L’annonce de ce franchissement de cap coïncide (étrangement) avec la décision canadienne d’acquérir l’avion comme futur successeur de ses McDonnell-Douglas CF-188 Hornet. Ce lundi 4 avril 2022 l’avionneur américain Lockheed-Martin a révélé que son chasseur furtif F-35 Lightning II avait atteint le demi-million d’heures de vols, toutes versions confondues. Un chiffre réalisé sur quinze années, et à travers le monde entier. Aujourd’hui cette machine est un succès commerciale très difficilement contestable.

C’est le 15 décembre 2006, il y a donc un peu plus de quinze ans, que le premier F-35A Lightning II de présérie a réalisé son vol inaugural. Il dérivait du démonstrateur technologique Lockheed-Martin X-35, vainqueur du programme Joint Strike Fighter face au Boeing X-32. Durant ce laps de temps le «fer à repasser», la «brique», ou encore la «rouille» comme aiment à le surnommer ses détracteurs s’est peu à peu mué en vedette des exportations aéronautiques américaines. Des F-35A et F-35B ont ainsi été vendus à l’Allemagne, à l’Australie, à la Belgique, à la Corée du sud, au Danemark, à la Finlande, à Israël, à l’Italie, au Japon, à la Norvège, aux Pays-Bas, à la Pologne, au Royaume-Uni, à Singapour, et en Suisse. Beaucoup y volent déjà, remplissant d’ailleurs des missions opérationnelles.
La Grèce ou encore la Thaïlande devraient très prochainement rejoindre ce club en pleine expansion.

Le Lockheed-Martin F-35 Lightning II est pourtant un avion avant tout conçu pour les besoins américains. Le F-35A pour l’US Air Force, le F-35B pour l’US Marines Corps, et le F-35C pour l’US Navy et l’US Marines Corps. Une même plateforme et des évolutions différentes auxquels les pays se sont petits à petits raccrochés, le F-35C demeurant non exporté.

Pourtant tout n’est pas idyllique dans ce tableau. Le Lockheed-Martin a des failles, des défauts récurrents que ces 500 000 heures de vols ne réussiront pas à gommer, ou alors pas tout de suite. L’aéronef est difficilement multi-rôle, étant surtout un remarquable avion d’attaque au sol et de pénétration. Ses capacités air-air sont finalement encore assez limitées. Discutables diraient même certaines personnes. Suffisamment pour que son concurrent Boeing ait dégainer son remarquable biréacteur de supériorité aérienne de nouvelle génération F-15EX Eagle II. Sans les errements du F-35 Lightning II il n’aurait sans doute jamais existé.

Les projections pour atteindre le million d’heures de vol donnent désormais une date avant la fin de cette décennie, les plus optimistes estiment même qu’il pourrait arriver entre 2025 et 2026. Pour mémoire c’est en juillet dernier que les 400 000 heures de vol furent passées.

Photo © US Marines Corps.

Publicité

7 COMMENTAIRES

  1. Fichtre .
    Que dire des forces aériennes Américaines qui ralentissent leurs commandes de F35?
    Et qui relancent la production d’appareils ‘rustiques ‘avec des versions relises au goût du jour ( F16 Viper , F15 EQ etc )
    Des plateformes éprouvées qui séduisent plus que cette dinde ?
    Je plains les nouveaux utilisateurs du F35 qui vont comprendre …

    • C’est marrant certains, qui souvent se prétendent passionnés d’aviation, ne peuvent pas commenter un article sur le F-35 sans l’affubler d’un nom d’oiseau. Monsieur Terroir s’assume tellement dans cet exercice de style qu’il l’appelle « une dinde ». Par contre si quelqu’un avait le malheur d’en écrire autant contre le Rafale ou le Mirage 2000 et on verrait tout ces passionnés d’aviation lui tomber dessus dare-dare. En fait on peut aisément se demander si le F-35 bashing n’est pas une forme nouvelle d’anti-américanisme primaire.
      Au passage on remarquera que monsieur Terroir n’a sans doute pas lu l’article entièrement, se contentant de simplement commenter le titre et les trois quatre lignes du premier paragraphes.
      Bien sûr il s’en défendra…

    • Bon, on va devoir remettre un peu de réalisme dans tout çà … incroyable que ce bashing aveugle arrive à perdurer malgré les faits.

      La décision aux USA de diminuer le nombre de F-35 commandé est une décision politique du pouvoir civil (secrétaire à la défense). Cette décision a été un arbitrage budgétaire, l’économie faite étant d’ailleurs en partie utilisée pour financer les évolutions à venir de ce même F-35.
      Par contre, c’est une décision qui est critiquée par l’armée américaine. l’US Air Force, Le corps de Marines et L’US Navy ont exprimé devant le Congrès leur souhait de pouvoir acquérir plus de F-35 que ce que ce budget prévoit :

      https://www.lalibre.be/international/amerique/2022/04/20/larmee-americaine-espere-davantage-de-f-35-en-2023-que-les-61-demandes-par-le-pentagone-OBDSTPCYOFD5HB4CG42SCXKSNE/

      Autant dire que les « doutes » que vous voulez voir sur la pertinence du F-35 n’est qu’un rêve humide très franco-français très éloigné de l’analyse des mieux placés sur le sujet : les militaires.

      Notez qu’après de longues années où ses militaires l’ont mis au pied du mur, le premier ministre canadien Trudeau a fini par prendre la seule décision possible : revenir sur ses déclarations populistes et officialiser le F-35 comme avion de combat à venir de l’armée de l’air canadienne.

      Pour autant le F-35 reste un avion très jeune qui doit gagner en maturité, et oui bien sûr en attendant les résultats de cette maturité les militaires font ce qu’ils ont toujours fait : ils maintiennent une flotte opérationnelle suffisante en gardant en service des modèles éprouvés (F-15 et F-16 certes … mais aussi A-10 d’ailleurs).

      Mais je vous invite à faire des comparaisons pertinentes : Le Rafale est annoncé dès son origine comme devant remplacer TOUS les avions de combat de l’aviation française. Vous aurez remarqué que les Mirage 2000 sont pourtant toujours en service et que leur remplacement par le Rafale pour les missions Air Air ne semble enfin arriver qu’avec le Standard F4 et le missile Meteor. Est ce que pour autant le Rafale est un échec ? bien sûr que non, mais il y a des domaines de maturité technologique plus difficiles à atteindre que d’autres, et c’est exactement la même chose pour le F-35.

  2. Bonsoir Arnaud ,
    Bien vu .
    Simplement remarquez que j’encense plutôt le F16 Viper et le F15 ex dans mon commentaire …
    Les 500 et quelques défauts du F35 , ainsi que le coût exorbitant de l’appareil parleront pour moi .
    Et oui je suis fier de notre aéronautique .
    Même si je suis conscient des nombreuses imperfections de certaines productions de Dassault , comme la rusticité et la limite du super étendard .
    Ou les Mirage qui ne poussaient pas assez .
    La myopie et la médiocrité du radar RDM du 2000…
    Ou la ridicule rusticité du Jaguar .
    Mais à choisir ,l’excellent Rafale ( dont je peine à trouver des défauts ) devrait équiper la majorité de nos voisins , plutôt que cet appareil Américain .
    Vous voyez je ne suis pas aveuglé par Dassault aviation .
    Juste par le magnifique Rafale .
    Sans rancune .

  3. Sinon bravo pour votre avis toujours juste .
    Je suis content de débattre avec vous.
    Mais pitié ne me demandez pas d’aimer cette horreur volante ,cet échec industriel .
    Parcontre la réussite étonnante commerciale du F35 est indiscutable.
    Pour le moment…

  4. 500.000 heures est un nombre symbolique. Mais pour avoir un aperçu de la disponibilité réelle des F35, le plus significatif serait de connaitre le nombre d’heure de vol moyen par F35 chaque année. Les premières mises en service datent de 2015 et il y en aurait 800 opérationnel actuellement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom