Coulson exporte un de ses Fireliner en Amérique du sud.

L’avion exporté est un appareil mixte : bombardier d’eau et transport de personnels. Ce jeudi 12 mai 2022 l’industriel américain Coulson Air Tankers a signé un contrat avec le gouvernement de la province argentine de Santiago del Estero autour d’un de ses bombardiers d’eau. Contrairement aux habitudes de l’entreprise américaine il ne s’agissait pas de louer le Fireliner mais bien de le vendre. Le montant du chèque n’a pas été divulguée.

En fait la province de Santiago del Estero négociait depuis plusieurs mois ce contrat. Le Fireliner en question devrait être livré dans les prochaines semaines, l’avion étant déjà en cours de transformation. Pour mémoire ce modèle est composé à partir d’anciens avions de ligne Boeing 737-500 profondément modifiés afin de permettre l’emport d’un réservoir d’eau voire d’eau et de liquide retardant. Dans le cas du modèle en question celui-ci est « limité » à 15150 litres avec la possibilité de pouvoir accueillir entre 60 et 72 passagers dans un confort digne d’un avion de ligne habituel.
Pour la province argentine le Fireliner sera donc tout avant tout un bombardier d’eau de grande capacité, qui opèrera aux côtés des Ayres S-2R Thursh et des Grumman G-164 AgCat nettement plus légers qu’elle aligne pour ce genre de missions à hauts risques. Mais il pourra aussi assurer des missions secondaires de transport de personnels aux profits des administrations locales, et notamment des forces de l’ordre et des services de secours.

Pour Coulson Air Tankers qui exporte souvent son savoir-faire au travers de location d’avions et d’hélicoptères bombardiers d’eau, que ce soit en Australie, en Grèce, ou encore en Papouasie-Nouvelle-Guinée ce contrat permet d’entrevoir de nouvelles options : s’implanter durablement comme avionneur. Il s’inscrit donc en concurrent directs des sociétés spécialisées dans ce genre de modifications et basées principalement au Canada et aux États-Unis.
Bien que société américaine l’entreprise a d’ailleurs son siège en Colombie Britannique où la fiscalité est plus avantageuse qu’aux États-Unis. Elle possède aussi une filiale en Australie.

Avec un réchauffement climatique désormais galopant et des périodes de sécheresses et de canicules de plus en plus présentes partout dans le monde le recours à des avions de gros tonnage comme les Coulson Fireliner va vite devenir une nécessité absolue. De quoi peut-être donner des idées à la France ou à l’Union Européenne pour investir dans ces impressionnants biréacteurs.

Photo © Coulson Aviation.

 

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

8 réponses

    1. pas mieux ou moins bien, juste diffèrent.
      Au USA, australie, russie, bresil les 737 est mieux adapté car on parle de surface immense, sans point d’ecopage et avec des aéroport très dispersé , donc on préfère un appareil avec une grand capacité, rapide et une grande autonomie.
      Par contre, en europe, on préfère les canadair car on est souvent près d’un fleuve, un lac ou la mer., ou l’on peu écoper pour multiplier les allers-retour. de plus , on est sur des massifs forestier bien plus fragmenté et densement peupler. on peut moins se permettre de laisse le feu progresser, donc on est souvent obligé de larguer près des populations et/ou des pompiers au sol se qui impose une précision de largage supérieur a se que peut offrir un 737.

      1. Votre logique se heurte en France à l’utilisation grandissante des Dash 8 et jadis à celle des Tracker.

        1. remarque interessente, je voulais juste répondre au comparatif 737 vs canadair. mais il est bien d’avoir une vision plus globale, car la lutte contre les feux de foret est une complexe, il n’y a donc pas un outil parfait , mais un ensemble de moyen complementaire. par exemple, en argentine, il commande un 737 pour le « bombardement stategique » mais ils ont aussi des appareils léger (souvent avion d’épandage type airtractor) pour les « frappe tactique » capable de se posé sur des pistes plus proche de l’incendie et pouvant frapper au plus pres des pompier au sol. En france, les tracker faisais des merveilles dans le « guet aerien armée », c’est a dire le vol de surveillance soute plein pour attaquer un feu des qu’il apparais. le dash, moins nombreux mais plus rapide et lourd, doivent les remplacer dans ces taches potentiellement assisté de airtractor de location. sans compté qu’il est plus polyvalant

  1. Il y avait un projet d’une société toulousaine qui prévoyait de transformer un A310 en ABE pouvant larguer 30 000 litres d’eau ou retardant. C’était en 2017…

  2. Article interessant .

    J’aurai juste une question, a priori il n’écope pas, combien de temps faut il pour remplir les 15 000 litres d’eau du posé au redécolage?

    1. Je ne sais pas exactement mais pour un ordre d’idée, sur un Dash 8 c’est 6 min pour 10 000 litres juste pour le remplissage.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blériot XI

Tout comme le chemin de fer avant elle ou l’automobile à la même époque l’aviation a su marquer son temps, d’abord au siècle dernier puis

Lire la suite...