Ce mercredi 23 novembre 2022 madame Sophie Adenot est entrée dans l’histoire de l’aviation française. Cette pilote d’hélicoptère, par ailleurs pilote d’essais, est devenue la onzième spationaute française, et la deuxième femme de notre pays à rejoindre ce club très fermé. Âgée de seulement 40 ans elle a déjà un long parcours militaire derrière elle, au sein de l’Armée de l’Air et de l’Espace mais aussi de la DGA Essais en Vol. Sa première mission devrait la mener dans l’ISS, la station spatiale internationale en orbite autour de la Terre.

En tenue de pilote d’essais.

Pure ingénieure puisque issue de Sup’Aéro et du MIT, le fameux Massachusetts Institute of Technology, la lieutenant-colonelle Sophie Adenot est ensuite entrée à l’École de l’Air. Là elle se forme au maniement des hélicoptères. En unité elle va voler sur biturbines Aérospatiale SA.330B Puma et Eurocopter EC725 Caracal. C’est surtout sur cette machine qu’elle passera le plus clair de son temps, notamment lors de missions de recherches et de sauvetages, par définition pas les plus simples pour un pilote d’hélicoptère.
En 2018 madame Adenot devient pilote d’essais pour hélicoptères au sein de la DGA Essais en Vol. Elle est aussi la première femme dans notre pays à accéder à ce poste ô combien prestigieux mais aussi difficile intellectuellement et physiquement.

Désormais la carrière de Sophie Adenot est donc tourné vers les étoile. Première spationaute française nommée depuis Thomas Pesquet elle est aussi la deuxième femme après la docteure en médecine Claudie Haigneré dans les années 1990.
Bien sûr quand on pense agence spatiale européenne en 2022 on a forcément à l’idée d’aller marcher et faire des expériences sur la Lune voire à explorer Mars. Avant cela la nouvelle spationaute de l’ESA devra en passer forcément par l’ISS aux côtés de ses collègues américains, européens, japonais, et russes.

La colonelle Adenot prouve également, car il est toujours utile de le rappeler, que les pilotes d’hélicoptères ne sont pas des pilotes moins bons que leurs collègues qui volent sur avions de chasse ou avions de transport. Ce sont simplement des pilotes qui évoluent sur des aéronefs différents. La promotion de cinq nouveaux astronautes européens à laquelle elle appartient représente l’élite des élites puisqu’au départ il y avait un peu plus de 22000 candidats et candidates. Sophie Adenot ou comment passer du Caracal à l’ISS.

Photos © ministère des Armées.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Sincères félicitations, je suis très admiratif. Ce sera je suis sûr une future fierté nationale. Il n’y a pas de hasard si elle est arrivé à ce niveau c’est grâce à beaucoup d’effort et de travail. Le plus dur reste à faire mais elle réussira.

  2. Bravo et chapeau bas pour ses capacités intellectuelles et de maîtrise du pilotage
    Je ne sais pas si cela fait partie de la sélection mais j’ai vu un reportage qui lui est consacré où je constate qu’elle une très bonne communication comme…Thomas Pesquet

    • Vous savez James, aujourd’hui toutes ces personnes ont une excellente com’ derrière elles. Et puis l’ESA ou encore le CNES ne sont jamais très loin. 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom