Quel avenir pour les actuels SF-260 de l’Aeronautica Militare ?

Ils sont parmi les plus vieux avions d’entraînement basique opérationnels au sein des forces de l’OTAN, antérieurs même à feus nos SOCATA TB.30 Epsilon. Quarante cinq ans après leur entrée en service actif trente SIAI-Marchetti SF-260 continuent d’assurer la formation initiale des futurs pilotes italiens. Élégants, fins, racés, ces monomoteurs n’en sont pourtant pas moins des avions bientôt obsolètes malgré une modernisation relativement récente. Leurs jours dans l’Aeronautica Militare sont donc désormais comptés.

En effet c’est en 1976 que l’Aeronautica Militare réceptionna les premiers des quarante-cinq monomoteurs d’entraînement SIAI-Marchetti SF-260AM qu’elle avait commandé trois ans plus tôt. Ces avions sont immédiatement devenus les références dans la formation basique des futurs pilotes italiens. Biplaces côte à côte bien pensés et très manœuvrables ils étaient alors idéaux pour la formation des stagiaires. En 2000 il a été décidé de n’en garder que trente en service actif, ceux là-même qui volent encore aujourd’hui sous la cocarde italienne. Entre 2004 et 2006 ils ont été modernisés au standard SF-260EA. Une avionique modernisé, un cockpit plus ergonomique, et une dépose totale des systèmes hydrauliques et mécaniques devaient permettre d’augmenter le potentiel à mi-vie de ces avions. Sauf qu’ils vieillissent en fait plus vite que prévu initialement.

Aussi désormais la succession future de ces mythiques monomoteurs, ceux-là même que les Italiens ont surnommé les «Ferrari volantes», est clairement envisagée. À défaut qu’elle soit officiellement annoncée on sait d’ores et déjà que des avionneurs se sont positionnés afin de proposer des alternatives au SF-260EA. Et tous ne sont pas des avions étrangers.
Un appareil italien pourrait bien dans les faits pouvoir remplacer ces avions : le Tecnam P2002 Sierra. Déjà acquis par les forces aériennes argentines et grecques pour des missions d’entraînement élémentaire ce monoplan à aile basse n’a qu’un seul vrai défaut. Sa motorisation est plus de deux fois moins puissante que celle du SF-260EA.

Trois concurrents sérieux sont déjà sur la ligne de départ : le Diamond DART 450 autrichien, le Grob G.120TP allemand, et le Pilatus PC-7M Turbo Trainer suisse. Pour autant cette future compétition ne devrait pas être annoncée officiellement avant la fin de l’année.
À n’en pas douter elle nous passionnera.

Photo © Aeronautica Militare

 


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires
Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

R.A.F. NE.1

Si de nos jours les avions de combat comme le Dassault Aviation Rafale ou l’Eurofighter EF-2000 Typhoon sont aptes à voler de jour comme de

Lire la suite...