La guerre menée en Ukraine n’a en rien changé les (mauvaises) habitudes de l’aviation militaire russe. Ce mardi 3 mai 2022 une patrouille de Dassault Aviation Mirage 2000-5F de l’Escadron de Chasse 1/2 Cigogne a intercepté une formation aérienne russe évoluant à proximité de l’espace aérien de l’OTAN. Deux chasseurs biréacteurs Sukhoi Su-27P Flanker escortaient un avion-espion Ilyushin Il-20M Coot-A. Les chasseurs français se sont assurés que les trois avions ne violent aucun des espaces aériens souverains baltes.

Quand le ciel paraît tout petit.

Comme à l’accoutumé les avions frappés des marquages de nationalité russe et de l’étoile rouge héritée de l’ère soviétique évoluaient aux limites même, à quelques centaines de mètres seulement, de l’espace aérien estonien. Et dans la même veine les trois avions militaires réalisaient leur mission hors de tout plan de vol et avec les transpondeurs éteints. Une nouvelle provocation de leur part vis-à-vis du droit international et des Alliés.

Lorsqu’ils ont été repéré par les radars de défense aérienne baltes et suédois leur piste a été donnée à l’Armée de l’Air et de l’Espace. Le détachement d’une centaine de militaires français basé à Ämari a immédiatement fait décoller deux intercepteurs Mirage 2000-5F. Si la nationalité des avions hostiles ne faisait sans doute aucun mystère pour nos pilotes leur modèle était forcément l’inconnue.
Rapidement nos deux chasseurs ont rejoint les trois intrus.

L’avion espion russe vu depuis un chasseur français…

Et le moins qu’on puisse dire c’est que la Russie n’avait pas aligné ce qu’elle avait de plus moderne en 2022 : deux Su-27P Flanker et un Il-20M Coot-A. Pour mémoire ce sont deux modèles d’avions qui existaient déjà durant la guerre froide, ce sont donc des reliquats de l’époque communiste. Les chasseurs français ont approché la formation russe et l’ont accompagné afin de préserver la souveraineté des espaces aériens baltes.
Une fois sûre que les trois avions ennemis ne présentaient plus de danger pour elle l’alliance Atlantique a mis fin à la mission d’interception et d’identification.

… et son garde du corps.

Ce décollage en alerte de deux Mirage 2000-5F français permet de se rendre compte que Moscou n’a en rien perdu de sa manie d’espionner les territoires baltes. En l’absence de chasse dans ces trois petits pays jadis placés sous le joug soviétique la mission internationale Baltic Air Policing demeure essentielle. Estonie, Lettonie, et Lituanie sont autant des membres de l’OTAN que de l’Union Européenne : ce sont donc des alliés. Et la Russie demeure dans son rôle de nation belliqueuse expansionniste.

Photos © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

9 COMMENTAIRES

  1. La photo du 2000-5 est magnifique. Je reste très nostalgique de ces avions des années 80. C’est pour moi la plus belle époque de l’aviation militaire.

  2. Ça continue encore et encore… Comme dit Francis Cabrel.

    Malheureusement, ce n’est pas une chanson d’amour, mais la menace permanente de Poutine sur l’Occident.
    Heureusement que l’on aide les 3 pays Baltes, car ça doit le démanger de les attaquer.
    Il ne faut surtout pas baisser la garde. Ce qui se passe en Ukraine, peut être dupliqué partout,

    Votons de vrais budgets de la défense en Europe, et arrêtons d’écouter les pacifistes et autres baba-cools.

    Comme disait Mitterand : les pacifistes sont à l’ouest, les SS 20 sont à l’est.

    C’est toujours aussi vrai. Même d’avantage, car leurs armes sont plus puissantes, plus meurtrières, aux mains d’un fou.

  3. Je me suis toujours amusé de la philosophie de l’exercice:
    – La Russie envoie des appareils obsolètes aux frontières mais avec un coût de fonctionnement dérisoire
    – L’OTAN intercepte avec des appareils modernes beaucoup plus coûteux à faire voler
    Ou comment forcer son adversaire à faire consommer les heures de vols de leurs cellules d’avion les plus modernes et les envoyer en maintenance.
    Le calcul est forcément à l’avantage des russes, nous devrions les recevoir avec de vieux Mirage III et F1 histoire de ne pas consommer le capital vie des appareils moderne 🙂

  4. Ça ne serait pas raisonnable, mais … Une petite râclée à coup de missiles m’aurait bien fait plaisir… Histoire de passer un message fort…

  5. Le SU 27 est effectivement un appareil assez ancien un peu comme le M.2000 mais encore très performant en combat rapproché de plus pour faire la différence tout dépend de l’électronique embarquée et des performances de sa nacelle d’armement! Pour la petite histoire rappelez-vous que c’est le premier avion à avoir fait la figure dite du cobra.

    • Le cobra de Pougatchov ? Ça ne sert strictement à rien hormis à impressionner les badauds en meetings aériens.
      Quand aux Mirage 2000-5 les comparer aux vieux Su-27 c’est au mieux de la méconnaissance et au pis de la malhonnêteté intellectuelle.

    •  » tout dépend de l’électronique embarquée  » , de ce côté, vaut mieux pas trop s’approcher d’un cockpit russe, si c’est pour y découvrir un GPS occidental scotché à l’arrache (véridique), un radar PESA d’une autre époque ou encore, miracle, un HUD thales

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom