains espèrent que le futur avion sera opérationnel d’ici trois ans.
Affaire donc à suivre.

Photos © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom