La Colombie veut trouver un successeur à ses chasseurs I.A.I. Kfir.

Ce sont des avions de combat qui commencent à sérieusement accuser le poids des ans. Actuellement la Fuerza Aérea Colombiana aligne un total de vingt-et-un chasseurs-bombardiers I.A.I Kfir C.7/TC.7. Et désormais elle entend les remplacer par un douze à quinze exemplaires d’un avion de combat multi-rôle, par définition de plus récente génération. D’ores et déjà elle exclue les avionneurs chinois et russes.

La décision de n’acquérir que douze à quinze avions pour en remplacer vingt-et-un n’est pas tactique mais financière. En effet le budget de la défense en Colombie ne permet pas d’acquérir plus de chasseurs multi-rôles dans une force aérienne ou l’aviation de combat est avant tout dédiée à la lutte contre les guérillas et à l’action antiterroriste.
Pour autant la Fuerza Aérea Colombiana se doit de maintenir une chasse à un niveau acceptable, au moins au regard des canons régionaux. On se souvient qu’un tel programme de modernisation avait déjà été lancé à l’été 2019 mais finalement abandonné suite à la crise pandémique du Covid-19.

D’ores et déjà l’état-major colombien a décidé de tourner le dos aux Airbus DS Typhoon Tranche 4, Boeing F/A-18E/F Super Hornet, Dassault Aviation Rafale F4, et Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Ce n’est pas là un choix diplomatique comme dans le cas des avionneurs chinois et russes mais purement économique. Les quatre avions en question sont hors de prix pour les finances de Bogota. De ce fait la Fuerza Aérea Colombiana préfère se concentrer sur des avions jugés plus accessibles économiquement parlant.
On parle donc désormais de deux jets en particulier : le Lockheed-Martin F-16V Block 70 Viper et le Saab JAS 39E/F Gripen. Le Kfir NG présenté en juin 2019 au Bourget ne semble pas intéresser les Colombiens pas plus que le HAL Tejas Mk-2 encore en phase de développement.

Le nouveau président colombien, monsieur Gustavo Petro, semble plus en phase avec les pays européens qu’avec les États-Unis, ce qui laisse à supposer que l’avionneur suédois Saab pourrait y tirer son épingle du jeu. Par contre le ministère colombien de la défense exclut l’acquisition d’avions de seconde main comme des Rafale F3R français ou les Typhoon Tranche 1 autrichiens jugés comme des jets ayant un potentiel maximum de 25 ans de service. Les Colombiens visent plutôt les 40 à 45 ans de service, avec programme de rajeunissement à mi-vie.
La Fuerza Aérea Colombiana espère avoir sélectionné son futur avion aux alentours du premier trimestre 2023. La bataille entre Lockheed-Martin et Saab s’annonce donc rude.

Photo © US Air Force.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

13 Responses

  1. Puisque le Royaume-Uni ne désire pas que l’Argentine s’équipe de chasseurs, chosir un appareil dépourvu de matériel sensible britannique, comme par exemple les sièges éjectables Martin-Baker, ne serait pas un argument pour le choix ?

  2. Mais oui, le performant Gripen pourrait trouver un débouché bien mérité. En voilà un avion honnête, qui vole bien, rempli à merveille un paquet de mission et est moins dépendant des usa.

    1. Moins dépendant des EU que qui? Et puis c’est une blague, rien que son moteur est américain. Tu parles d’une indépendance!

  3. Même si un F-16, c’est toujours chouette, le Gripen est, à mes yeux, beaucoup plus joli (mais également de conception plus récente). Et puis remplacer des délateurs canards par d’autres delta canards, cela semble naturel 🙂
    Allez, je pose mes billes sur le Gripen !

  4. Les liens politiques entre USA et Colombie sont très forts. Les Colombiens sont redevables – Ô combien – de l’aide inconditinnelle des Americains face aux cartels de la drogue. Cette dette « morale » et politique pourrait bien faire pencher la balance en faveur du F-16.

    1. Sauf Popeye que le nouveau président colombien, issu de la gauche réformatrice, veut justement sortir de l’alliance inconditionnelle avec les Américains pour se rapprocher des Européens et d’autres pays comme l’Inde ou le Japon. D’où l’intérêt porté au Gripen.

  5. Je pense que tu as voulu parler trop vite et s’en vraiment connaître le sujet. Le gripen ng e/f dépend encore plus des États-Unis, que le fût le gripen c/d.

    Comme dit par Céd, déjà le moteur, sans parler de son armement, et de nombreux éléments sur le gripen ne sont absolument pas suédois. Il y a un schéma 3D expliquant la provenance des pièces du gripen ng, et pour ton information, entre 60 et 70 % des pièces pour construire un gripen viennent des États-Unis où d’autres pays européens comme la France, le royaume Uni, l’Allemagne, etc …

    Le gripen est extrêmement dépendant d’autres pays au contraire.

    1. Merci de rester respectueux vis-à-vis de la rédaction du site. Sachez que c’est le ministère de la défense colombien lui-même qui indique les avions en compétition.

      1. Désolé mais il y a eut une erreur lors de la publication de ma réponse. J’avais pourtant presser le bouton réponse, afin de répondre à Tom plus haut. Cela n’a pas dû fonctionner correctement.

        Je suis désolé si vous aviez un sentiment de manque de respect, il n’en était point chargé de telles intentions. Bon week-end à vous et à tout le monde.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...