La décision de Joe Biden de retirer les troupes américaines d’Afghanistan d’ici le 11 septembre 2021 se fait en maximisant la sécurité. Et l’un des aspects les plus visibles aura été le déploiement par l’US Air Force de six bombardiers stratégiques Boeing B-52H Stratofortress au Qatar. Ces avions ont pour mission première de frapper les éventuels agresseurs des troupes sur le départ. Une fois encore le célèbre avion joue le rôle de l’arme diplomatique.

Le retrait des troupes américaines a débuté ce samedi 1er mai 2021. Et depuis ce jour les équipages d’alerte des six bombardiers Boeing B-52H Stratofortress ne chôment pas. Ils enchaînent les phases de décollages et d’atterrissages, aussi bien en entraînement qu’en patrouilles opérationnelles. Leur rôle est simple : orbiter au-dessus des zones en cours d’évacuation afin de porter le feu par le ciel en cas d’agression contre l’US Army et l’US Marines Corps.

En Afghanistan comme ailleurs depuis presque sept décennies le B-52H Stratofortress est avant tout un outil de la diplomatie américaine. Sa puissance de feu, sa capacité à rayer de la carte n’importe quelle cible, mais aussi sa taille et sa masse font de lui un argument de poids. À ceux qui voudraient attaquer les troupes américaines le message est clair : les bombardiers ne les rateront pas !

Surtout la décision de l’US Department of Defense de déployer non pas deux ou trois bombardiers stratégiques mais bien six n’a rien d’une lubie de grandeur. Il s’agit en fait d’une réponse large à la menace ennemie. Officiellement Washington se déclare serein quant aux risques vis à vis des talibans. Officieusement ce sont les groupes terroristes affiliés de près ou de loin à Al-Qaïda et Daech qui inquiètent le Pentagone. Des attaques suicides sont redoutées.

Quel armement emporte chaque B-52H Stratofortress ?
Évidemment aucune arme nucléaire, la situation n’est pas à ce genre de munitions. Par contre les bombardiers en question décollent soient avec des bombes en grappes, les fameux tapis de bombes, soit avec des missiles de croisière pour des cibles plus lourdes, mieux protégés et au potentiel plus fort.

En dix jours de présence et de début d’évacuation des forces américaines les six avions lourds basés au Qatar n’ont pas encore eu à montrer les crocs. Pourtant ils sont omniprésents au-dessus de l’Afghanistan.
Pas de frappe à réaliser ? C’est tant mieux, cela signifie que personne n’attaque les troupes qui se retirent.

Photo © US Air Force.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Quelle longévité!!! De la guerre du Viêt-Nam à l’Afghanistan…..
    Petite question: a-t-il été déployé pendant la guerre de Corée où bien c’était trop tôt?

  2. je n’ai jamais compris pourquoi les USA n’ont pas repris la production de cet avion. Avec l’arrivee du B21 et une nouvelle production d’une centaine de productions du B52 nouvelle gènèration, il n’y aurait plus besoin des Minuteman 3

  3. Le premier vol du B52 eut lieu le 15 avril 1952,.Les dates de la guerre de Corée sont du 25 juin 1950 au 27 juillet 1953. .Le « Buff -Big Ugly Fat Fella- ( le gros pote obèse et moche en français) surnom du B52 n’était pas encore opérationnel lors de ce conflit Les opérations de bombardement lourd se faisaient encore à partir du B29 Superfortress que l’avènement des avions à réaction ont mis plutôt à mal.. Si cela peut répondre à votre question tonton.

    • Je n’aurai pas mieux dit. J’ajouterais juste cependant qu’en Corée on trouvait aussi des Boeing B-50 en plus de leurs grands frères B-29. 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom