Voilà une série de manœuvres qui n’est pas passée inaperçue du côté de l’OTAN. En ce tout début d’avril 2021 hélicoptères et forces spéciales russes se sont entraînés aux missions d’infiltration et de destruction en territoire ennemie. Cet exercice s’est déroulé sur un terrain militaire situé à moins de dix kilomètres de la frontière avec l’Estonie. Une trentaine de voilures tournantes avait été mobilisée pour l’occasion.

Hélicoptère de combat contemporain, le Mi-28 est une des meilleures armes russes actuelles.

Le schéma de l’exercice semble assez simple : repérage de mouvement de troupes ennemies, acheminement des forces spéciales, destruction aéroportée des moyens lourds de l’adversaire, et enfin exfiltration des commandos. Sur le papier rien d’étonnant, c’est juste que Moscou a utilisé le champ de manœuvres de Pskov se trouvant à quelques pas seulement de l’Union Européenne et de l’alliance Atlantique. On appelle communément ça de la provoc’ !

Car sur le papier tout s’est bien déroulé. Les Russes ont démontré qu’ils maîtrisaient leur sujet et que leurs hélicoptères Mil Mi-8/Mi-17 pouvaient aisément déployer des troupes aussi bien en posée d’assaut qu’en hélitreuillage ou encore à la corde lisse. L’appui était apporté par des mêmes Mi-17 mais également des Mil Mi-24 et Mil Mi-28. Ces deux derniers modèles sont bien sûr totalement crédibles dans ce rôle.
Le scénario principal tournait autour d’un mouvement de véhicules blindés à découverts et en plein jour. Après tout pourquoi toujours vouloir se compliquer la tâche. À défaut de véhicules occidentaux les troupes russes se sont entraînées en détruisant de vieux chars d’origine soviétique, tous hors d’âge.

Forces spéciales à la porte prêtes pour l’exercice.

Pour des raisons sans doute économiques les hélicoptères de combat n’ont détruit leurs cibles qu’à la roquette, tirant des salves contre les tanks supposés ennemis. Dans la réalité opérationnelle ils engageraient plutôt des missiles antichars.
On le sait le printemps est propice pour la Russie aux exercices près des trois états baltes, ils en font régulièrement. Nous aurons donc sans doute l’occasion de revenir dessus.

Photos © ministère russe de la défense.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom