Actuellement quand on parle dans les médias du Brésil c’est surtout pour évoquer ce triste dimanche 8 janvier 2023 au cours duquel la démocratie y a vacillé. Sur notre site c’est forcément plutôt pour vous parler d’aviation, et c’est logique. Ce jeudi 5 janvier c’est la 2º Esquadrão de Helicópteros de Emprego Geral ou HU-2 Pégaso qui a fait parler d’elle en réalisant un exercice avec ses hélicoptères biturbines Eurocopter EC725 Caracal / Airbus Helicopters H225M. Ces appareils sont évidemment produits localement par Helibras.

N’évoquez cependant pas le nom français de l’hélicoptère à un Brésilien il ne comprendra pas de quoi vous parlez. En effet les Eurocopter EC725 Caracal et Airbus Helicopters H225M en service dans la Marinha do Brasil sont respectivement connus comme UH-15A et UH-15B. Ils y sont baptisés Super Cougar. Et pour cette aéronavale brésilienne ces gros biturbines sont la cheville ouvrière de l’action militaire, la bonne à tout faire ! Ce n’est pas pour rien si c’est l’escadrille HU-2 Pégaso qui les met en œuvre. Elle aligne d’ailleurs toujours quelques vieux Aérospatiale UH-14A Super Puma. Ceux-ci doivent cependant quitter le service à l’horizon 2025, au profit d’un dernier lot de Helibras UH-15B.

Sur le tarmac de la base aéronavale de São Pedro da Aldeia, nid des Caracal brésiliens.

Contrairement une idée reçue les hélicoptères produits au Brésil par Hélibras ne le sont nullement sous licence. Cet hélicoptériste est en effet une branche à 100% du groupe aéronautique européen Airbus, un peu comme Airbus Canada qui produit l’excellent avion de ligne court courrier A220. Helibras assemble donc des éléments produits en Europe.

Le rôle premier des Helibras UH-15A/B Super Cougar de la 2º Esquadrão de Helicópteros de Emprego Geral fut à l’origine de remplacer les vieux Sikorsky SH-3A/UH-3A Sea King d’origine américaine. Désormais que ceux ci sont en retraite les gros biturbines européens peuvent assurer leurs missions du quotidien. Et celles-ci sont multiples car si les UH-15A sont dédiés avant tout au transport de troupes en cabines et de charges sous élingues ou encore aux missions de recherches et de sauvetages en mer les UH-15B sont bien des appareils de combat maritime. Grâce au fameux missile AM-39 Exocet dont deux peuvent être employés sur chaque machine ils disposent d’une capacité antinavire non négligeable.
La lutte anti-sous-marine est à la charge du 1º Esquadrão de Helicópteros Antissubmarino et de ses Sikorsky SH-16A Seahawk.

Les EC725 et H225M de l’aéronavale brésilienne sont autant appelés à être embarqués qu’à servir depuis la terre ferme. Actuellement elle exploite sept UH-15A et trois UH-15B et doit à terme, d’ici deux ans détenir six UH-15B supplémentaire. Pour les différencier rien de plus facile les UH-15B dispose d’un radôme sous le nez permettant le guidage des missiles AM-39 Exocet.

On n’est vraiment pas loin de l’Elephant Walk.

Et ce jeudi 5 janvier 2023 neuf hélicoptères ont réalisé un exercice commun sous la forme d’une démonstration de capacités et de forces. Histoire de rappeler au président nouvelle élu à quel point ils sont essentiels aux opérations navales. L’un d’entre eux n’a d’ailleurs pas pu participer à la manœuvre aérienne, en raison d’un déploiement à bord du porte-hélicoptères Atlântico.

Photos © Marinha do Brasil

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Arnaud. Airbus Canada n’appartient qu’à 75% à Airbus. L’autre 25% est propriété du Gouvernement du Québec. C’est donc une entité distincte. C’est donc une erreur à corriger…

    • 75% ça fait donc d’Airbus l’actionnaire majoritaire et les 25% détenus par le Québec ne lui permettent pas de bloquer les décisions européennes. Économiquement on peut donc considérer que Airbus Canada est une totale filiale du groupe Airbus. Sans ce dernier le Bombardier CS300 aurait malheureusement fini aux oubliettes. Sans la puissance commerciale d’Airbus il n’aurait jamais pu se vendre.
      Je suis navré Marcel mais les 25% du Québec ne font que sauver la face pour les Canadiens. Et le futur A220-500 viendra finir de le confirmer, d’autant que c’est Air France qui risque d’en être le client de lancement.

      • Certes Airbus a permis l’envol économique du CSeries.. Bombardier et le Québec auraient pu tout aussi bien vendre le programme à Boeing, mais ont préféré Airbus en lui offrant un bijou technologique sur un plateau d’argent. Reste que Airbus Canada n’est pas détenu à 100% par Airbus comme tu le laisse entendre dans ton article,.. Comme on dit au Québec, prends ton gaz égal. Bonne journée !

        • Sans doute que les Canadiens auraient dû le vendre aux Américains cela aurait plus logique, le Canada a bien plus de points communs avec les USA qu’avec l’Allemagne, l’Espagne, ou la France. Mais c’est Airbus qui possède ce consortium à 75% (pour l’instant) et donc l’ex CS300 est aujourd’hui A220 donc pour tout le monde il est européen.
          Le Québec est minoritaire dans cette accord. Bonne journée à toi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom