Voir disparaitre d’une collection un avion est forcément triste, quand cela concerne en plus une icône c’est carrément un déchirement. Ce vendredi 4 juin 2021 le Conservatoire de l’Air et de l’Espace d’Aquitaine a vu partir son célèbre Dassault Mirage IVP numéro 56. L’avion a été repris par l’avionneur Dassault Aviation qui compte en faire un élément de préservation patrimoniale. Pour le coup le vénérable bombardier nucléaire ne s’est déplacé que de quelques centaines de mètres.

En effet le fameux Conservatoire de l’Air et de l’Espace d’Aquitaine est installé dans le hangar n°2 de la Base Aérienne 106 de Bordeaux Mérignac. Or si l’avionneur a ses bureaux d’étude et services commerciaux en Île-de-France son infrastructure d’usinage se trouve elle à… Mérignac.

Depuis 1998 le Dassault Mirage IVP n°56, porteur du code tactique CC, était donc choyé par les équipes de bénévoles du Conservatoire de l’Air et de l’Espace. Des passionnés qui n’ont jamais compté leurs heures pour protéger cet ancien fleuron de l’aéronautique tricolore. Des aérophiles qui avaient forcément le cœur gros en voyant partir leur bébé.
Ironie de l’histoire même le ciel était maussade ce vendredi 4 juin au-dessus du Bordelais.

Désormais c’est donc aux équipes de Dassault Aviation de s’en occuper. Rien n’a filtré sur l’avenir de l’avion : pièce de musée exposé à l’intérieur de l’usine de Mérignac ou bien futur Gate Guard à l’entrée de celle-ci ? Une chose est sûre les personnels de l’avionneur clodoaldien ont intérêt à retrousser leurs manches pour protéger l’avion aussi bien que les bénévoles du CAEA ont su le faire pendant 23 ans.

Ironie de l’Histoire, ce superbe tracteur Agrip a été remis par l’Armée de l’Air et de l’Espace le jour même du départ du Mirage IVP N°56.

Bien entendu cet avion ne va pas disparaitre du paysage français. Mais on comprend le chagrin de celles et ceux qui s’en sont occupé durant deux pleines décennies. Une nouvelle aventure commence pour cet ancien bombardier stratégique.
Ce court article est dédicacé à toutes les femmes et tous les hommes qui en France, ou ailleurs, donnent bénévolement de leur temps pour préserver le patrimoine aéronautique.

Photos © Conservatoire de l’Air et de l’Espace d’Aquitaine.

Publicité

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom