Si Tsahal et Heyl Ha’Avir, respectivement les forces terrestres et aériennes israéliennes, sont assez connues il en très différemment de Heyl Ha’Yam. La marine a toujours été le parent pauvre de la défense de l’état hébreu même si une relative prise de conscience a eu lieu depuis une dizaine d’années désormais quand à la place de ce petit pays en Méditerranée. Et justement en cette seconde moitié de décembre 2022 la corvette Eilat et son hélicoptère embarqué Eurocopter AS.565MA Panther mènent une série de manœuvres dans la région. Et au niveau de la médiatisation ce n’est pas vraiment gagné.

En approche de la corvette Eilat. Remarquez le hangar aviation en partie ouvert.

Quelques mois après une immobilisation de flotte suite à écrasement mortel les six AS.565MA Panther israéliens restants revolent donc pleinement. Ils forment l’ossature de reconnaissance et de combat de surface pour les corvettes de Sa’ar 5 et Sa’ar 6, les seuls navires de surface réellement adaptés à la haute mer au sein de Heyl Ha’Yam. Et justement c’est à bord de la Sa’ar 5 nommée Eilat qu’une série de manœuvres a lieu actuellement en Méditerranée Orientale.

Il s’agit autant de peaufiner la maîtrise des équipages du Tayeset 193 qui fait voler les Atalef, le nom localement donné à ces appareils, que de former les jeunes marins et officiers du bord à la manœuvre d’un hélicoptère embarqué. Plusieurs scénarii ont donc été prévu, du simple ravitaillement en carburant d’un hélicoptère à l’hélitreuillage d’un blessé ou d’un malade en vue de son évacuation vers une structure hospitalière, en passant par des missions de combat.
Car à la différence de la Marine Nationale Heyl Ha’Yam emploie vraiment ses AS.565 Panther comme des hélicoptères de combat maritime dignes de ce nom.

Si l’armement des Atalef demeure confidentiel en Israël il est clairement établi que cet hélicoptère n’est pas particulièrement gréé pour la lutte anti-sous-marine mais pour celle contre les menaces de surface. Un armement donc plus adapté à la lutte contre le terrorisme islamiste qui gangrène le Proche-Orient et met régulièrement en péril la sécurité de l’état hébreu qu’à la guerre contre un éventuel état ennemi.
La série d’exercices qui se joue actuellement a lieu aussi bien de jour que de nuit.

Entraînement au ravitaillement en carburant en vol stationnaire.

D’ici environ deux ans les Eurocopter AS.565MA Panther franco-allemands auront laissé la place à des Sikorsky SH-60F Seahawk américains rachetés de seconde main auprès de l’US Navy. À cette occasion le Tayeset 193 perdra sans doute sa capacité de SAR maritime au profit de celle de lutte anti-sous-marine.

Photos © ministère israélien de la défense.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Ce qu’il faut dire à propos de la marine israëlienne et de ses capacités, c’est qu’Israël s’est découvert de gigantesques ressources gazières offshore en Méditerranée, ils sont exportateurs nets ! Donc, il faut bien dimensionner une force navale et aéronavale susceptible de défendre les intérêts fondamentaux du pays. D,où les sous-marins, les frégates , etc…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom