La décision prise ce lundi 26 octobre 2020 par le vice-amiral Kenneth R. Whitesell est historique. Le commandant de la branche aérienne de l’US Navy a décidé de clouer au sol tous les avions et hélicoptères qui ne sont pas déployés sur bâtiments et en opérations extérieures. Cela fait suite à deux accidents survenus la semaine dernière, dont l’un causa la mort d’un instructeur et de son élève. La reprise normale des vols est attendus d’ici la fin de la semaine, voire pendant le weekend à venir.

Les General Dynamics F-16N Fighting Falcon des Agressors sont eux-aussi bien sûr concernés.

Tout commença donc il y a une semaine avec le crash d’un chasseur F/A-18E Super Hornet survenu en Californie, dans lequel le pilote réussit à s’éjecter. Trois jours plus tard la mort de l’instructeur de l’US Navy Rhiannon Ross, âgé de 30 ans, et de l’élève-pilote de l’US Coast Guard Morgan Garrett, âgé de 24 ans, dans l’accident de leur avion d’entraînement T-6B Texan II termina d’enfoncer le clou. Dès lors outre-Atlantique l’US Navy fut sous les feux des critiques et le Navy Yard dut y répondre.

On n’attendait pas forcément une réaction aussi radicale de la part du vice-amiral Kenneth R. Whitesell. Le patron de l’aéronavale américaine, ancien pilote de Grumman F-14 Tomcat totalisant plus 4000 heures de vol et un millier d’appontages, a surpris beaucoup de monde.
Tous les avions et hélicoptères de l’US Navy demeurant sur le sol américain mais également sur les bases japonaises dont la mission n’est pas liée à un déploiement sont immobilisés et doivent être inspectés de fond en comble.

Le Beechcraft T-6B Texan II est un des deux modèles d’avions au cœur des inquiétudes de l’US Navy.

Beaucoup redoutaient une telle décision pour les machines d’entraînement, le vice-amiral est donc allé plus loin. Même les Boeing P-8A Poseidon de patrouille maritime, les Gulfstream C-37B de transport prioritaire sont concernés, ou encore les Boeing E-6B Mercury de commandement aéroporté.
L’US Navy insiste également sur le fait qu’à bord des bâtiments déployés en mer les avions et hélicoptères seront aussi inspectés, sans pour autant que cela n’engage d’immobilisation de flotte. Les porte-avions USS Nimitz déployé dans le Golfe afin de renforcer la coalition internationale et USS Ronald Reagan qui assure sa mission de patrouille en mer des Philippines sont bien sûr eux-aussi concernés. Pour autant il ne faut pas que cela entrave l’action de ces deux mastodontes des mers.

Moins concernés les aéronefs en mission sont pourtant la liste à inspecter.

La crise de défiance entre l’aéronavale américaine et la population semble donc de plus en plus profonde. Il faut dire que plusieurs médias, souvent favorable à l’actuel locataire du bureau ovale, n’hésitent plus à en rajouter des couches. Souvent ils font cela de manière inutile, hormis peut-être pour le plaisir de faire le buzz.
Malgré des rumeurs en ce sens rien ne prouve que l’US Marines Corps et l’US Coast Guard soient également concernés par des immobilisations.

Photos © US Navy.

Publicité

2 COMMENTAIRES

    • Je suis assez d’accord, mais ce sont là les éléments de langage du Pentagone. On verra si dimanche soir l’arsenal aérien de l’US Navy sera revenu à la normale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom