Les Britanniques ouvrent-ils une brèche dans les livraisons de matériels volants à la résistance ukrainienne ? Ce mercredi 23 novembre 2022 le gouvernement britannique a officialisé la remise, à titre gracieux, de trois hélicoptères Westland Sea King stockés depuis leur retrait du service. Ces appareils sont présentés comme des machines de transport d’assaut et de recherches-sauvetages provenant à la fois de la Royal Air Force et de la Fleet Air Arm. C’est la première fois que des matériels aériens de premier plan d’origine non soviétique sont ainsi livrés.

L’annonce de Ben Wallace, le ministre britannique de la défense, a surpris plus d’un observateur. Il a en effet déclaré que trois Sea King avaient été déstockés afin d’être livrés aux forces ukrainiennes, indiquant même qu’un d’entre eux était déjà entre leurs mains. Officiellement ces hélicoptères ont été offerts par Londres dans le but de réaliser des missions de recherches et sauvetages en mer et au-dessus des terres mais aussi d’évacuation sanitaire. Il s’agit là d’une précision typiquement diplomatique, destinée à éviter que la Grande Bretagne ne soit considérée comme cobelligérante par la Russie.
La BBC de son côté laisse sous-entendre qu’ils pourraient parfaitement mener des missions de transport d’assaut.

La logique voudrait que les trois appareils livrés soient au double-standard HAR.3/HAR.3A bien connu des passionnés d’aviation puisque ce fut celui des légendaires Sea King jaunes de la RAF. Sauf que la déclaration officielle du ministère britannique de la défense indique qu’une partie des hélicoptères provient de la Fleet Air Arm. Et dans ce cas précis les exemplaires les plus logiquement remis aux Ukrainiens devraient être des Sea King HC.4, autrement dit des Westland Commando.

Quoiqu’il en soit donc tout est allé très vite pour les pilotes et mécanos ukrainiens puisqu’ils sont arrivés en Grande Bretagne en septembre afin d’être formé sur cette machine et repartent déjà avec le premier exemplaires. Il faut dire que le Westland Sea King est une machine d’ancienne génération, assez facile d’emploi, très rustique et robuste, et qui ressemble en pas mal de points aux Mil Mi-8 Hip sur lesquels les militaires ukrainiens ont l’habitude de travailler.
Surtout c’est la première fois que la livraison d’hélicoptères de seconde main à ce pays actuellement en guerre contre les forces russes ne concerne pas des machines d’origine ex-soviétique. Jusque-là les Alliés s’étaient surtout contenter de livrer des Mil Mi-2 Hoplite et surtout des Mi-17 Hip-H. Le Sea King ouvre donc de nouvelles perspectives pour ce pays.

En effet on pourrait parfaitement envisager une démarche similaire de la part de la France autours d’Aérospatiale SA.330 Puma et SA.342 Gazelle, de la part de l’Italie avec des Agusta A-109 Hirundo et des Agusta-Bell AB-212 Twin Two-Twelve, ou encore des États-Unis avec des Bell UH-1H Iroquois et UH-1N Twin Huey. Ce sont des machines de génération équivalente au Sea King et qui pourraient parfaitement combler les trous dans l’arsenal ukrainien. Et ainsi l’occidentaliser un peu plus, une démarche constructive pour l’avenir, quand les forces russes auront été totalement boutées hors d’Ukraine.
Sans compter pourquoi pas des machines plus modernes puisque les pilotes ukrainiens sont rompus aux H125 et H225 de chez Airbus Helicopters. Certains exemplaires sont d’ailleurs encore en attente de livraisons en Roumanie.

À n’en pas douter un cliché d’un Sea King porteur des marquages de nationalité ukrainienne ferait le tour du monde. Soyons donc patient, il est quasi évident que la propagande d’état de Kyïv saura en tirer profit.

Photo © UK Ministry of Defense.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Peut etre que les ukrainient s’entrainent en secret sur les AH64, qui sait, voir les apaches ukraineins détruir des blindés russes seraient un accomplissement pour ces helico, détruir des blindés russes!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom