L’information a été révélée par l’hélicoptériste américain lui-même en fin de semaine. Bell Helicopter a lancé l’assemblage des deux premiers UH-1Y Venom destinés à la République Tchèque. Ce sont les premières machines de ce genre assemblées depuis avril 2018 et l’arrêt de la chaine d’assemblage. Elles font suites à la commande passée par ce pays fin 2019.

Reprendre une chaîne d’assemblage n’est pas forcément aussi évident qu’on pourrait le penser, surtout après la période pandémique que l’on vient de connaitre. Les ateliers et usines de Bell Helicopter, comme ceux d’autres industriels, sont restés un petit bout de temps à l’arrêt complet. Il a dont fallu tour redémarrer.
Mais surtout celle des UH-1Y Venom n’a rien sorti depuis deux ans et demi, et c’est très long.

Ce qui veut dire que si les outils et les moules existent encore la maitrise humaine est peut-être érodée. D’autant que l’hélicoptériste américain a perdu 15% de ses effectifs depuis la crise du Covid-19 sur ses chaînes d’assemblages texanes d’Amarillo. C’est là que naissent actuellement les futurs Venom tchèques.

À termes ce sont huit UH-1Y Venom que Bell Helicopter doit livrer, deux par deux, à l’aviation tchèque. Elle devra aussi produire spécialement quatre AH-1Z Viper d’attaque et d’appui tactique. En effet la Tchéquie avait décidé d’imiter l’US Marines Corps en achetant les deux modèles d’appareils. Elle demeure le seul client étranger sur cette machine de transport, et la première sur celui de combat. Bahraïn a depuis imité la Tchéquie autour des Viper.
On ignore actuellement dans quelle livrée les hélicoptères tchèques voleront bientôt.

Photo © US Navy

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom