Cela pourrait porter à rire s’il n’y avait malheureusement pas des victimes. Ce jeudi 12 décembre 2019 un important incendie s’est déclaré à bord du porte-avions Kuznetsov lui occasionnant des dégâts à priori très importants. C’est le second incident lourd qui touche ce bâtiment de guerre en un peu plus d’un an, et déjà à l’époque cela s’était passé à quai. Une fois encore les informations divergent entre les médias russes et les médias internationaux, c’est pourquoi elles vous sont données sous réserves.

Comme nous l’avions fait pour le dramatique écrasement d’hélicoptères français au Mali nous avons préféré attendre une journée avant de vous proposer un article dessus, histoire de recouper encore plus nos données. Car entre les médias russes (encore trop souvent aux ordres du pouvoir poutinien) et les médias occidentaux les chiffres varient souvent énormément.
Nous sommes en mesure d’annoncer qu’au moins un technicien russe a été tué dans l’accident, même si officiellement la marine russe ne le reconnait pas. Quant aux blessés ils seraient (suivant les sources) entre six et vingt-et-un. On compte parmi eux de nombreux soldats du feu. Ces victimes souffrent autant d’intoxications dues aux fumées que de brûlures plus ou moins profondes. La fourchette entre les bilans est assez conséquente vous en conviendrez.

L’incendie se serait déclaré alors que le porte-avions Kuznetsov était à quai dans le cadre de sa profonde reconstruction, un chantier titanesque dont beaucoup se demandent s’il sera un jour terminé. Il est désormais clair qu’il ne reprendra pas la mer début 2021 comme cela avait été initialement annoncé par Moscou.
Pour mémoire déjà en octobre 2018 une grue avait provoqué d’énormes dégâts en chutant sur le pont d’envol du porte-avions. La coque elle-même avait été impactée.

Sur l’incendie lui-même la marine russe n’est (comme à son habitude) pas très prolixe. Tout juste peut t-on avancer avec certitude qu’il a démarré dans un local électrique avant de se propager à environ un tiers du navire de guerre. Des dégagements de fumées très importants ont été observés par les services locaux de secours, et il semble que les pompiers aient mis entre quinze et vingt heures avant de maîtriser le sinistre.

Très honnêtement cela ressemble bien à un enterrement de première classe pour le Kuznetsov. Ce porte-avions d’un autre temps, avec sa fameuse colonne de fumée noire et sa vingtaine d’aéronefs, ne devrait sans doute jamais reprendre la mer. Cependant la Russie prétend encore qu’il servira jusqu’en 2025-2027.
Une enquête a été demandée pour connaître les causes du feu, nous espérons que des communications auront lieu à l’issu.

Photo © ministère russe de la défense.

Publicité

7 COMMENTAIRES

  1. Je crois bien effectivement qu’il ne reprendra jamais la mer car 1/3 du bâtiment touché, c’est énorme. Quand on cumule les dégâts causés par cet incendie et ceux dus à la chute de la grue il y a environ un an, ça commence à faire beaucoup.

  2. Il va falloir qu’ils en construisent un tout neuf……mais c’est pas trop leur doctrine l’utilisation des PA, historiquement la marine Russe n’a jamais développée ce type de navire.
    La France pourrait aussi envisager de réfléchir à la suite du CDG, franchement deux PA serait tactiquement idéale.

  3. Le Kuznetsov est clairement bon pour la casse, le problème pour les russes est que le projet 23000E Chtorm n’est prévu que pour une mise en service en 2030.

  4. L’aeronavale russe va en souffrir, ils ne disposeront plus de piste à flot pour s’entraîner.

    Les verra t-on s’entraîner avec les chinois pour maintenir à minima les compétences des pilotes ? (qui disposent du sistership le Liaoning, et des mêmes avions soukhoi)

  5. Quel dommage de voir ce grand pays avec tant de potentiel plonger dans la médiocrité dû au despotisme d’oligarches qui s’en mettent plein les poches. Avec l’avènement de Gorbatchev, tous les espoirs étaient permis mais la Russie est replongée dans les ornières du passé. Espérons que la jeunesse russe mène à terme une révolution démocratique qui reléguera une fois pour toutes la guerre froide aux oubliettes. La nouvelle menace n’est pas tant la Russie, que la Chine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom