On savait que le pouvoir de Bamako avait une dent contre les avions militaires français, voici que désormais ils l’ont contre ceux de notre allié et voisin allemand. Ce mercredi 19 janvier 2022 un avion de transport tactique Airbus DS A400M Atlas appartenant à la Luftwaffe a été obligé de se dérouté vers l’archipel des Canaries après que le contrôle aérien malien lui ait formellement fermer son espace aérien. Le quadrimoteur à turbopropulseurs transportait 80 personnels à destination de Niamey au Niger. Les diplomaties des deux pays tentent désormais de désamorcer la situation.

Pour le Bundeswehr la situation est inacceptable et relève de l’incident diplomatique. Même si l’information n’a pas été formellement confirmée par Berlin il semble que les 80 militaires allemands à bord de l’A400M Atlas en question sont des personnels d’encadrement destinés au soutien à la Task Force Takuba engagée dans la lutte antiterroriste. Afin de rejoindre la base européenne de Niamey au Niger l’avion allemand était obligé de survoler une partie de l’espace aérien malien. Ce qui donc lui a été refusé. C’est ce qui explique que l’équipage ait rebroussé chemin en direction de l’archipel espagnol de l’océan Atlantique.

Pour les médias allemands cela ne fait aucun doute : l’Allemagne paye la décision politique de son gouvernement de soutenir les rétorsions économiques de l’Union Européenne à l’encontre du Mali. Celles-ci sont intervenus en même temps que celles de la Cédéao et ne concernent en fait que les avoirs des membres de la junte militaire et du «gouvernement de transition». En outre le chancelier Olaf Scholz s’était montré très critique récemment sur l’arrivée au Mali de mercenaires russes du groupe privé Wagner, des hommes réputés pour leur cruauté vis-à-vis des populations civiles.

Désormais Berlin entend obtenir des informations claires de la part de Bamako ainsi que l’assurance qu’il n’y aura pas de mesures de rétorsions contre ses troupes présentes dans le pays. Des combattants allemands participent en effet à la MINUSMA, donc sous couleurs onusiennes, et à l’EUTM Mali sous couleurs européennes. Deux missions qui permettent la stabilité sécuritaire et politique du pays mais sont régulièrement pointées du doigt par la junte militaire malienne.
Tant qu’aucune garantie n’aura été fournie par le Mali les avions allemands n’assureront plus leurs missions dans la région.

Photo © Bundeswehr

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Voilà un développement intéressant. Qui il y a 10 ans aurait imaginé l’Allemagne parler d’incident diplomatique, qui l’aurait imaginé se fâcher? C’est une renaissance de ce pays. Et ce coup-ci, on est allié.
    Nous verrons bien le résultat final de cette affaire, mais dans l’ensemble, il s’agit de développement très intéressant qui contrastent avec la posture exagérément pacifiste que nous connaissions jusqu’ici et qui devenait un handicape pour la France et l’Europe.

    • Il ne vous aura sans doute pas échappé Math que l’Allemagne a changé de gouvernance le mois dernier. Olaf Scholz n’est pas une version masculine d’Angela Merkel, il est beaucoup plus interventionniste.

      • je pense que ça ferait du bien a l’Europe. je préfère voire une Europe qui est crainte, ce qui veut dire qu’elle est puissante et respectée, qu’une Europe faible actuelle où on a pas tendance a la prendre au sérieux.

    • je suis bien d’accord avec vous, c’est bien d’être pacifiste, mais au bout d’un moment, il ne faut pas exagérer : la paix, c’est bien, mais pour l’avoir, il faut se donner les moyens. Comme quoi, les proverbes « qui veut la paix prépare la guerre » et « il vaut mieux une bonne guerre qu’une mauvaise paix » sont plus d’actualités que jamais

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom