Ils servent au sein du Tayeset 193, une unité de Heyl Ha’Avir opérant au profit de Heyl Ha’Yam. Les hélicoptères franco-allemands Eurocopter AS.565MA Panther assurent les missions premières de recherches et sauvetages en mer et de combat maritime de surface au sein de la marine israélienne. Pour autant tous sont désormais cloués au sol après un crash au large de la ville d’Haïfa dans le nord du pays. Ces machines doivent en outre être remplacées d’ici deux ans au profit d’hélicoptères de facture américaine disposant d’une capacité anti-sous-marine.

Sur le papier Heyl Ha’Yam, la marine israélienne, n’est pas la force navale la plus connue ni la plus impressionnante du Proche et du Moyen Orient. N’alignant que cinq sous-marins d’attaque à propulsion diesel, sept corvettes, et huit patrouilleurs lance-missiles elle ne représente pas forcément une menace pour ses voisins les plus directs. Disons qu’elle est bien moins dissuasive que Heyl Ha’Avir, la puissante force aérienne israélienne. Et pour cause : l’état hébreu a toujours considéré sa marine comme le parent pauvre de sa défense.

D’ailleurs seuls les corvettes de classes Sa’Ar 5 et Sa’Ar 6, de facture respectivement américaine et allemande, sont aptes à embarquées des hélicoptères. Il s’agit là des huit Eurocopter AS.565MA Panther, localement connus comme Atalef*. Ce sont les seuls aéronefs de facture française encore en service en Israël, depuis le retrait du service des monomoteurs de liaisons et d’entraînement SOCATA TB.20 Trinidad acquis dans les années 1990. Or les Atalef ont une épée de Damoclès au-dessus du rotor : le Sikorsky SH-60F Seahawk.

Huit de ces hélicoptères de combat maritime et de lutte anti-sous-marine ont été rachetés de seconde main auprès de l’US Navy afin de remplacer les dits AS.565MA Panther. Une acquisition qui est loin d’avoir fait l’unanimité en Israël. Car si le Seahawk va bel et bien permettre des avancées notables en matière de guerre maritime pure il risque bien de diminuer considérablement les capacités de recherches et de sauvetages en mer. Une mission pour laquelle il n’a jamais été conçu !
Les quatre premiers doivent être livrés en janvier 2024 et les quatre derniers à l’été de la même année.

Sauf que depuis ce mardi 4 janvier 2022 au matin les sept machines encore en dotation sont interdites de vol. Une décision qui fait suite à la perte la veille, en soirée, d’un appareil lors d’un exercice côtier. Pour une raison encore inconnue l’Atalef en question a heurté les flots au large de la très touristique plage de Bat Galim à Haïfa. Deux des trois membres d’équipage sont morts sur le coup. Il s’agit du pilote et du copilote. Le mécanicien de bord a lui été récupéré par une équipe de sauvetage. Il souffre de fractures multiples mais ses jours ne sont plus en danger selon le ministère israélien de la défense.
Une équipe d’Airbus Helicopters est attendue sur place afin de prêter main forte aux militaires israéliens.

L’Eurocopter AS.565MA est en service au sein du Tayeset 193 depuis 1997, ayant remplacé les Aérospatiale HH-65A Dolphin alors en dotation dans cette unité. Israël fut le seul pays utilisateur du Dolphin en dehors des États-Unis pour qui il avait été conçu. L’état hébreu ne l’utilisa que dix ans, contre déjà vingt-cinq pour le Panther.
En attendant la reprise des vols de recherches et sauvetages en mer la mission a été confiée à une unité de Heyl Ha’Avir opérant sur Sikorsky UH-60L Blackhawk. Ces hélicoptères terrestres ne sont pas dotés d’équipements de sécurité pour les missions maritimes.

Photo © Keypublishing

*Atalef = chauve-souris en français.

 

Publicité

2 COMMENTAIRES

    • Bah non Luc. Nous ne répondons aux commentaires qu’ici. Si nous devions en plus le faire « en privé » pour certaines personnes ce serait une grosse perte de temps.
      Cordialement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom